MAIS OU SONT PASSÉS LES ENFANTS ?

samedi 2 juillet 2022
17:00-18:00

Rencontre

Avec Clément Rivière, maître de conférences en sociologie à l’Université de Lille et Anne-Marie Doledec, responsable des expositions au Rize.

La présence d’enfants non accompagnés dans les rues est devenue suffisamment rare pour susciter la curiosité, voire la réprobation. Peu à peu, dans les sociétés urbaines occidentales, l’enfant a désinvesti les espaces publics extérieurs. Dans son ouvrage Leurs enfants dans la ville (Presses Universitaires de Lyon, 2021), Clément Rivière analyse la ville « à hauteur de parents » en étudiant la façon dont ces derniers encadrent la présence de leurs enfants dans les espaces publics. Comment, en tant qu’enfant, est-on introduit à la ville par nos parents ? Comment le fait de devenir parent redéfinit notre rapport à l’espace urbain ? Des questionnements posés comme des outils de réflexion politiques pour penser la ville « à hauteur d’enfant ».

Cet échange est précédé du film Allons Enfants, de Stéphane Demoustier.

MAIS QUE CHERCHE-T-ON AU RIZE ?

Mardi 28 juin – 18h30 – Au Rize
Restitution des travaux du pôle recherche


Venez échanger avec des chercheur.ses en anthropologie, architecture, histoire, géographie, sociologie, en résidence au pôle recherche ! A travers une présentation publique puis des jeux, des ateliers, des images actuelles ou d’archives, des créations audiovisuelles, elles et ils aborderons des sujets de société qui permettent de mieux comprendre Villeurbanne :

Agathe Rochet, masterante en sociologie à l’université de Saint-Etienne, abordera la place des femmes dans les mondes de la musique.

Jinwoo Shin, masterant en sciences sociales à l’ENS de Lyon, reviendra sur la diversité de la diaspora asiatique à Villeurbanne.

Lorenzo Bigaran, masterant en géographie à l’université Lyon 3, sur le patrimoine et le renouvellement urbain du quartier de l’Amande.

Alienor Wagner-Coubès, doctorante en histoire, mène sa thèse sur l’histoire et la géographie sociale des Gratte-Ciel.

Nolwenn Le Goff, doctorante en architecture, sur les transformations du bâtiment public villeurbannais au 20e siècle.

Camille Lassègue, doctorante en anthropologie, travaille sur l’accès à l’hébergement et au logement de femmes exilées à Villeurbanne.

Plus d’infos ici : Résidences de recherche en cours au Rize

Séminaire “approches contemporaines de la mémoire”

Transmission familiale des mémoires

Mardi 7 juin : 14h00 – 17h00, au Rize, 23 rue Valentin Hauy à Villeurbanne
(Grand atelier, 1er étage)

et en ligne, demander l’accès à ducloux_t@hotmail.fr

à l’occasion de cette séance nous aurons le plaisir d’accueillir

Alexandra OESER (ISP) et Solène BILLAUD (PACTE)

Co-autrices de l’ouvrage Histoires de famille. Les récits du passé dans la parenté contemporaine, 2015, Paris, Ulm, Alexandra Oeser et Solène Billaud aborderont la manière de construire la mémoire familiale/individuelle en objet sociologique. La séance sera l’occasion d’interroger la pertinence et les manières d’étudier sa production et sa transmission intergénérationnelle tant sur le plan de la méthodologie que sur celui de l’administration de la preuve.

La séance se tiendra en format hybride, en ligne et en présentiel, dans les locaux du Rize, le Centre Mémoires, Cultures, Echanges de la ville de Villeurbanne.

Congrès de la Société française d’histoire urbaine Villeurbanne 2022

2 et 3 juin 2022

Dans le cadre de Villeurbanne 2022, le Rize accueille le congrès de la Société française d’histoire urbaine.

Culture(s) urbaine(s)

Jeudi 2 juin

9h-9h30 : café d’accueil.

9h30-10h : introduction institutionnelle (M. Cédric van Styvendael, maire de Villeurbanne, Julia Bonaccorsi, vice-présidente Sciences et sociétés de l’université Lyon 2, Denis Menjot président de la SFHU), et scientifique (Sophie Raux, Natacha Coquery, Stéphane Frioux, Vincent Veschambre).

