La semaine de l’Anthropocène au Rize

Du lundi 24 janvier 2022 au dimanche 30 janvier 2022

Anthropocène

Définition

“Ce que l’on propose de nommer « Anthropocène », c’est ce moment historique qui s’ouvre après 1945 avec l’enclenchement de la phase de l’urbanisation généralisée de la planète lors duquel il devient incontestable que les activités humaines ont des impacts de plus en plus forts sur les systèmes biophysiques. On observe, partout, ces bouleversements tout à la fois globaux et locaux. À tel point que l’habitabilité de la terre pour les humains et les non humains est mise en question.”

Michel Lussault, géographe, professeur à l’ENS de Lyon, directeur de l’École urbaine de Lyon.

Université ouverte sur le changement global

Pour sa 4ème édition, qui s’est déroulée du 24 au 30 janvier 2022, l’École Urbaine de Lyon a organisé la semaine « À l’École de l’Anthropocène » : une Université ouverte, sensible, citoyenne sur le changement global, au titre de « Villeurbanne 2022, capitale française de la culture » et sera accueillie dans l’un de ses lieux emblématiques, Le Rize.

Les soirées au Rize

Lundi 24 janvier

SCIENCES ET MACHINES : UNE GÉNÉALOGIE CONCEPTUELLE DE LA GRANDE ACCÉLÉRATION
Lundi 24 janvier 2022 – 17h30 à 18h30 
Par Pablo Jensen, physicien, et chercheur CNRS au Laboratoire de physique de l’École normale supérieure de Lyon.

ALLOCUTION D’ALONDRA NELSON, INVITÉE D’HONNEUR

Lundi 24 janvier 2022- 21h à 22h30

Alondra Nelson (Dr) est la directrice adjointe de la section « Science et Société » du Bureau de la politique scientifique et technologique de la Maison Blanche. Elle est la toute première personne à occuper ce poste, et son rôle est d’apporter une expertise en sciences sociales – avec une attention particulière portée aux problèmes d’inégalités sociales – pour accompagner la stratégie et les politiques fédérales en matière de science et technologie.

QU’EST-CE QU’UNE TERRE HABITABLE ?
Lundi 24 janvier 2022- 21h à 22h30
Avec :
– Muriel Gandelin (France), docteure en Préhistoire récente, et archéologue spécialiste de la période Néolithique.
– Isabelle Daniel (France), minéralogiste, géologue, et professeure en Sciences de la Terre à l’Université Lyon 1.
– Axelle Grégoire (France), architecte.
Animé par : Michel Lussault (France), géographe et directeur de l’École urbaine de Lyon.

ANTHROPOCÈNE ÂGE DU DESASTRE ? PETITE HISTOIRE DES CATASTROPHES TECHNOLOGIQUES ET INDUSTRIELLES
Mardi 25 janvier 2022- 17h30 à 18h30
Par Alfonso Pinto, chercheur en géographie et études culturelles.

Mardi 25 janvier

ANTHROPOCÈNE ET HABITABILITÉ À TRAVERS LE PRISME DE LA PLANÉTOLOGIE. DANS LE TEMPS ET L’ESPACE, UNE TERRE INHABITABLE, UN AILLEURS QUI LE SERAIT ?
Mardi 25 janvier 2022- 19h à 20h
Par Patrick Thollot, professeur agrégé à l’École normale supérieure de Lyon.


À LA CONQUÊTE DE L’ESPACE : DROIT, POLITIQUE ET IMAGINATION

Mardi 25 janvier 2022- 20h30 à 22h
Avec :
– Kim Stanley Robinson (États-Unis), auteur de science-fiction.
– Isabelle Sourbès-Verger (France), géographe, chercheur au CNRS, et spécialiste des politiques spatiales.
– Alice Gorman (Australie), archéologue de l’espace.
Animé par :
– Michel Lussault (France), géographe et directeur de l’École urbaine de Lyon.
– Vincent Veschambre (France), professeur de sciences sociales et directeur du Rize.

