Séminaire “approches contemporaines de la mémoire”

Transmission familiale des mémoires

Mardi 7 juin : 14h00 – 17h00, au Rize, 23 rue Valentin Hauy à Villeurbanne
(Grand atelier, 1er étage)

et en ligne, demander l’accès à ducloux_t@hotmail.fr

à l’occasion de cette séance nous aurons le plaisir d’accueillir

Alexandra OESER (ISP) et Solène BILLAUD (PACTE)

Co-autrices de l’ouvrage Histoires de famille. Les récits du passé dans la parenté contemporaine, 2015, Paris, Ulm, Alexandra Oeser et Solène Billaud aborderont la manière de construire la mémoire familiale/individuelle en objet sociologique. La séance sera l’occasion d’interroger la pertinence et les manières d’étudier sa production et sa transmission intergénérationnelle tant sur le plan de la méthodologie que sur celui de l’administration de la preuve.

La séance se tiendra en format hybride, en ligne et en présentiel, dans les locaux du Rize, le Centre Mémoires, Cultures, Echanges de la ville de Villeurbanne.

Congrès de la Société française d’histoire urbaine Villeurbanne 2022

2 et 3 juin 2022

Dans le cadre de Villeurbanne 2022, le Rize accueille le congrès de la Société française d’histoire urbaine.

Culture(s) urbaine(s)

Jeudi 2 juin

9h-9h30 : café d’accueil.

9h30-10h : introduction institutionnelle (M. Cédric van Styvendael, maire de Villeurbanne, Julia Bonaccorsi, vice-présidente Sciences et sociétés de l’université Lyon 2, Denis Menjot président de la SFHU), et scientifique (Sophie Raux, Natacha Coquery, Stéphane Frioux, Vincent Veschambre).

10h-11h45 : session 1. Édifices de spectacles et musées. Présidente de séance : Virginie Mathé (Université Paris-Est-Créteil)

    • Gabriel de Bruyn (Université de Caen), Les espaces muséographiques à Rome (IIe s. av. J.-C. – Ve s. ap. J.-C.).
    • Djamila Fellague (Université Grenoble-Alpes), Parure monumentale et lieux de culture urbaine. L’exemple des édifices de spectacle romains de Lugdunum/Lyon.
    • Anne-Doris Meyer (Université de Strasbourg), Des musées municipaux entre deux traditions : Hans Haug à Strasbourg (1919-1964).

11h45-12h15 : Visite de l’exposition « Villeurbanne à hauteur d’enfants », Le Rize

12h15-13h30 : buffet

13h30-15h15 : session 2. Actrices et acteurs de la culture en ville
Président de séance : Olivier Spina (Université Lyon 2)

    • Roxane Bonnardel-Mira (Université de Tours), Les «nuits russes» parisiennes des années 1920. Acteurs étrangers de la marchandisation d’un imaginaire nocturne cosmopolite.
    • Philippe Prudent (Université Grenoble-Alpes), Les voyageurs britannique, « consommateurs » de culture(s) dans la Rome de la seconde moitié du XVIIIe siècle. L’expérience de John Ramsay.
    • Suzanne Rochefort (Aix-Marseille université/EHESS), Des travailleurs de l’événement culturel : les comédiens comme acteurs de la vie urbaine à Paris dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

15h45-17h : session 3. Espaces artistiques innovants et utopies.
Présidente de séance : Françoise Benhamou (Université Paris-Nord, Présidente du Cercle des économistes)

    • Baptiste Colin (Université Lyon 2), « Ils savent pourquoi ils veulent nous briser, c’est que notre culture est subversive tout comme notre politique». Le KuKuCK, espace ambivalent du mouvement squatteur de Berlin-Ouest (1981-1984)
    • Jean-Sébastien Noël (Université de la Rochelle), Une « cité acoustique idéale » ? Entre utopie politique et création artistique dans la ville : les « États généraux du bruit » aux Rencontres Internationales d’Art contemporain de la Rochelle (1980-1982)

17h15 : Présentation de Villeurbanne capitale française de la culture et de sa politique culturelle