10h-11h45 : session 1. Édifices de spectacles et musées. Présidente de séance : Virginie Mathé (Université Paris-Est-Créteil)

    • Gabriel de Bruyn (Université de Caen), Les espaces muséographiques à Rome (IIe s. av. J.-C. – Ve s. ap. J.-C.).
    • Djamila Fellague (Université Grenoble-Alpes), Parure monumentale et lieux de culture urbaine. L’exemple des édifices de spectacle romains de Lugdunum/Lyon.
    • Anne-Doris Meyer (Université de Strasbourg), Des musées municipaux entre deux traditions : Hans Haug à Strasbourg (1919-1964).

11h45-12h15 : Visite de l’exposition « Villeurbanne à hauteur d’enfants », Le Rize

12h15-13h30 : buffet

13h30-15h15 : session 2. Actrices et acteurs de la culture en ville
Président de séance : Olivier Spina (Université Lyon 2)

    • Roxane Bonnardel-Mira (Université de Tours), Les «nuits russes» parisiennes des années 1920. Acteurs étrangers de la marchandisation d’un imaginaire nocturne cosmopolite.
    • Philippe Prudent (Université Grenoble-Alpes), Les voyageurs britannique, « consommateurs » de culture(s) dans la Rome de la seconde moitié du XVIIIe siècle. L’expérience de John Ramsay.
    • Suzanne Rochefort (Aix-Marseille université/EHESS), Des travailleurs de l’événement culturel : les comédiens comme acteurs de la vie urbaine à Paris dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

15h45-17h : session 3. Espaces artistiques innovants et utopies.
Présidente de séance : Françoise Benhamou (Université Paris-Nord, Présidente du Cercle des économistes)

    • Baptiste Colin (Université Lyon 2), « Ils savent pourquoi ils veulent nous briser, c’est que notre culture est subversive tout comme notre politique». Le KuKuCK, espace ambivalent du mouvement squatteur de Berlin-Ouest (1981-1984)
    • Jean-Sébastien Noël (Université de la Rochelle), Une « cité acoustique idéale » ? Entre utopie politique et création artistique dans la ville : les « États généraux du bruit » aux Rencontres Internationales d’Art contemporain de la Rochelle (1980-1982)

17h15 : Présentation de Villeurbanne capitale française de la culture et de sa politique culturelle

18h : Remise des prix de thèse de la SFHU 2020 et 2021

18h30 : Cocktail

Vendredi 3 juin

9h15-10h30 : Session 4. Enjeux culturels de territoires
Président de séance : Loïc Vadelorge (Université Gustave-Eiffel)

    • Mathilde Lavenu (ENSA Clermont-Ferrand), Du prototype à la série, les 1000 Clubs : le patrimoine des « inorganisés »
    • Isabelle Chesneau (ENSA Paris-Malaquais), Examen des rapports entre ville et culture dans les documents de planification urbaine en Ile-de-France (1919-2019)

10h45-12h15 : Session 5. Théâtres urbains
Présidente de séance : Ulrike Krampl (Université de Tours)

  • Natalia Wawrzyniak (Université de Lausanne, FNS), Une culture théâtrale urbaine au prisme de la base de données. La base des Premiers théâtres romands (XVe-XVIe siècles)
  • Laurène Haslé (EPHE), Le Théâtre du Gymnase sous la direction d’Adolphe Lemoine-Montigny (1844-1880). Spectateurs, environnement et programmation d’un lieu de spectacle du XIXe siècle
  • Aliénor Wagner-Coubès (Université Gustave-Eiffel), Le théâtre des Gratte-Ciel : théâtre populaire et politiques culturelles municipales

12h30 : buffet

14h -17h : visites de terrain au choix

  • Lieux culturels : objets privilégiés de la reconversion du bâti. Balade urbaine entre Rize et ENM, par Vincent Veschambre (RIZE)
  • Visite du TNP puis du quartier Gratte-Ciel

 

« Espaces et mémoires : la douleur à l’épreuve de l’oubli »

Quatrième séance du séminaire “Approches contemporaines de la mémoire”, en présence de Dominique Chevalier, maîtresse de conférences HDR en géographie à l’Université Claude Bernard Lyon 1, chercheure à EVS et Anne Hertzog, maîtresse de conférences en géographie à l’Université de Cergy-Pontoise, chercheuse au laboratoire MRTE. Cette séance est discutée par Vincent Veschambre, directeur du Rize, chercheur à EVS.
 