Mercredi 26 janvier

DÉSIR DE CAMPAGNE : DE NOUVELLES FAÇONS DE VIVRE ET DE TRAVAILLER EN MILIEU RURAL
Mercredi 26 janvier 2022- 17h30 à 18h30
Par Claire Delfosse, géographe.

QUELLE PLACE POUR LA BIODIVERSITÉ DANS L’ANTHROPOCÈNE ?
Mercredi 26 janvier 2022- 19h à 20h
Par Bernard Kaufmann, maître de conférences en biologie.

SEXE, GENRE ET ANTHROPOCÈNE : L’ANTHROPOCÈNE A-T-IL UN SEXE ?
Mercredi 26 janvier 2022- 20h30 à 22h
Avec :
– Marta Segarra (Espagne/France), philosophe.
– Thierry Hoquet (France), philosophe.
– Quimera Rosa (Espagne), Laboratoire artistique de recherche et d’expérimentation sur identités, corps et technosciences.

Jeudi 27 janvier

RUPTURES À L’ÈRE DE L’ANTHROPOCÈNE : LA PERSONNIFICATION DE LA NATURE
Jeudi 27 janvier 2022- 12h30 à 13h30
Par Philippe Billet, professeur agrégé de droit

ESTHÉTIQUES DU CARE POUR L’ANTHROPOCÈNE
Jeudi 27 janvier 2022- 16h à 17h
Par María Grace Salamanca, doctorante en philosophie

ADAPTATIONS ARCHITECTURALES THROUGH UN VIDE ANTHROPOCÈNE. LE CAS CHINOIS COMME POINT DE DÉPART EMPIRIQUE
Jeudi 27 janvier 2022- 17h30 à 18h30
Par Jérémy Cheval, coordinateur du pôle formation à l’École Urbaine de Lyon, architecte et chercheur.

Vendredi 28 janvier

LA DÉCOLONISATION DES SAVOIRS UNIVERSITAIRES À L’HEURE DE L’ANTHROPOCÈNE : ORIGINES, TENSIONS ET ESPOIRS
Vendredi 28 janvier 2022- 17h30 à 18h30
Par Karine Vanthuyne, professeure agrégée d’anthropologie, directrice du Groupe de recherche interdisciplinaire sur les territoires de l’extractivisme (GRITE) et titulaire d’une chaire en enseignement universitaire à l’Université d’Ottawa.

HISTOIRE DES REPRÉSENTATIONS DES ESPACES-MONDES URBAINS. FORMES CONTEMPORAINES D’APPAREIL DE CAPTURE [IMAGINAIRE CONTEMPORAIN ET RÉCIT]
Samedi 29 janvier 2022- 15h à 16h
Par Kader Mokaddem, professeur de philosophie et d’esthétique à l’École supérieure d’Art et de Design de Saint-Étienne (ESADSE-Cité du design).

L’AIR : UNE MATIÈRE PREMIÈRE DE L’URBAIN ?
Dimanche 30 janvier 2022- 16h à 17h
Par Michel Lussault, géographe, professeur à l’École normale supérieure de Lyon.

Débats

LA COSMOGONIE COMME NOUVEAU PARADIGME DU DESIGN
Vendredi 28 janvier 2022- 19h à 20h
Avec Sename Koffi Agbodjinou (Togo), architecte et anthropologue.

ICI ET DEMAIN : LE COMMUN, LE FUTUR, LA JEUNESSE
Dimanche 30 janvier 2022- 17h30 à 19h
Avec :
– Marina Garcés (Espagne), philosophe.
– Feda Wardak (Pakistan/France), architecte-constructeur et chercheur indépendant.
– un·e représentant de Youth for Climate
Animation :
– Michel Lussault, géographe, directeur de l’École urbaine de Lyon

Veille sur la changement global

EN VEILLE SUR LE CHANGEMENT GLOBAL #61 : janvier 2021

Séminaire “Approches contemporaines de la mémoire”: cycle 1 #4

Espaces et mémoires : la douleur à l’épreuve de l’oubli

Quatrième séance du séminaire “Approches contemporaines de la mémoire”, en présence de Dominique Chevalier, maîtresse de conférences HDR en géographie à l’Université Claude Bernard Lyon 1, chercheure à EVS et Anne Hertzog, maîtresse de conférences en géographie à l’Université de Cergy-Pontoise, chercheuse au laboratoire MRTE. Cette séance est discutée par Vincent Veschambre, directeur du Rize, chercheur à EVS.
 