18h : Remise des prix de thèse de la SFHU 2020 et 2021

18h30 : Cocktail

Vendredi 3 juin

9h15-10h30 : Session 4. Enjeux culturels de territoires
Président de séance : Loïc Vadelorge (Université Gustave-Eiffel)

    • Mathilde Lavenu (ENSA Clermont-Ferrand), Du prototype à la série, les 1000 Clubs : le patrimoine des « inorganisés »
    • Isabelle Chesneau (ENSA Paris-Malaquais), Examen des rapports entre ville et culture dans les documents de planification urbaine en Ile-de-France (1919-2019)

10h45-12h15 : Session 5. Théâtres urbains
Présidente de séance : Ulrike Krampl (Université de Tours)

  • Natalia Wawrzyniak (Université de Lausanne, FNS), Une culture théâtrale urbaine au prisme de la base de données. La base des Premiers théâtres romands (XVe-XVIe siècles)
  • Laurène Haslé (EPHE), Le Théâtre du Gymnase sous la direction d’Adolphe Lemoine-Montigny (1844-1880). Spectateurs, environnement et programmation d’un lieu de spectacle du XIXe siècle
  • Aliénor Wagner-Coubès (Université Gustave-Eiffel), Le théâtre des Gratte-Ciel : théâtre populaire et politiques culturelles municipales

12h30 : buffet

14h -17h : visites de terrain au choix

  • Lieux culturels : objets privilégiés de la reconversion du bâti. Balade urbaine entre Rize et ENM, par Vincent Veschambre (RIZE)
  • Visite du TNP puis du quartier Gratte-Ciel

 

COLLOQUE “PATRIMOINES ET TERRITOIRES”

Le Centre Interdisciplinaire d’Études et de Recherches sur l’Expression Contemporaine et l’UMR Environnement Ville Société – ISTHME de l’Université Jean Monnet de Saint-Étienne organisent, en collaboration avec l’IUT de Roanne et le Réseau de musées en Roannais, un colloque international interdisciplinaire « Patrimoines et territoires », à Roanne les 7 et 8 novembre 2019.

En bref, il s’agit de questionner les liens (culturels, symboliques, socio- économiques, politiques…) qui s’établissent entre les territoires et les démarches patrimoniales, dans tous les domaines. Seront ainsi analysées de nombreuses actions dans différents pays (voir programme en PJ)

Plus d’infos : programme

L’inscription est gratuite mais indispensable, sur le site du colloque htpps://colloqueroanne.wixsite.com/2019.

Cette manifestation scientifique s’inscrit dans le cadre du projet « Patrimoines et territoires : mémoire du travail en Roannais », qui bénéficie du soutien financier de la Direction Régionale des Affaires Culturelles Auvergne —Rhône-Alpes, de la Région Auvergne — Rhône-Alpes et de l’Université Jean Monnet.

« LES MÉMOIRES COMME RESSOURCES ET ENJEUX. ENTRE DIMENSIONS SPATIALES, POLITIQUES ET SOCIALES »

 

Association de Géographes Français

12 octobre 2019

09h30-12h30 / 14h-18h

Institut de Géographie 

191, rue Saint-Jacques – 75005 – Paris 

 « LES MÉMOIRES COMME RESSOURCES ET ENJEUX.

ENTRE DIMENSIONS SPATIALES, POLITIQUES ET SOCIALES » 

Coordonnatrice :

Dominique CHEVALIER

dominique.chevalier@univ-lyon1.fr

 

Résumé : La géographie, et notamment la géographie culturelle, s’intéresse de plus en plus à la notion de spatialisation des mémoires collectives et individuelles. Le champ mémoriel s’est tout particulièrement développé en sciences sociales en même temps que de nombreuses sociétés démêlaient et construisaient leurs rapports aux mémoires traumatiques majoritairement issues d’évènements conflictuels et post-conflictuels du 20ème siècle. Les enjeux de ces relations au passé ont été amplement étudiés par les anthropologues et les historien·ne·s et finalement le Memory boom s’est imposé avec force dans le monde académique des sciences humaines et sociales (Nicolas 2014,  Lavabre 2000).