« Mémoires (de lutte) de classes : de l’héritage à la patrimonialisation »

Troisième séance du séminaire “Approches contemporaines de la mémoire”, en présence de Michelle Zancarini-Fournel, professeure émérite d’histoire contemporaine (histoire des femmes et du genre), chercheuse au LARHRA et de Thomas Zanetti, maître de conférences en géographie urbaine à l’Université Lyon 3, chercheur à EVS. Séance discutée par Morane Chavanon, post-doctorante EHESS au Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

 

“L’enfance des adultes : primes socialisations et mémoires sociales”

Frédérique Giraud (CERLIS) et Margot Delon (CENS) présentent leurs travaux de recherche lors de la deuxième séance du séminaire “Approches contemporaines de la mémoire”. Cette séance est discutée par Thibault Ducloux (CMH). 

Séance inaugurale du séminaire “Approches contemporaines de la mémoire”

Vous pouvez réécouter en podcast la première séance du séminaire “ACM” lors de laquelle nous avons eu le plaisir d’entendre Vincent Veschambre, directeur du Rize et membre du laboratoire EVS ainsi que Marie-Claire Lavabre, directrice de recherche au CNRS et spécialiste des questions mémorielles.  

La recherche au Rize vue par la presse locale

Pendant l’été 2020, le pôle recherche du Rize a été mis à l’honneur dans les pages du Progrès. Chaque chercheuse alors en résidence a eu l’opportunité de présenter son travail au grand public.

Vous trouverez ici la présentation de ces chroniques d’été.

Les deux autrices et dessinatrices Amélie Bridel et Valentine de Lussy en ont profité pour illustrer certains de ces travaux de recherches. Elles étaient alors en stage au Rize pour traduire en bande-dessinée les travaux de deux chercheuses en thèse au Rize, Saphia Doumenc et Lison Leneveler.

 

Amélie Bridel
Valentine de Lussy

Approches contemporaines de la mémoire

Programme du cycle 1

Janvier – mai 2021

Le Rize, Villeurbanne

Sur le front de l’actualité de la recherche, de ses avancées, de ses achoppements et de ses débats aussi bien en histoire qu’en géographie sociale, en sciences politiques et en sociologie, ce séminaire ambitionne d’éprouver la notion de « mémoire » en la réinscrivant dans une approche généraliste, interdisciplinaire et empirique. Ne disposant pas du pouvoir de contrainte intellectuelle d’un concept, la polysémique notion de mémoire s’avère transversale à bon nombre de terrains, d’échantillons voire d’objets de recherche. L’enjeu n’est donc pas seulement de réinscrire les faits dits « mémoriels » dans leurs contextes sociaux mais d’explorer les modalités de leur interdépendance. Au-delà de la diversité des terrains et des « contenus » spécifiques de mémoires, le séminaire sera l’occasion privilégiée d’aborder les questions générales de la construction sociale des mémoires à travers la socialisation – notamment familiale, professionnelle et politique –, des mécanismes centraux de l’oubli et de la réminiscence, de la mémoire mobilisée comme ressource sociale, et aussi de l’institutionnalisation et de la matérialisation en des lieux de certaines mémoires et pas d’autres (la dialectique mémoires individuelles et mémoires collectives traversera donc l’ensemble de ces questionnements). De quoi la mise en mémoire constitue-t-elle le signe ? De quoi ses recompositions témoignent-elles ? En somme, la préoccupation générale du séminaire est de construire la mémoire comme un indicateur scientifique à même de rendre compte de processus sociaux qui ne s’y limitent en aucun cas.

Modalités de participation :

Entrée libre, réservation conseillée auprès du Rize ou des organisateurs·rices du séminaire.

Les doctorant·e·s auront la possibilité de rédiger (seul·e ou à plusieurs) le compte rendu détaillé d’une séance, lequel sera soumis à une relecture puis publié sur le carnet hypothèse du Rize. C’est à ce titre qu’ils et elles pourront faire valider cette formation par l’école doctorale 483.