Séminaire “Approches contemporaines de la mémoire”: cycle 1 #3

« Mémoires (de lutte) de classes : de l’héritage à la patrimonialisation »

Troisième séance du séminaire “Approches contemporaines de la mémoire”, en présence de Michelle Zancarini-Fournel, professeure émérite d’histoire contemporaine (histoire des femmes et du genre), chercheuse au LARHRA et de Thomas Zanetti, maître de conférences en géographie urbaine à l’Université Lyon 3, chercheur à EVS. Séance discutée par Morane Chavanon, post-doctorante EHESS au Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

 

Séminaire “Approches contemporaines de la mémoire”: cycle 1 #2

L’enfance des adultes : primes socialisations et mémoires sociales

Frédérique Giraud (CERLIS) et Margot Delon (CENS) présentent leurs travaux de recherche lors de la deuxième séance du séminaire “Approches contemporaines de la mémoire”. Cette séance est discutée par Thibault Ducloux (CMH). 

Séminaire “Approches contemporaines de la mémoire”: cycle 1 #1

Séance inaugurale

Vous pouvez réécouter en podcast la première séance du séminaire “ACM” lors de laquelle nous avons eu le plaisir d’entendre Vincent Veschambre, directeur du Rize et membre du laboratoire EVS ainsi que Marie-Claire Lavabre, directrice de recherche au CNRS et spécialiste des questions mémorielles.

La recherche au Rize vue par la presse locale

Pendant l’été 2020, le pôle recherche du Rize a été mis à l’honneur dans les pages du Progrès. Chaque chercheuse alors en résidence a eu l’opportunité de présenter son travail au grand public.

Vous trouverez ici la présentation de ces chroniques d’été.

Les deux autrices et dessinatrices Amélie Bridel et Valentine de Lussy en ont profité pour illustrer certains de ces travaux de recherches. Elles étaient alors en stage au Rize pour traduire en bande-dessinée les travaux de deux chercheuses en thèse au Rize, Saphia Doumenc et Lison Leneveler.

 

Amélie Bridel
Valentine de Lussy

Séminaire “Approches contemporaines de la mémoire”: cycle1 #programme

Mémoires sociales : empreintes, formes et dimensions

Janvier – mai 2021 , Le Rize, Villeurbanne

Sur le front de l’actualité de la recherche, de ses avancées, de ses achoppements et de ses débats aussi bien en histoire qu’en géographie sociale, en sciences politiques et en sociologie, ce séminaire ambitionne d’éprouver la notion de « mémoire » en la réinscrivant dans une approche généraliste, interdisciplinaire et empirique. Ne disposant pas du pouvoir de contrainte intellectuelle d’un concept, la polysémique notion de mémoire s’avère transversale à bon nombre de terrains, d’échantillons voire d’objets de recherche. L’enjeu n’est donc pas seulement de réinscrire les faits dits « mémoriels » dans leurs contextes sociaux mais d’explorer les modalités de leur interdépendance. Au-delà de la diversité des terrains et des « contenus » spécifiques de mémoires, le séminaire sera l’occasion privilégiée d’aborder les questions générales de la construction sociale des mémoires à travers la socialisation – notamment familiale, professionnelle et politique –, des mécanismes centraux de l’oubli et de la réminiscence, de la mémoire mobilisée comme ressource sociale, et aussi de l’institutionnalisation et de la matérialisation en des lieux de certaines mémoires et pas d’autres (la dialectique mémoires individuelles et mémoires collectives traversera donc l’ensemble de ces questionnements). De quoi la mise en mémoire constitue-t-elle le signe ? De quoi ses recompositions témoignent-elles ? En somme, la préoccupation générale du séminaire est de construire la mémoire comme un indicateur scientifique à même de rendre compte de processus sociaux qui ne s’y limitent en aucun cas.