D’une manière plus générale, la mémoire, en tant qu’objet appréhendé d’un point de vue spatial  produit de l’espace en conjuguant différents niveaux scalaires ; elle interroge la nature des liens entre les territoires et leur caractère symbolique et permet de comprendre la manière dont les individus et groupes sociaux produisent, façonnent et/ou modifient l’espace, matériellement ou idéellement, par leurs représentations et pratiques mémorielles.

Cette séance de l’Association de Géographes Français (AGF) vise à alimenter la réflexion autour des Memory Studies, en confrontant les regards et les approches de diverses sciences sociales (géographie bien sûr, mais aussi histoire, sociologie, anthropologie). Chercheurs et chercheuses chevronné·e·s échangeront avec de jeunes chercheur·se·s pour cerner plus avant la place de l’espace et le rôle du lieu dans l’ancrage ou la circulation des mémoires.

 

Programme de la journée

09h30 : Dominique CHEVALIER (Maitresse de conférences-HDR en géographie, Université Lyon, UMR Environnement, ville et société-5600 CNRS) : Les relations espaces/mémoires. Problématique. Présentation de la journée.

10h : Anne HERTZOG (Maitresse de conférences en géographie, Université de Cergy-Pontoise, Laboratoire MRTE) : La commémoration comme lieu de fabrique d’un “homeland”. Pratiques mémorielles, fabriques communautaires, et territorialités diasporiques en France.

10h30 : Aliou GAYE (Doctorant en géographie, UMR Environnement, ville et société-5600 CNRS) : Processus de patrimonialisation et mise en tourisme des mémoires collectives de l’esclavage à l’île de Gorée.

11h : Anne  SGARD (Professeure, Université de Genève, Département de Géographie et Environnement, Institut Universitaire de Formation des Enseignants) : Le paysage et ses mémoires, la mémoire et ses paysages. Le cas du Vercors. 

11h30 : Thibault  DUCLOUX (Docteur en sociologie, CMH, EHESS) : Là où s’échouent les destinées : Les prisons, dévoreuses de mémoires ?

12h : POUEYTO Jean-Luc (Anthropologue, Enseignant Chercheur, Université de Pau & Pays de l’Adour, ITEM (EA 3002) : Lieux vénérés puis oubliés : L’exemple de mémoires familiales  manouches.

 

12h30-14h00 : Pause déjeuner

14h : DUCHENE François (Responsable de la Voie d’Approfondissement Aménagement et Politiques urbaines, ENTPE Vaulx-en-Velin, UMR Environnement, ville et société-5600 CNRS); ZANETTI Thomas (Maître de conférences en Géographie et Aménagement, UMR Environnement, ville et société-5600 CNRS); CHEVALIER Dominique (Maitresse de Conférences-HDR en Géographie, UMR Environnement, ville et société-5600 CNRS) : Palimpsestes mémoriels et voisinages migratoires : l’exemple des commerces de la Guillotière à Lyon.

14h30 : AUMOITTE Elisa : Sans mémoire des lieux ni lieux de mémoire. La Palestine invisible sous les forêts israéliennes.

15h : TRAN Thao (Maîtresse de Conférences – Université de Pau et des Pays de l’Adour, Laboratoire PASSAGES – UMR CNRS/UPPA 5319) : Ce que la guerre fait à l’environnement : mémoires forestières au Sud Vietnam.

15h30 : CAUMONT Bastien (Doctorant Géographie, UMR Environnement, ville et société-5600 CNRS) : De l’exclusion sociale et territoriale des Indésirables  à une patrimonialisation spatialisée et territorialisée : les cas des Mémoriaux de Rivesaltes et de Buchenwald. 

16h : POUILLES Marie (Doctorante Géographie, UMR Environnement, ville et société-5600 CNRS) : Mémoires conflictuelles ancrées dans un territoire et une société divisés : Quels enjeux en Chypre contemporaine?

16h30 : PETIT Emmanuelle : Les matérialisations du souvenir en montagne, un terrain propice à l’appréhension des liens entre mémoire et espace.

17h : ROYER Racha (Doctorante Géographie, UMR Environnement, ville et société-5600 CNRS) : L’inscription de la mémoire communautaire dans le musée. Le cas du musée de Mleeta au Liban.

