C.R. – Séminaire européen – A l’Université de Bourgogne, les 24 et 25 janvier 2013

Compte-rendu de séminaire par Louis de l’Escalopier

sur l’ Histoire des travailleurs au XXe siècle : Allemagne, Belgique, France, Espagne, Grande-Bretagne, Italie.

Dans le cadre de mon master 2 d’histoire contemporaine, je me suis rendu à l’université de Dijon – Bourgogne pour assister à un séminaire qui avait lieu les 24 et 25 janvier dernier. Le sujet était « Histoire des travailleurs au XXe siècle : Allemagne, Belgique, France, Espagne, Grande-Bretagne, Italie ». Ce séminaire était conjointement organisé par Nicolas Hatzfeld de l’Université d’Evry-Val-d’Essonne,  Michel Pigenet de l’Université Paris I et Xavier Vigna de l’Université de Bourgogne. Il s’agit d’un thème extrêmement vaste, et je vais donc essayer d’extraire les problématiques les plus larges qui furent évoquées, en m’appuyant notamment sur l’introduction du séminaire.

Continuer la lecture de « C.R. – Séminaire européen – A l’Université de Bourgogne, les 24 et 25 janvier 2013 »

C.-R. de la journée d’étude du Groupe d’Information et de Soutien des Immigrés du 22 mai 2012

par Louis de L’Escalopier

Dans le cadre de mon mémoire ayant pour sujet les étrangers à Villeurbanne en 1926, je me suis rendu à la Journée d’étude du GISTI le mardi 22 mai à Paris. Le GISTI, Groupe d’Information et de Soutien des Immigrés, est une association à but non lucratif de défense et d’aide juridique des étrangers en France, dont le siège social se trouve à Paris. Il s’agit d’une organisation militante, marquée politiquement ; cela doit être pris en compte dans l’analyse et la compréhension de cette journée d’étude. Le thème de celle-ci était « Figures de l’étranger, quelles représentations pour quelles politiques ? ». Lors de son introduction, Stéphane Maugendre –le président de l’association –a justifié le choix de ce thème en mettant en valeur l’intérêt de souligner l’influence des politiques publiques sur la représentation de l’étranger, mais aussi comment cette représentation influe sur ces politiques. Il s’agit donc d’une influence double et réciproque ; et c’est cette réciprocité qui rend, aux yeux de Stéphane Maugendre, ce thème révélateur.

Cette journée d’étude était pluridisciplinaire. Les différentes interventions mêlaient l’histoire, l’anthropologie,  les sciences politiques, la sociologie, la communication et le droit. Cela offre à la fois des avantages et des désagréments. Si l’approche offerte par les différentes sciences humaines concernées permet d’apporter un éclairage nouveau sur la réflexion historique à propos des étrangers ; on peut regretter le faible nombre d’intervention d’historiens. Par ailleurs, même si le GISTI est agréé au titre de la formation professionnelle, l’intégralité des interventions laissait paraître une influence militante d’un point de vue politique. S’il est toujours intéressant d’observer les liens étroits entre la politique et les sciences humaines, l’unanimité des discussions ainsi qu’un certain manque de rigueur chez certains intervenants rendent difficile de tirer les conclusions de cette journée d’étude, ou encore de trouver une réponse claire à la problématique énoncée.

Néanmoins, les différentes approches offertes par ces intervenants variés m’ont permis de découvrir une nouvelle dimension à mon sujet, que le dépouillement des recensements ne saurait apporter. Il est toujours utile de s’intéresser aux autres sciences humaines, qui ont beaucoup a apporté au travail de l’historien. Celui-ci doit simplement apprendre à sélectionner les informations recueillies pour tenter d’être le plus objectif possible au regard du thème de ses recherches. Ce fut donc un exercice très formateur.

Louis de L’Escalopier

Colloque – Gouverner les territoires par réseaux, 27 et 28 juin 2012, Lyon

Les 27 et 28 juin 2012 se déroulera un colloque organisé par l’ENS et l’IEP de Lyon, intitulé « Gouverner les territoires par Réseaux ».

J’ai le plaisir d’intervenir au colloque « Gouverner les territoires par réseaux », organisé par l’ENS et l’IEP de Lyon. Mon intervention est intitulée : « La mise en réseau de la ville de Villeurbanne de 1924 à 1937 : stratégie de pouvoir et représentations urbaines »

L’objet de mon intervention est de comprendre si les réseaux de villes alors existants (association nationale des maires de France, Union internationale des villes et Fédération des Municipalités socialistes) sont mobilisés par la municipalité de Villeurbanne afin de faire connaître son action édilitaire et ainsi d’affirmer sa maîtrise du territoire qu’elle modernise ? Pour cela j’ai étudié les courriers échangés, de 1924 à1937, par la municipalité et, les ouvrages et articles de presse nationale et internationale, diffusés de 1932 à 1937, portant sur le Nouveau Centre Urbain édifié sous la municipalité de Lazare Goujon. Je fais ainsi, l’hypothèse que la médiatisation de l’expérience urbaine villeurbannaise, sous les deux premiers mandats de Lazare Goujon (1924-1935) procède d’une volonté locale d’affirmer et faire reconnaître l’existence de Villeurbanne en tant que ville à part entière, dans un contexte politique et culturel, national et international, réceptif aux représentations de modernité et de rationalité associées à cette expérience urbaine locale.

Boris de Rogalski Landrot

Programme complet du colloque (.pdf) :

GouvernerTerritoires2012

Présentation du colloque par les organisateurs :

Continuer la lecture de « Colloque – Gouverner les territoires par réseaux, 27 et 28 juin 2012, Lyon »

J.-E. : Des palais pour le peuple ? Modèles, circulations, réseaux. Le 27 janvier 2012 au Rize

Cette journée d’étude intitulée “Des Palais pour le peuple ? Modèles, circulations, réseaux” a été organisée par Renaud Payre, Professeur des Universités en Science Politique à l’IEP de Lyon (laboratoire TRIANGLE) et par Jean-Luc Pinol, Professeur d’Université en Histoire contemporaine à l’ENS de Lyon (LARHRA). Elle s’est déroulée au Rize le 27 janvier 2012.

 

 

 

 

 

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search