Réflexions méthodologiques sur les sources orales en histoire

L’utilisation de sources orales en histoire est souvent à l’origine de nombreux questionnements d’ordre méthodologique pour les étudiant-e-s : comment cette source « parlée » doit-elle être analysée ? Comment gérer son implication en tant que chercheur-euse dans la construction de la source ? En réalité, il me semble que, dans une certaine mesure, la méthodologie des sources orales rend visible et évidente la manière dont toute source, quelle que soit sa nature, est construite. Elle met en avant la place et le rôle du chercheur-euse dans la compréhension des sources qu’il/elle utilise. En bref, la réflexion autour des sources orales rappelle de manière plus générale qu’une source n’est jamais neutre, et l’historien-ne-e jamais objectif-ve.

La source orale comprend toutefois des caractéristiques tout à fait spécifiques : selon l’historien italien Alessandro Portelli, elle est même « intrinsically different ». [1] En premier lieu, l’entretien est la plupart du temps provoqué par le/la chercheur-euse, ce qui n’est pas le cas de la plupart des autres sources utilisées en histoire. L’entretien est donc construit par l’ensemble des participant-e-s : les témoins élaborent leur récit selon l’idée qu’ils se font du sujet de l’entretien et de la recherche, et de leurs attentes ; le/la chercheur-euse oriente l’entretien selon ses axes d’étude (qui peuvent évoluer) et l’idée qu’il/elle se fait des témoins. L’analyse est complexe car elle nécessite d’identifier tous ces aspects et de les confronter à ce qui a été dit ou pas durant l’entretien. Elle implique de la part du/de la chercheur-euse une réflexion sur soi et sur la relation entretenue avec les témoins (intersubjectivité). Toutefois, provoquer et orienter un entretien permet au/à la chercheur-euse de rentrer très précisément dans les détails de son sujet et d’obtenir des informations sur le vécu et le ressenti des individus. Par exemple, aborder le sujet des violences conjugales en entretien nécessite de prendre en compte dans l’analyse l’état d’esprit du/de la chercheur-euse et du témoin, ainsi que le contexte d’entretien (présence d’autres personnes par exemple). L’appréhension à aborder de tels sujets peut provenir bien plus du/de la chercheur-euse que du témoin : le/la chercheur-euse peut se sentir illégitime (différence d’âge, de sexe, de situation sociale, etc) ou avoir peur de blesser le témoin. Ce dernier peut, au contraire, spontanément aborder le sujet ou revenir dessus au cours de l’entretien. Ces relations tout à fait spécifiques entre chercheur-euse et témoin et avec le sujet construisent l’entretien et le récit.
En second lieu, une caractéristique toute particulière aux sources orales est celle de l’oralité, peu utilisée par les historien-ne-s dans l’analyse. Pourtant, l’étude de l’oralité permet d’approfondir l’analyse du récit. Dans le cas des violences conjugales, l’intonation (chuchotements, élévation de la voix), les expressions utilisées ou encore les hésitations, répétitions et silences révèlent en partie l’état d’esprit du témoin et du/de la chercheur-euse durant l’entretien. Au cours de l’étape de la transcription écrite de l’entretien qui rend plus aisée l’analyse, la plupart des éléments d’oralité sont abandonnés. Or lors de l’analyse de sources écrites de type littéraires par exemple (presse, ouvrages, etc), les historien-ne-s font de fait une étude des procédés d’écriture utilisés par les auteur-e-s : figures de style, rhétorique, etc. Il devrait en être de même des sources orales : il faudrait analyser de manière automatique les procédés d’oralité qui construisent toute source « parlée » et qui permettent de mieux comprendre ce qui est dit durant l’entretien.

D’autres éléments d’analyse des sources orales pourraient bien sûr être discutés. Cependant, la relation témoin/chercheur-euse et l’oralité sont tout à fait propres à ce type de source alors que la question de la mémoire, par exemple, bien que prédominante dans l’analyse des sources orales, se pose aussi pour d’autres sources. Une réflexion sur la méthodologie des sources orales permet donc de mettre en avant les particularités d’un type de source, qui en font tout son intérêt, et de réfléchir à la méthodologie des sources en histoire de manière plus générale. Les techniques d’analyse propres à un type de source peuvent êtres converties à d’autres sources (relation témoins/chercheur-euse en relation archives/chercheur-euse) permettant ainsi d’approfondir l’étude et de proposer de nouveaux axes de lecture.

Soraya Bellaha


[1] Portelli Alessandro, « What makes oral history different », dans Perks R. et Thomson A. (ed.), The Oral History Reader, London, Routledge, 2003 (première edition 1998), p. 64.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.