17h30 : Synthèse, Conclusions, Perspectives

Fin des travaux : 18h

 

Journée d’étude “Engagements!?”

« Saisir l’engagement dans sa pluralité : apports d’une analyse localisée »

Le Rize organise une journée d’étude pluridisciplinaire dans le cadre de l’exposition 2018/2019 sur l’engagement à Villeurbanne.

Date de la journée d’étude : le 28 juin 2019

Programme détaillé de la journée : http://lerize.villeurbanne.fr/wp-content/uploads/2019/05/RIZE_Programme-28Juin2019.pdf

Renseigner l’engagement n’est pas chose aisée. Des données quantitatives permettent de mesurer l’engagement contemporain, néanmoins ces derniers ne suffisent pas à rendre compte de la diversité des types d’engagement. En effet, les formes et les causes de l’engagement  sont plurielles: associatif (Hamidi, 2010) ; humanitaire (Collovald et al., 2002) ; syndical (Béroud et al., 2018) ; politique (Lefebvre, 2014) ; en faveur des prostituées (Mathieu, 2001), des sans-papiers (Siméant, 1998), des sans-logements (Péchu, 2006) ; l’engagement religieux (Garcia-Ruiz et Michel, 2012 ; Chatelan, 2009) ; etc. L’engagement se déploie sous différentes formes et selon différents répertoires d’action. La consommation (Balsiger, 2017), le mode d’habiter, d’une manière plus large le choix de vie peuvent être synonyme d’engagement. Tout cela conduit à questionner l’engagement comme pratique individuelle ou collective. On le voit, la notion d’engagement soulève une foule d’interrogations, témoignant tout à la fois de sa richesse et de la confusion qui entoure sa définition.

Pourquoi et comment au juste s’engage-t-on ? Par quels processus les individus se saisissent-ils de telle ou telle cause ? Quelles sont les incidences de l’engagement ? Les pouvoirs publics peuvent-ils s’engager ? Quelles sont les différences entre engagement institutionnel et militantisme ? De quoi le désengagement est-il le signe ? Bref, de quoi parle-t-on concrètement lorsque l’on évoque l’engagement ?

Colloque “Dévouement, dévotion, engagement : servir la Cité”

Date du colloque :  du 16/11/2017 à 8h30 au 18/11/2017 à 17:30
Type: Colloque à l’Université Lyon 2, Campus des berges du Rhône, Palais Hirsh
Le Rize accueillera le samedi 18 novembre deux tables rondes intitulées : “S’engager avec les migrants” et “Engagement citoyen, démocratie locale, participation”
“Faut-il, un siècle après la conférence de Weber sur la naissance des partis politiques modernes et les formes l’engagement partisan, souscrire au cliché actuel de la disparition du militantisme classique, de la désyndicalisation et du recul des organisations partisanes au profit de coalitions électorales animées par de simples supporteurs, d’entreprises politiques à durée de vie limitée et sans doctrine précise, de Think Tank et de fondations ? Ne doit-on pas au contraire observer le succès de nouvelles formes de mobilisation et d’action et la substitution –lente ou soudaine- de certains modes de construction des causes à d’autres, plus anciens ou plus institutionnalisés, plus encadrés et moins décentralisés ? Comment penser, autrement que sur les modes symétriques de la déploration (« la fin des militants ») ou de l’enchantement, ces nouveaux engagements et ces nouvelles figures militantes ? Et que nous disent ces changements des manières de faire cause et de ce qui fait qu’une cause –environnementale, animaliste, humanitaire- prend ou ne prend pas ? Cet événement qui conjugue colloque universitaire, tables-rondes, forums publics, installation artistiques majeure entend apporter de nouvelles réponses à ces questions en sollicitant chercheurs, associations, militants, étudiants et enseignants, artistes.”

Plus d’infos sur le programme joint 
Inscription sur le site de l’Université Lumière Lyon 2

Journée d’études : Comment localiser la mémoire ?

La semaine prochaine, vendredi 06 mars, se tiendra au Rize une journée d’études autour de la mémoire intitulée :

“Mémoire(s) à Villeurbanne, mémoire(s) de Villeurbanne.