     Cycle I – Mémoires sociales : empreintes, formes et dimensions

À l’amphithéâtre du Rize, de 14h à 17h – ou en visioconférence 

22/01 – Séance d’ouverture : Présentation du séminaire et des enjeux scientifiques de l’objet mémoriel

Vincent Veschambre (directeur du Rize/EVS) et Marie-Claire Lavabre (CEE-Sciences Po)

16/02 – L’enfance des adultes : primes socialisations et mémoires sociales

Margot Delon (CENS) et Frédérique Giraud (CERLIS)

Discutant : Thibault Ducloux (CMH)

16/03 – Mémoires de (lutte de) classes : de l’héritage à la patrimonialisation

Michelle Zancarini-Fournel (LARHRA) et Thomas Zanetti (EVS)

Discutante : Morane Chavanon (Triangle)

13/04 – Espaces et mémoires : la douleur à l’épreuve de l’oubli 
Dominique Chevalier (EVS) et Anne Hertzog (MRTE)

Discutant : Vincent Veschambre (EVS)

18/05 – Dominations, discriminations et mémoires silencieuses 

Fanny Gallot (CRHEC) et Joanne Le Bars (ACP)

Discutante : Saphia Doumenc (Triangle)

 

Organisation du séminaire :

Saphia Doumenc (Triangle) : doumenc.saphia@gmail.com

Thibault Ducloux (Centre Maurice Halbwachs) : ducloux_t@hotmail.fr

Responsable scientifique du séminaire :

Vincent Veschambre (EVS, Rize)

Comité d’animation :

Mélodie Breton (CESSP)

Lina Cardenas (LATTS)

Lison Leneveler (CRJ)

Béatrice Zani (Triangle)

[1] Le compte rendu de chaque séance sera publié sur le carnet hypothèses du Rize :                         https://mes.hypotheses.org/

Appel à candidature – Contrat CIFRE

 

Dans le cadre de ses activités de recherche, le Rize, Centre mémoires, cultures, échanges Ville de Villeurbanne, recrute pour le début de l’année 2021 un ou une doctorant·e en sciences humaines et sociales, dans le cadre du dispositif CIFRE, cofinancé par l’ANRT et la Ville de Villeurbanne pendant 3 ans.

Pour un présentation plus détaillée de l’appel à candidature : https://lerize.villeurbanne.fr/wp-content/uploads/2020/07/2020RIZEappel-candidatCIFRE-2021-2024.pdf

DOMAINES ET AXES DE RECHERCHE PROPOSÉS

 

Le Rize est particulièrement favorable à la pluralité des entrées disciplinaires dans ses thématiques de recherche. C’est pourquoi toutes les sciences humaines et sociales peuvent a priori trouver leur place dans son programme d’étude. La liste suivante est par conséquent indicative :

  • Sciences historiques : histoire politique, sociale, culturelle, économique ; histoire de l’art…
  • Sciences de l’espace : géographie urbaine, sociale, culturelle, économique ; aménagement, urbanisme, architecture…
  • Sociologie, anthropologie/ethnologie, psychologie sociale, sciences politiques, sciences de l’éducation, sciences du langage, information-communication…
  • Sciences des arts, lettres et littérature, musicologie…

 

Même si les doctorats restent généralement ancrés dans des disciplines universitaires, le Rize sera attentif à des propositions s’inscrivant dans une pluridisciplinarité, voire dans une transdisciplinarité assumée (études de genre, études urbaines…).

Les candidat·e·s sont libres de proposer tout sujet de recherche, dès lors qu’il se conforme aux problématiques propres au Rize et qu’il concerne le territoire villeurbannais, ou qu’il inscrit le territoire villeurbannais dans une démarche comparative.

CONDITIONS ET MODALITÉS PRATIQUES DE LA RÉSIDENCE

 

Dans le cadre de la résidence, un bureau équipé sera mis à la disposition du ou de la doctorant·e. Le Rize lui fournira les contacts institutionnels nécessaires à ses recherches et l’assistera dans son travail éventuel de collecte de sources orales.

Un contrat de collaboration de trois ans sera signé entre le Rize et le laboratoire de recherche auquel sera rattaché le ou la doctorant·e.

Une convention CIFRE de trois ans sera signée entre le Rize et l’ANRT pour l’octroi de la subvention accordée pour la durée de la thèse.

Un contrat de travail de trois ans sera établi entre la Ville de Villeurbanne et le ou la doctorant·e-salarié·e.

Salaire annuel brut : 23 700€ environ.

 

COMPÉTENCES SOUHAITÉES

 

Le ou la doctorant·e recruté·e devra être titulaire d’un Master 2 dans le domaine des sciences humaines et sociales.

 

Une disposition au travail en équipe est aussi requise, dans la mesure où le ou la doctorant·e travaillera en collaboration avec l’équipe chargée de l’action culturelle et de la médiation au Rize.  Le ou la doctorant·e aura également en charge d’animer le pôle scientifique du Rize, composé notamment des jeunes chercheur·e·s en master  accueilli·e·s en résidence chaque année.

