A l’intersection du genre, de la race et de la classe : ce que les parcours nous disent

Le 14 décembre 2023 s’est tenue au Rize une table ronde intitulée “A l’intersection du genre, de la race et de la classe : ce que les parcours nous disent”, en présence de 4 chercheuses :
Nadia Mounchit, Saphia Doumenc, Camille Lassègue, Aliénor Wagner-Coubès.

En voici l’enregistrement complet ! 

Cliquez ici : Audioblog – A l’intersection du genre, de la classe et de la race : Ce que les parcours nous disent (arteradio.com)

A cette occasion, les anciennes et actuelle chercheuses du Rize se sont retrouvées pour croiser leurs regards sur les parcours professionnels, migratoires, résidentiels et matrimoniaux de femmes de Villeurbanne. Les récits et analyses de ces trajectoires nous éclairent sur la pluralité de leurs luttes,  stratégies, perspectives d’émancipation et d’autonomie. L’occasion d’échanger sur les formes que prennent ces parcours féminins et sur les termes qui permettent de les restituer. 

Saphia Doumenc est docteure en science politique et post doctorante à l’Ires (institut de recherche économiques et sociales) depuis 2022. Sa thèse réalisée au Rize a cherché à comprendre comment des femmes a priori éloignées du champ syndical, des femmes de ménage très dominées socialement, se saisissent néanmoins de cet outil et ont recours à des grèves -parfois très longues. 
Thématiques de recherche : travail et emploi, action collective et syndicalisme des classes populaires, attention portée aux trajectoires migratoires et aux différents rapports sociaux de genre de classe et de race qui se jouent.

Nadia Mounchit  est docteure en sociologie, membre associée au Centre Max Weber. Sa thèse réalisée au Rize a porté sur les effets de la migration sur les parcours conjugaux de femmes émigrées d’Afrique de l’Ouest et centrale installées en France, à Villeurbanne. 
Thématiques de recherche : Sociologie des migrations / Genre et migration / rapports de pouvoir dans la sphère familiale.

Camille Lassègue est doctorante en anthropologie au Rize et au LADEC (Université Lumière Lyon 2). Sa thèse porte sur  les parcours résidentiels de femmes exilées à Villeurbanne.
Thématique de recherche : genre, habiter, exil, luttes sociales, droit au logement, ville, mémoire.

 Aliénor Wagner-Coubès est doctorante en Histoire au Rize et rattachée à l’Université Gustave Eiffel et au laboratoire ACP . Sa thèse porte sur le quartier des Gratte-Ciel, situé dans le centre de Villeurbanne. 
Thématiques de recherche : histoire sociale, habiter, logement populaire, logement social, ville

Bonne écoute !

 

Restitution publique le Mardi 27 juin à 18h30 : Que cherche-t-on au Rize ?

MARDI 27 JUIN 2023

18:30-20:30 – tout public – GRATUIT

Depuis le début de l’année 2023, l’équipe du pôle recherche du Rize est composée d’une équipe de  six chercheuses. Leurs travaux s’intéressent au territoire villeurbannais et portent sur les parcours de femmes exilées, la formation professionnelle féminine, l’architecture des bâtiments publics, l’accès à la santé des personnes LGBTQIA+, le quartier des Gratte-Ciel.

Lors de cette restitution, elles aborderont particulièrement la question des approches du genre en présentant les résultats de leurs recherches. L’occasion de proposer de nouveaux regards sur la ville, de déconstruire certaines idées reçues ou de leur donner du contexte historique.

 La présentation publique dans l’amphithéâtre sera suivie d’un temps convivial d’échanges et d’ateliers au café.

image : Melba Roy Mouton

Appel à projet : Villeurbanne en partage

Résidence de chercheur·se(s) et d’artiste(s)

Le Rize et la Direction régionale des affaires culturelles Auvergne-Rhône-Alpes (service ethnologie) ont souhaité s’associer en 2021 pour mettre en place une expérimentation de recherche-création sur le territoire villeurbannais permettant d’explorer de nouvelles formes d’enquêtes et d’interventions artistiques et scientifiques dans l’espace urbain en lien avec les thématiques portées par le Rize. Ce dispositif est reconduit pour la saison culturelle 2023-2024.