Comment localiser la mémoire ?
Territoire, terrains et échelles d’observation”

En partant principalement de réflexions menées sur le territoire villeurbannais, cette journée, faisant intervenir chercheurs et acteurs institutionnels, vise à interroger la notion de mémoire et les différentes approches et pratiques adoptées pour tenter de la saisir.

Parmi les intervenants, figurent un doctorant actuellement en résidence au Rize dans le cadre de sa thèse en sociologie, Benjamin Tremblay (Centre Max Weber) ainsi que Boris de Rogalski Landrot, docteur en histoire, qui avait conduit sa thèse au Rize (Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes, Larhra), revenant alors à cette occasion sur ses travaux.

Le programme

Journée d'étude au Rize

Colloque-Les communautés à périphéries-Londres, du 4 au 5 avril à l’Institut Français

Du 4 au 5 avril 2013, se déroulera à l’Institut Français de Londres un colloque interdisciplinaire sur Les communautés à la périphérie : perceptions et représentations des banlieues françaises. Ce colloque est organisé par Banlieue network qui est un réseau de chercheurs s’intéressant aux représentations des banlieues françaises. Ce réseau organise des évènements scientifiques internationaux dans le but de mieux comprendre les banlieues françaises et de déconstruire les stéréotypes véhiculés sur elles. Le colloque se déroule prochainement à Londres et il permettra de confronter des réflexions pluridisciplinaires sur les banlieues, le but étant d’apprécier ce qui est réellement désigné sous ce vocable. Ma participation à ce colloque s’appuie sur mes travaux sur les représentations de Villeurbanne qui, d’un point de vue de la logique spatiale, est une commune de la banlieue lyonnaise. Mon approche est historique et je vais présenter l’évolution des représentations associées à Villeurbanne de 1900 aux années 1960. Le but est d’étudier les évolutions mais aussi les images permanentes associées aux banlieues. Cette approche bénéficie des travaux d’Annie Fourcaut ainsi que des travaux initiés par Christian Topalov sur Les mots de la ville. Que désigne-t-on par banlieue ? Est-ce un espace de relégation ? Désigne-t-on sous ce vocable un espace ou les populations qui y habitent/travaillent ? Quels sont les autres termes associés à ces espaces et qu’elles représentations sont véhiculées à travers eux ? La réflexion du colloque est essentiellement tournée sur les banlieues aujourd’hui, mon approche a donc pour objectif d’interroger/comprendre le présent grâce à une réflexion historique.

Boris de Rogalski Landrot

 

C.R. – Séminaire européen – A l’Université de Bourgogne, les 24 et 25 janvier 2013

Compte-rendu de séminaire par Louis de l’Escalopier

sur l’ Histoire des travailleurs au XXe siècle : Allemagne, Belgique, France, Espagne, Grande-Bretagne, Italie.

Dans le cadre de mon master 2 d’histoire contemporaine, je me suis rendu à l’université de Dijon – Bourgogne pour assister à un séminaire qui avait lieu les 24 et 25 janvier dernier. Le sujet était « Histoire des travailleurs au XXe siècle : Allemagne, Belgique, France, Espagne, Grande-Bretagne, Italie ». Ce séminaire était conjointement organisé par Nicolas Hatzfeld de l’Université d’Evry-Val-d’Essonne,  Michel Pigenet de l’Université Paris I et Xavier Vigna de l’Université de Bourgogne. Il s’agit d’un thème extrêmement vaste, et je vais donc essayer d’extraire les problématiques les plus larges qui furent évoquées, en m’appuyant notamment sur l’introduction du séminaire.

