L’enquête dans des espaces militants

Le « positionnement » du chercheur dans l’enquête de terrain est un thème central et récurrent des cours de méthode en sciences sociales. Il fait l’objet d’articles, de publications, de stages de terrain, de recommandations… Malgré cela, les débats et les points de vue divergents  persistent, y compris chez les enquêteurs expérimentés : distanciation ou immersion ? Participation ou neutralité ? Jouer « cartes sur table » ou dissimuler ses intentions afin d’obtenir des données plus « authentiques » ?

Si les chercheurs confirmés peuvent aisément assumer leurs propres stratégies de positionnement et d’adaptation au terrain, les étudiant.e.s sont en revanche très directement confronté.e.s aux injonctions de la méthode, au risque de devoir payer les frais d’un « mauvais » positionnement lors de l’évaluation de leurs travaux. Et pourtant, les problématiques auxquelles on est confronté.e une fois sur le terrain trouvent rarement de réponse dans les manuels. Les entretiens, les observations étant avant tout des situations dans lesquelles se joue une relation sociale, la subjectivité du.de la chercheur.e s’y retrouve pleinement engagée.

L’enquête dans des espaces militants est une situation qui concentre plusieurs des difficultés liées à la traduction pratique d’enseignements théoriques. D’une part, le sujet de recherche est rarement choisi au hasard : le.la chercheur.e a le plus souvent une certaine affinité avec celui-ci. Cela implique que les résultats de l’enquête soient associés à des enjeux et des attentes personnels particuliers, qui vont au-delà des considérations purement universitaires ou scientifiques. D’autre part, le regard de l’enquêteur.trice en sciences sociales est formé et formaté pour identifier les contradictions, les intérêts stratégiques et de légitimité, dont la mise au jour peut finir par estomper le caractère « noble » de la cause défendue par les acteurs dans l’espace militant étudié.

Le.la chercheur.e peut alors se retrouver tiraillé.e entre son « potentiel militant » personnel, qu’il.elle cherche à investir autour de son sujet et un « désenchantement » rendu inévitable par sa démarche même. Ce tiraillement peut l’amener à percevoir la distanciation comme un refuge confortable et désirable, permettant à la fois de ne pas engager son point de vue et de préserver ses données du risque de « contamination » lié à son implication directe dans les débats autour de la cause défendue.

Le choix de prendre part à la discussion en exposant ce qu’il.elle voit est en effet susceptible de modifier la situation observée, tout comme le regard que les personnes enquêté.e.s peuvent porter sur lui.elle. La décision d’assumer un positionnement « muet » peut ainsi répondre à une fonction de protection multiple : du terrain, en évitant de se « griller », de l’objet, et de la   qualité du travail de recherche, dans une application méticuleuse des obligations de méthode. Par ailleurs, on ne saurait oublier une protection « narcissique » du.de la chercheur.e, qui évite ainsi de s’exposer à la frustration de voir ses propres interprétations remises en cause ou pire, ignorées.

L’argument de la distanciation pose toutefois des problèmes qui sont moins de l’ordre de la méthode que de la dimension éthique du travail des chercheur.e.s. En effet, ces  dernier.è.s peuvent-ils.elles se contenter de se réfugier confortablement dans la conviction (peu convaincante pour eux.elles-mêmes) que la rédaction de leurs travaux permettra de « régler les comptes » avec le terrain, en apportant leur contribution à la cause ? Ne seraient-ils.elles pas plus honnêtes vis-à-vis des personnes impliquées dans leurs recherches, en leur faisant part, dès le travail de terrain, de leurs impressions et questionnements ?

La difficulté de l’enquête dans les espaces militants est un exemple qui illustre bien l’impossibilité d’établir des recettes de ce qui devrait être un « bon » travail de terrain. Le choix d’intervenir directement ou pas dans la situation observée peut par exemple dépendre de stratégies d’adaptation à un terrain peu ouvert ou accueillant, ou, au contraire, caractérisé par un climat de confiance, permettant de dévoiler certains résultats de la recherche sans remettre en cause la poursuite de celle-ci.

La méthode doit alors être envisagée à partir de la prise en considération des opportunités et des contraintes présentes dans la situation d’enquête, appréhendée en tant que situation sociale. Une définition « à priori » du positionnement de.de la chercheur.e sera rapidement mise à l’épreuve de la diversité des terrains, des relations tissées avec les personnes qui les composent, ainsi que du contexte de l’enquête.

Simona Mattia

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.