La résidence a pour objectif premier de mobiliser des habitants et habitantes acteurs et actrices de leur territoire autour de démarches créatives et expérimentales, afin d’exprimer un rapport sensible à leur ville, de l’appréhender et de se l’approprier différemment. Une démarche qui contribue ainsi à la construction de récits partagés sur Villeurbanne.
Dans cet appel à projet, le terme « habitant·e » est entendu comme suit : tout acteur ou actrice du territoire villeurbannais, toute personne qui le traverse ou le transforme, y réside, y travaille, y étudie, y pratique des activités de loisirs…


La résidence se déploie sur une période de 12 mois : de juillet 2023 à juin 2024.

Mais où sont passés les enfants ?

samedi 2 juillet 2022
17:00-18:00

Rencontre

Avec Clément Rivière, maître de conférences en sociologie à l’Université de Lille et Anne-Marie Doledec, responsable des expositions au Rize.

La présence d’enfants non accompagnés dans les rues est devenue suffisamment rare pour susciter la curiosité, voire la réprobation. Peu à peu, dans les sociétés urbaines occidentales, l’enfant a désinvesti les espaces publics extérieurs. Dans son ouvrage Leurs enfants dans la ville (Presses Universitaires de Lyon, 2021), Clément Rivière analyse la ville « à hauteur de parents » en étudiant la façon dont ces derniers encadrent la présence de leurs enfants dans les espaces publics. Comment, en tant qu’enfant, est-on introduit à la ville par nos parents ? Comment le fait de devenir parent redéfinit notre rapport à l’espace urbain ? Des questionnements posés comme des outils de réflexion politiques pour penser la ville « à hauteur d’enfant ».

Cet échange est précédé du film Allons Enfants, de Stéphane Demoustier.

Mais que cherche-t-on au Rize?

Restitution des travaux du pôle recherche

Mardi 28 juin 2022 -18h30, le Rize


Venez échanger avec des chercheur.ses en anthropologie, architecture, histoire, géographie, sociologie, en résidence au pôle recherche ! A travers une présentation publique puis des jeux, des ateliers, des images actuelles ou d’archives, des créations audiovisuelles, elles et ils aborderons des sujets de société qui permettent de mieux comprendre Villeurbanne.

Continuer la lecture de « Mais que cherche-t-on au Rize? »

Séminaire “approches contemporaines de la mémoire” : cycle1#5

Transmission familiale des mémoires

Mardi 7 juin : 14h00 – 17h00, au Rize, 23 rue Valentin Hauy à Villeurbanne
(Grand atelier, 1er étage)

à l’occasion de cette séance nous aurons le plaisir d’accueillir

Alexandra OESER (ISP) et Solène BILLAUD (PACTE)

Co-autrices de l’ouvrage Histoires de famille. Les récits du passé dans la parenté contemporaine, 2015, Paris, Ulm, Alexandra Oeser et Solène Billaud aborderont la manière de construire la mémoire familiale/individuelle en objet sociologique. La séance sera l’occasion d’interroger la pertinence et les manières d’étudier sa production et sa transmission intergénérationnelle tant sur le plan de la méthodologie que sur celui de l’administration de la preuve.

La séance se tiendra en format hybride, en ligne et en présentiel, dans les locaux du Rize, le Centre Mémoires, Cultures, Échanges de la ville de Villeurbanne.

Congrès de la Société française d’histoire urbaine Villeurbanne 2022

Culture(s) urbaine(s)

2 et 3 juin 2022, le Rize

Dans le cadre de Villeurbanne 2022, le Rize accueille le congrès de la Société française d’histoire urbaine.

Continuer la lecture de « Congrès de la Société française d’histoire urbaine Villeurbanne 2022 »

Journées d’étude : L’enquête dans la recherche-création

du 17 au 18 mars 2022, le Rize

Dans le prolongement du séminaire “Recherche-Création : Expériences et Potentialités”, cette journée d’étude propose d’interroger la notion d’enquête dans les démarches de recherche-création.

Ne se limitant pas aux rapports entre sciences et arts, la recherche-création est comprise comme un décloisonnement disciplinaire conduisant à sortir de son « coin institutionnel ». Dans cette optique, la recherche et la création partagent des caractéristiques communes et complémentaires, que ce soit l’importance accordée aux processus situés, à l’expérience et au faire comme connaissance, ou encore le souci de l’essai et de l’exploration.

En visant à créer des modalités inédites de perception et de connaissance, cette « pensée en acte » renouvelle les pratiques de l’enquête (être en-quête) comme manière d’être au monde. La recherche-création permet d’appréhender l’enquête comme catégorie épistémologique autant qu’esthétique, désignant à part égale des manières de connaître ou d’analyser et des manières de percevoir ou d’éprouver.