Programme

À l’amphithéâtre du Rize, de 14h à 17h – ou en visioconférence 

22/01 – Séance d’ouverture : Présentation du séminaire et des enjeux scientifiques de l’objet mémoriel
16/02 – L’enfance des adultes : primes socialisations et mémoires sociales
16/03 – Mémoires de (lutte de) classes : de l’héritage à la patrimonialisation
13/04 – Espaces et mémoires : la douleur à l’épreuve de l’oubli 
18/05 – Dominations, discriminations et mémoires silencieuses 

Modalités de participation

 Entrée libre, réservation conseillée auprès du Rize ou des organisateurs·rices du séminaire.

Les doctorant·e·s auront la possibilité de rédiger (seul·e ou à plusieurs) le compte rendu détaillé d’une séance, lequel sera soumis à une relecture puis publié sur le carnet hypothèse du Rize. C’est à ce titre qu’ils et elles pourront faire valider cette formation par l’école doctorale 483.

Organisation

Responsable scientifique du séminaire

Vincent Veschambre (EVS, Rize)

Comité d’animation

Appel à candidature – Contrat CIFRE

 

Dans le cadre de ses activités de recherche, le Rize, Centre mémoires, cultures, échanges Ville de Villeurbanne, recrute pour le début de l’année 2021 un ou une doctorant·e en sciences humaines et sociales, dans le cadre du dispositif CIFRE, cofinancé par l’ANRT et la Ville de Villeurbanne pendant 3 ans.

Pour un présentation plus détaillée de l’appel à candidature : https://lerize.villeurbanne.fr/wp-content/uploads/2020/07/2020RIZEappel-candidatCIFRE-2021-2024.pdf

DOMAINES ET AXES DE RECHERCHE PROPOSÉS

 

Le Rize est particulièrement favorable à la pluralité des entrées disciplinaires dans ses thématiques de recherche. C’est pourquoi toutes les sciences humaines et sociales peuvent a priori trouver leur place dans son programme d’étude. La liste suivante est par conséquent indicative :

  • Sciences historiques : histoire politique, sociale, culturelle, économique ; histoire de l’art…
  • Sciences de l’espace : géographie urbaine, sociale, culturelle, économique ; aménagement, urbanisme, architecture…
  • Sociologie, anthropologie/ethnologie, psychologie sociale, sciences politiques, sciences de l’éducation, sciences du langage, information-communication…
  • Sciences des arts, lettres et littérature, musicologie…

 

Même si les doctorats restent généralement ancrés dans des disciplines universitaires, le Rize sera attentif à des propositions s’inscrivant dans une pluridisciplinarité, voire dans une transdisciplinarité assumée (études de genre, études urbaines…).

Les candidat·e·s sont libres de proposer tout sujet de recherche, dès lors qu’il se conforme aux problématiques propres au Rize et qu’il concerne le territoire villeurbannais, ou qu’il inscrit le territoire villeurbannais dans une démarche comparative.

CONDITIONS ET MODALITÉS PRATIQUES DE LA RÉSIDENCE

 

Dans le cadre de la résidence, un bureau équipé sera mis à la disposition du ou de la doctorant·e. Le Rize lui fournira les contacts institutionnels nécessaires à ses recherches et l’assistera dans son travail éventuel de collecte de sources orales.

Un contrat de collaboration de trois ans sera signé entre le Rize et le laboratoire de recherche auquel sera rattaché le ou la doctorant·e.

Une convention CIFRE de trois ans sera signée entre le Rize et l’ANRT pour l’octroi de la subvention accordée pour la durée de la thèse.

Un contrat de travail de trois ans sera établi entre la Ville de Villeurbanne et le ou la doctorant·e-salarié·e.