Il s’efforcera en effet de faciliter l’intégration de ses travaux de recherche à la programmation culturelle du Rize, et/ou de la diffuser par le biais de ses supports éditoriaux, notamment le carnet de recherches Mémoires et Société. Actualité de la recherche au Rize, blog hébergé sur la plate-forme hypothèses.org, dont il aura aussi la responsabilité.

Le ou la doctorant·e sera en lien avec les équipes des archives et de la médiathèque afin de continuer à alimenter le fond bibliographique du pôle recherche. 

On appréciera enfin que le ou la candidat·e manifeste de l’intérêt pour les problématiques liées à la valorisation du patrimoine culturel.

 

CRITÈRES DE SÉLECTION

 

Les critères pris en compte par le comité de sélection sont les suivants :

  • La qualité du projet de thèse (nouveauté, faisabilité…)
  • Sa pertinence au regard des problématiques propres au Rize et du territoire villeurbannais comme sujet d’études (monographique ou dans un cadre comparatif)
  • La motivation du ou de la candidat·e au regard d’un insertion au sein d’un équipement culturel pluriel.

 

Les candidat·e·s seront  pré-sélectionné·e·s sur dossier puis ils seront auditionné·e·s lors d’un entretien au cours duquel la motivation et les compétences recherchées seront particulièrement évaluées.

 

CONSTITUTION DU DOSSIER :

 

Les candidats doivent fournir les documents suivants :

  • la fiche de candidature complétée
  • un curriculum vitæ
  • une lettre de motivation
  • une description du projet de thèse
  • une lettre de recommandation émanant de leur directeur·rice de recherche
  • une attestation d’inscription pour l’année universitaire 2020/2021.

 

Les dossiers de candidature sont à renvoyer à l’adresse suivante :

Le Rize

23 rue Valentin Haüy

CS 30 038

 69625 Villeurbanne cedex

 

Le Calendrier de recrutement 

 

Date limite de remise des dossiers de candidature : vendredi 16 octobre 2020

Entretiens pour les candidats pré – sélectionnés : à partir du 9 novembre

Recrutement par la Ville de Villeurbanne : en janvier 2021

 

COLLOQUE “PATRIMOINES ET TERRITOIRES”

Le Centre Interdisciplinaire d’Études et de Recherches sur l’Expression Contemporaine et l’UMR Environnement Ville Société – ISTHME de l’Université Jean Monnet de Saint-Étienne organisent, en collaboration avec l’IUT de Roanne et le Réseau de musées en Roannais, un colloque international interdisciplinaire « Patrimoines et territoires », à Roanne les 7 et 8 novembre 2019.

En bref, il s’agit de questionner les liens (culturels, symboliques, socio- économiques, politiques…) qui s’établissent entre les territoires et les démarches patrimoniales, dans tous les domaines. Seront ainsi analysées de nombreuses actions dans différents pays (voir programme en PJ)

Plus d’infos : programme

L’inscription est gratuite mais indispensable, sur le site du colloque htpps://colloqueroanne.wixsite.com/2019.

Cette manifestation scientifique s’inscrit dans le cadre du projet « Patrimoines et territoires : mémoire du travail en Roannais », qui bénéficie du soutien financier de la Direction Régionale des Affaires Culturelles Auvergne —Rhône-Alpes, de la Région Auvergne — Rhône-Alpes et de l’Université Jean Monnet.

« LES MÉMOIRES COMME RESSOURCES ET ENJEUX. ENTRE DIMENSIONS SPATIALES, POLITIQUES ET SOCIALES »

 

Association de Géographes Français

12 octobre 2019

09h30-12h30 / 14h-18h

Institut de Géographie 

191, rue Saint-Jacques – 75005 – Paris 

 « LES MÉMOIRES COMME RESSOURCES ET ENJEUX.

ENTRE DIMENSIONS SPATIALES, POLITIQUES ET SOCIALES » 

Coordonnatrice :

Dominique CHEVALIER

dominique.chevalier@univ-lyon1.fr

 

Résumé : La géographie, et notamment la géographie culturelle, s’intéresse de plus en plus à la notion de spatialisation des mémoires collectives et individuelles. Le champ mémoriel s’est tout particulièrement développé en sciences sociales en même temps que de nombreuses sociétés démêlaient et construisaient leurs rapports aux mémoires traumatiques majoritairement issues d’évènements conflictuels et post-conflictuels du 20ème siècle. Les enjeux de ces relations au passé ont été amplement étudiés par les anthropologues et les historien·ne·s et finalement le Memory boom s’est imposé avec force dans le monde académique des sciences humaines et sociales (Nicolas 2014,  Lavabre 2000).