Lors de ces deux journées, nous proposons de mettre l’accent sur deux aspects complémentaires : l’enquête comme démarche et l’enquête comme relation. Ces deux thèmes serviront de fil conducteur à la présentation d’expériences d’enquête dans le domaine de la recherche-création faisant appel à divers types de supports (audio, audiovisuels, performances, etc.). Les intervenant.es sont invité.es à proposer des formats originaux, immersifs, participatifs, sensibles sans se limiter à la seule analyse d’expériences. Ces journées privilégieront ainsi la présentation d’expériences concrètes associant chercheur.es et artistes, en faisant retour sur leurs manières de faire enquête et de faire oeuvre commune, dans une perspective de recherche-création, et avec une grande latitude pour exposer des pratiques, des résultats, des démarches en cours, des projets, etc. Nous proposons de nous livrer à une restitution en temps réel de ces journées par la fabrication collective d’un podcast audio, qui permettra de laisser une trace inédite de ces journées, conçues elles-mêmes comme matière créative, à des fins de diffusion scientifique et pédagogique. Ce podcast sera ainsi envisagé comme une œuvre partagée.

Podcast de la journée d’études

Programme

Continuer la lecture de « Journées d’étude : L’enquête dans la recherche-création »

La semaine de l’Anthropocène au Rize

Du lundi 24 janvier 2022 au dimanche 30 janvier 2022

Anthropocène

Définition

“Ce que l’on propose de nommer « Anthropocène », c’est ce moment historique qui s’ouvre après 1945 avec l’enclenchement de la phase de l’urbanisation généralisée de la planète lors duquel il devient incontestable que les activités humaines ont des impacts de plus en plus forts sur les systèmes biophysiques. On observe, partout, ces bouleversements tout à la fois globaux et locaux. À tel point que l’habitabilité de la terre pour les humains et les non humains est mise en question.”

Michel Lussault, géographe, professeur à l’ENS de Lyon, directeur de l’École urbaine de Lyon.

Université ouverte sur le changement global

Pour sa 4ème édition, qui s’est déroulée du 24 au 30 janvier 2022, l’École Urbaine de Lyon a organisé la semaine « À l’École de l’Anthropocène » : une Université ouverte, sensible, citoyenne sur le changement global, au titre de « Villeurbanne 2022, capitale française de la culture » et sera accueillie dans l’un de ses lieux emblématiques, Le Rize.

Les soirées au Rize

Lundi 24 janvier

SCIENCES ET MACHINES : UNE GÉNÉALOGIE CONCEPTUELLE DE LA GRANDE ACCÉLÉRATION
Lundi 24 janvier 2022 – 17h30 à 18h30 
Par Pablo Jensen, physicien, et chercheur CNRS au Laboratoire de physique de l’École normale supérieure de Lyon.

ALLOCUTION D’ALONDRA NELSON, INVITÉE D’HONNEUR

Lundi 24 janvier 2022- 21h à 22h30

Alondra Nelson (Dr) est la directrice adjointe de la section « Science et Société » du Bureau de la politique scientifique et technologique de la Maison Blanche. Elle est la toute première personne à occuper ce poste, et son rôle est d’apporter une expertise en sciences sociales – avec une attention particulière portée aux problèmes d’inégalités sociales – pour accompagner la stratégie et les politiques fédérales en matière de science et technologie.

QU’EST-CE QU’UNE TERRE HABITABLE ?
Lundi 24 janvier 2022- 21h à 22h30
Avec :
– Muriel Gandelin (France), docteure en Préhistoire récente, et archéologue spécialiste de la période Néolithique.
– Isabelle Daniel (France), minéralogiste, géologue, et professeure en Sciences de la Terre à l’Université Lyon 1.
– Axelle Grégoire (France), architecte.
Animé par : Michel Lussault (France), géographe et directeur de l’École urbaine de Lyon.

ANTHROPOCÈNE ÂGE DU DESASTRE ? PETITE HISTOIRE DES CATASTROPHES TECHNOLOGIQUES ET INDUSTRIELLES
Mardi 25 janvier 2022- 17h30 à 18h30
Par Alfonso Pinto, chercheur en géographie et études culturelles.

Mardi 25 janvier

ANTHROPOCÈNE ET HABITABILITÉ À TRAVERS LE PRISME DE LA PLANÉTOLOGIE. DANS LE TEMPS ET L’ESPACE, UNE TERRE INHABITABLE, UN AILLEURS QUI LE SERAIT ?
Mardi 25 janvier 2022- 19h à 20h
Par Patrick Thollot, professeur agrégé à l’École normale supérieure de Lyon.