Salaire annuel brut : 23 700€ environ.

 

COMPÉTENCES SOUHAITÉES

 

Le ou la doctorant·e recruté·e devra être titulaire d’un Master 2 dans le domaine des sciences humaines et sociales.

 

Une disposition au travail en équipe est aussi requise, dans la mesure où le ou la doctorant·e travaillera en collaboration avec l’équipe chargée de l’action culturelle et de la médiation au Rize.  Le ou la doctorant·e aura également en charge d’animer le pôle scientifique du Rize, composé notamment des jeunes chercheur·e·s en master  accueilli·e·s en résidence chaque année.

Il s’efforcera en effet de faciliter l’intégration de ses travaux de recherche à la programmation culturelle du Rize, et/ou de la diffuser par le biais de ses supports éditoriaux, notamment le carnet de recherches Mémoires et Société. Actualité de la recherche au Rize, blog hébergé sur la plate-forme hypothèses.org, dont il aura aussi la responsabilité.

Le ou la doctorant·e sera en lien avec les équipes des archives et de la médiathèque afin de continuer à alimenter le fond bibliographique du pôle recherche. 

On appréciera enfin que le ou la candidat·e manifeste de l’intérêt pour les problématiques liées à la valorisation du patrimoine culturel.

 

CRITÈRES DE SÉLECTION

 

Les critères pris en compte par le comité de sélection sont les suivants :

  • La qualité du projet de thèse (nouveauté, faisabilité…)
  • Sa pertinence au regard des problématiques propres au Rize et du territoire villeurbannais comme sujet d’études (monographique ou dans un cadre comparatif)
  • La motivation du ou de la candidat·e au regard d’un insertion au sein d’un équipement culturel pluriel.

 

Les candidat·e·s seront  pré-sélectionné·e·s sur dossier puis ils seront auditionné·e·s lors d’un entretien au cours duquel la motivation et les compétences recherchées seront particulièrement évaluées.

 

CONSTITUTION DU DOSSIER :

 

Les candidats doivent fournir les documents suivants :

  • la fiche de candidature complétée
  • un curriculum vitæ
  • une lettre de motivation
  • une description du projet de thèse
  • une lettre de recommandation émanant de leur directeur·rice de recherche
  • une attestation d’inscription pour l’année universitaire 2020/2021.

 

Les dossiers de candidature sont à renvoyer à l’adresse suivante :

Le Rize

23 rue Valentin Haüy

CS 30 038

 69625 Villeurbanne cedex

 

Le Calendrier de recrutement 

 

Date limite de remise des dossiers de candidature : vendredi 16 octobre 2020

Entretiens pour les candidats pré – sélectionnés : à partir du 9 novembre

Recrutement par la Ville de Villeurbanne : en janvier 2021

 

Colloque “Patrimoine”

Le Centre Interdisciplinaire d’Études et de Recherches sur l’Expression Contemporaine et l’UMR Environnement Ville Société – ISTHME de l’Université Jean Monnet de Saint-Étienne organisent, en collaboration avec l’IUT de Roanne et le Réseau de musées en Roannais, un colloque international interdisciplinaire « Patrimoines et territoires », à Roanne les 7 et 8 novembre 2019.

En bref, il s’agit de questionner les liens (culturels, symboliques, socio- économiques, politiques…) qui s’établissent entre les territoires et les démarches patrimoniales, dans tous les domaines. Seront ainsi analysées de nombreuses actions dans différents pays (voir programme en PJ)

Plus d’infos : programme

L’inscription est gratuite mais indispensable, sur le site du colloque htpps://colloqueroanne.wixsite.com/2019.

Cette manifestation scientifique s’inscrit dans le cadre du projet « Patrimoines et territoires : mémoire du travail en Roannais », qui bénéficie du soutien financier de la Direction Régionale des Affaires Culturelles Auvergne —Rhône-Alpes, de la Région Auvergne — Rhône-Alpes et de l’Université Jean Monnet.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search