D’une manière plus générale, la mémoire, en tant qu’objet appréhendé d’un point de vue spatial  produit de l’espace en conjuguant différents niveaux scalaires ; elle interroge la nature des liens entre les territoires et leur caractère symbolique et permet de comprendre la manière dont les individus et groupes sociaux produisent, façonnent et/ou modifient l’espace, matériellement ou idéellement, par leurs représentations et pratiques mémorielles.

Cette séance de l’Association de Géographes Français (AGF) vise à alimenter la réflexion autour des Memory Studies, en confrontant les regards et les approches de diverses sciences sociales (géographie bien sûr, mais aussi histoire, sociologie, anthropologie). Chercheurs et chercheuses chevronné·e·s échangeront avec de jeunes chercheur·se·s pour cerner plus avant la place de l’espace et le rôle du lieu dans l’ancrage ou la circulation des mémoires.

 

Programme de la journée

09h30 : Dominique CHEVALIER (Maitresse de conférences-HDR en géographie, Université Lyon, UMR Environnement, ville et société-5600 CNRS) : Les relations espaces/mémoires. Problématique. Présentation de la journée.

10h : Anne HERTZOG (Maitresse de conférences en géographie, Université de Cergy-Pontoise, Laboratoire MRTE) : La commémoration comme lieu de fabrique d’un “homeland”. Pratiques mémorielles, fabriques communautaires, et territorialités diasporiques en France.

10h30 : Aliou GAYE (Doctorant en géographie, UMR Environnement, ville et société-5600 CNRS) : Processus de patrimonialisation et mise en tourisme des mémoires collectives de l’esclavage à l’île de Gorée.

11h : Anne  SGARD (Professeure, Université de Genève, Département de Géographie et Environnement, Institut Universitaire de Formation des Enseignants) : Le paysage et ses mémoires, la mémoire et ses paysages. Le cas du Vercors. 

11h30 : Thibault  DUCLOUX (Docteur en sociologie, CMH, EHESS) : Là où s’échouent les destinées : Les prisons, dévoreuses de mémoires ?

12h : POUEYTO Jean-Luc (Anthropologue, Enseignant Chercheur, Université de Pau & Pays de l’Adour, ITEM (EA 3002) : Lieux vénérés puis oubliés : L’exemple de mémoires familiales  manouches.

 

12h30-14h00 : Pause déjeuner

14h : DUCHENE François (Responsable de la Voie d’Approfondissement Aménagement et Politiques urbaines, ENTPE Vaulx-en-Velin, UMR Environnement, ville et société-5600 CNRS); ZANETTI Thomas (Maître de conférences en Géographie et Aménagement, UMR Environnement, ville et société-5600 CNRS); CHEVALIER Dominique (Maitresse de Conférences-HDR en Géographie, UMR Environnement, ville et société-5600 CNRS) : Palimpsestes mémoriels et voisinages migratoires : l’exemple des commerces de la Guillotière à Lyon.

14h30 : AUMOITTE Elisa : Sans mémoire des lieux ni lieux de mémoire. La Palestine invisible sous les forêts israéliennes.

15h : TRAN Thao (Maîtresse de Conférences – Université de Pau et des Pays de l’Adour, Laboratoire PASSAGES – UMR CNRS/UPPA 5319) : Ce que la guerre fait à l’environnement : mémoires forestières au Sud Vietnam.

15h30 : CAUMONT Bastien (Doctorant Géographie, UMR Environnement, ville et société-5600 CNRS) : De l’exclusion sociale et territoriale des Indésirables  à une patrimonialisation spatialisée et territorialisée : les cas des Mémoriaux de Rivesaltes et de Buchenwald. 

16h : POUILLES Marie (Doctorante Géographie, UMR Environnement, ville et société-5600 CNRS) : Mémoires conflictuelles ancrées dans un territoire et une société divisés : Quels enjeux en Chypre contemporaine?

16h30 : PETIT Emmanuelle : Les matérialisations du souvenir en montagne, un terrain propice à l’appréhension des liens entre mémoire et espace.

17h : ROYER Racha (Doctorante Géographie, UMR Environnement, ville et société-5600 CNRS) : L’inscription de la mémoire communautaire dans le musée. Le cas du musée de Mleeta au Liban.

17h30 : Synthèse, Conclusions, Perspectives

Fin des travaux : 18h