À LA CONQUÊTE DE L’ESPACE : DROIT, POLITIQUE ET IMAGINATION

Mardi 25 janvier 2022- 20h30 à 22h
Avec :
– Kim Stanley Robinson (États-Unis), auteur de science-fiction.
– Isabelle Sourbès-Verger (France), géographe, chercheur au CNRS, et spécialiste des politiques spatiales.
– Alice Gorman (Australie), archéologue de l’espace.
Animé par :
– Michel Lussault (France), géographe et directeur de l’École urbaine de Lyon.
– Vincent Veschambre (France), professeur de sciences sociales et directeur du Rize.

Mercredi 26 janvier

DÉSIR DE CAMPAGNE : DE NOUVELLES FAÇONS DE VIVRE ET DE TRAVAILLER EN MILIEU RURAL
Mercredi 26 janvier 2022- 17h30 à 18h30
Par Claire Delfosse, géographe.

QUELLE PLACE POUR LA BIODIVERSITÉ DANS L’ANTHROPOCÈNE ?
Mercredi 26 janvier 2022- 19h à 20h
Par Bernard Kaufmann, maître de conférences en biologie.

SEXE, GENRE ET ANTHROPOCÈNE : L’ANTHROPOCÈNE A-T-IL UN SEXE ?
Mercredi 26 janvier 2022- 20h30 à 22h
Avec :
– Marta Segarra (Espagne/France), philosophe.
– Thierry Hoquet (France), philosophe.
– Quimera Rosa (Espagne), Laboratoire artistique de recherche et d’expérimentation sur identités, corps et technosciences.

Jeudi 27 janvier

RUPTURES À L’ÈRE DE L’ANTHROPOCÈNE : LA PERSONNIFICATION DE LA NATURE
Jeudi 27 janvier 2022- 12h30 à 13h30
Par Philippe Billet, professeur agrégé de droit

ESTHÉTIQUES DU CARE POUR L’ANTHROPOCÈNE
Jeudi 27 janvier 2022- 16h à 17h
Par María Grace Salamanca, doctorante en philosophie

ADAPTATIONS ARCHITECTURALES THROUGH UN VIDE ANTHROPOCÈNE. LE CAS CHINOIS COMME POINT DE DÉPART EMPIRIQUE
Jeudi 27 janvier 2022- 17h30 à 18h30
Par Jérémy Cheval, coordinateur du pôle formation à l’École Urbaine de Lyon, architecte et chercheur.

Vendredi 28 janvier

LA DÉCOLONISATION DES SAVOIRS UNIVERSITAIRES À L’HEURE DE L’ANTHROPOCÈNE : ORIGINES, TENSIONS ET ESPOIRS
Vendredi 28 janvier 2022- 17h30 à 18h30
Par Karine Vanthuyne, professeure agrégée d’anthropologie, directrice du Groupe de recherche interdisciplinaire sur les territoires de l’extractivisme (GRITE) et titulaire d’une chaire en enseignement universitaire à l’Université d’Ottawa.

HISTOIRE DES REPRÉSENTATIONS DES ESPACES-MONDES URBAINS. FORMES CONTEMPORAINES D’APPAREIL DE CAPTURE [IMAGINAIRE CONTEMPORAIN ET RÉCIT]
Samedi 29 janvier 2022- 15h à 16h
Par Kader Mokaddem, professeur de philosophie et d’esthétique à l’École supérieure d’Art et de Design de Saint-Étienne (ESADSE-Cité du design).

L’AIR : UNE MATIÈRE PREMIÈRE DE L’URBAIN ?
Dimanche 30 janvier 2022- 16h à 17h
Par Michel Lussault, géographe, professeur à l’École normale supérieure de Lyon.

Débats

LA COSMOGONIE COMME NOUVEAU PARADIGME DU DESIGN
Vendredi 28 janvier 2022- 19h à 20h
Avec Sename Koffi Agbodjinou (Togo), architecte et anthropologue.

ICI ET DEMAIN : LE COMMUN, LE FUTUR, LA JEUNESSE
Dimanche 30 janvier 2022- 17h30 à 19h
Avec :
– Marina Garcés (Espagne), philosophe.
– Feda Wardak (Pakistan/France), architecte-constructeur et chercheur indépendant.
– un·e représentant de Youth for Climate
Animation :
– Michel Lussault, géographe, directeur de l’École urbaine de Lyon

Veille sur la changement global

EN VEILLE SUR LE CHANGEMENT GLOBAL #61 : janvier 2021

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search