Continuer la lecture de « C.R. – Séminaire européen – A l’Université de Bourgogne, les 24 et 25 janvier 2013 »

C.-R. de la journée d’étude du Groupe d’Information et de Soutien des Immigrés du 22 mai 2012

par Louis de L’Escalopier

Dans le cadre de mon mémoire ayant pour sujet les étrangers à Villeurbanne en 1926, je me suis rendu à la Journée d’étude du GISTI le mardi 22 mai à Paris. Le GISTI, Groupe d’Information et de Soutien des Immigrés, est une association à but non lucratif de défense et d’aide juridique des étrangers en France, dont le siège social se trouve à Paris. Il s’agit d’une organisation militante, marquée politiquement ; cela doit être pris en compte dans l’analyse et la compréhension de cette journée d’étude. Le thème de celle-ci était « Figures de l’étranger, quelles représentations pour quelles politiques ? ». Lors de son introduction, Stéphane Maugendre –le président de l’association –a justifié le choix de ce thème en mettant en valeur l’intérêt de souligner l’influence des politiques publiques sur la représentation de l’étranger, mais aussi comment cette représentation influe sur ces politiques. Il s’agit donc d’une influence double et réciproque ; et c’est cette réciprocité qui rend, aux yeux de Stéphane Maugendre, ce thème révélateur.

Cette journée d’étude était pluridisciplinaire. Les différentes interventions mêlaient l’histoire, l’anthropologie,  les sciences politiques, la sociologie, la communication et le droit. Cela offre à la fois des avantages et des désagréments. Si l’approche offerte par les différentes sciences humaines concernées permet d’apporter un éclairage nouveau sur la réflexion historique à propos des étrangers ; on peut regretter le faible nombre d’intervention d’historiens. Par ailleurs, même si le GISTI est agréé au titre de la formation professionnelle, l’intégralité des interventions laissait paraître une influence militante d’un point de vue politique. S’il est toujours intéressant d’observer les liens étroits entre la politique et les sciences humaines, l’unanimité des discussions ainsi qu’un certain manque de rigueur chez certains intervenants rendent difficile de tirer les conclusions de cette journée d’étude, ou encore de trouver une réponse claire à la problématique énoncée.

Néanmoins, les différentes approches offertes par ces intervenants variés m’ont permis de découvrir une nouvelle dimension à mon sujet, que le dépouillement des recensements ne saurait apporter. Il est toujours utile de s’intéresser aux autres sciences humaines, qui ont beaucoup a apporté au travail de l’historien. Celui-ci doit simplement apprendre à sélectionner les informations recueillies pour tenter d’être le plus objectif possible au regard du thème de ses recherches. Ce fut donc un exercice très formateur.

Louis de L’Escalopier

Colloque – Gouverner les territoires par réseaux, 27 et 28 juin 2012, Lyon

Les 27 et 28 juin 2012 se déroulera un colloque organisé par l’ENS et l’IEP de Lyon, intitulé « Gouverner les territoires par Réseaux ».

J’ai le plaisir d’intervenir au colloque « Gouverner les territoires par réseaux », organisé par l’ENS et l’IEP de Lyon. Mon intervention est intitulée : « La mise en réseau de la ville de Villeurbanne de 1924 à 1937 : stratégie de pouvoir et représentations urbaines »

L’objet de mon intervention est de comprendre si les réseaux de villes alors existants (association nationale des maires de France, Union internationale des villes et Fédération des Municipalités socialistes) sont mobilisés par la municipalité de Villeurbanne afin de faire connaître son action édilitaire et ainsi d’affirmer sa maîtrise du territoire qu’elle modernise ? Pour cela j’ai étudié les courriers échangés, de 1924 à1937, par la municipalité et, les ouvrages et articles de presse nationale et internationale, diffusés de 1932 à 1937, portant sur le Nouveau Centre Urbain édifié sous la municipalité de Lazare Goujon. Je fais ainsi, l’hypothèse que la médiatisation de l’expérience urbaine villeurbannaise, sous les deux premiers mandats de Lazare Goujon (1924-1935) procède d’une volonté locale d’affirmer et faire reconnaître l’existence de Villeurbanne en tant que ville à part entière, dans un contexte politique et culturel, national et international, réceptif aux représentations de modernité et de rationalité associées à cette expérience urbaine locale.

Boris de Rogalski Landrot

Programme complet du colloque (.pdf) :

GouvernerTerritoires2012

Présentation du colloque par les organisateurs :

Continuer la lecture de « Colloque – Gouverner les territoires par réseaux, 27 et 28 juin 2012, Lyon »