Les rendez-vous du pôle Recherche

Au sein du Rize, le pôle Recherche constitue une sorte d’îlot dont la présence reste atypique dans le cadre d’une structure municipale caractérisée autrement par les archives de Villeurbanne, son action culturelle ou sa médiathèque. Un îlot peut-être mais n’ayant pas moins sa place et son rôle au Rize, dès lors qu’il contribue à mieux connaître et interroger ce qui fait l’identité et la « mémoire » villeurbannaises.

La mise en place des « réunions-séminaires »

Le pôle constitué par ses étudiants en sciences humaines et sociales a, lors du premier semestre 2014 en présence des masterantes alors en résidence, mis en place des rendez-vous réguliers nommés « réunions-séminaires », ne relevant ni vraiment de la réunion de service ordinaire à visée décisionnelle, ni du séminaire de laboratoire de recherche qui s’inscrit dans un cadre strictement académique.

Ces rendez-vous organisés à intervalles de trois semaines consistaient à donner la parole à l’un d’entre nous au sein du pôle pour qu’il partage une réflexion ou une difficulté posée par sa recherche et soumise alors à discussion auprès des autres étudiants de la même discipline ou non. Non seulement la discussion était proposée au sein de l’équipe Recherche mais aussi, plus largement, aux membres des autres équipes du Rize (aux archives, à la médiathèque, à la programmation culturelle) s’ils avaient la possibilité d’assister, au moins en partie, à ces temps de près de 3h. L’idée était ainsi d’amener un questionnement scientifique auxquels nous étions confrontés en tant que masterants et doctorants, de le discuter entre nous mais aussi de le mettre en débat avec des personnes n’appartenant pas nécessairement à la sphère académique.

Ainsi, à partir d’un document de travail diffusé à tous, plusieurs questions, méthodologiques ou davantage théoriques, ont été proposées lors de six réunions-séminaires :

  • « « Produire » sa source en histoire orale : difficultés et questionnements méthodologiques »
  • « Mettre ou ne pas mettre les gens dans des cases : Enjeux et difficultés de la construction des catégories »
  • « Écrire un mémoire : de vrais problèmes de mémoires. Enjeux mémoriels et écriture historique »
  • « Enquêter dans des espaces militants. Difficultés et paradoxes du positionnement du chercheur »
  • « Les représentations comme moteur de l’action et objets de représentation »
  • « L’écriture en sciences humaines et sociales : enjeux et pratiques »

Par l’organisation de ces réunions, l’objectif était de faire vivre le pôle Recherche au sein du Rize mais aussi et surtout de créer un espace pour parler de nos recherches, d’en partager les doutes et cheminements, dans le cadre d’un travail qui reste en bonne partie solitaire et dans un milieu universitaire n’offrant pas toujours ces occasions de discussion – pour les étudiants de Master en particulier.

Échanges des points de vue et réflexivité

Ces réunions « ouvertes » ont suscité un souci principal : engager et prolonger une discussion à partir de questionnements scientifiques avec des personnes ne se retrouvant pas dans la sphère académique. Il s’agissait de trouver une sorte de compromis entre l’échange entre pairs et le débat ouvert incluant des voix non familières du « jargon » de la recherche. Mais là où résidait la difficulté, se trouvait aussi l’intérêt. En effet, si ces rendez-vous ne se sont pas déroulés sans tâtonnements et réajustements, surtout à leur démarrage (sur certains points abordés, l’impression d’être restés en surface, la nécessité parfois de réorienter la discussion…), le débat avec des non-chercheurs a permis de prendre du recul par rapport à nos pratiques, de les interroger d’autant plus et de les confronter avec d’autres sensibilités, en fonction des profils professionnels des uns et des autres. Selon que l’on est archiviste de formation ou sociologue, comment sera conçue la notion de « mémoire collective » ? Quels sont les caractéristiques d’un « bon texte » d’après quelqu’un ayant reçu une formation journalistique ou quelqu’un issu du milieu universitaire ?

Ainsi, outre l’échange intra et inter-disciplinaire au sein de l’équipe Recherche (cette année étaient représentés la sociologie, l’histoire et la sociologie politique), s’est réalisée une confrontation de points de vue et de cultures professionnelles propice au questionnement, à la réflexivité (et à l’humilité !) ainsi qu’à un élargissement des angles d’analyse. Sans pour autant signifier se détacher des méthodes de nos disciplines de rattachement, ces rendez-vous constituent une occasion de sortir d’un entre-soi académique. Par ailleurs, y avoir présenté ses recherches a amené à se prêter à un exercice de médiation permettant de rendre le pôle plus visible au sein de l’espace global du Rize.

Les réunions-séminaires sont appelées à se poursuivre l’an prochain avec les nouveaux masterants qui seront en résidence au Rize. Si comme on l’a vu, chaque séance a une thématique, son déroulé n’est pas fixé à l’avance, chacun.e des participant.e.s contribuant à y amener ses propres interrogations et son propre univers de références.

Nadia Mounchit, doctorante résidente au Rize

Les enfants d’origine italienne du quartier de Croix-Luizet  à Villeurbanne : familles et parcours scolaires (1945-1955)

Manon Assenat

La question de la scolarisation des enfants étranger-ère-s fait encore aujourd’hui débat. Ainsi, l’exemple de la commune de Rubelles en Seine-et-Marne où, en mai dernier, le maire a refusé la scolarisation de dix-huit enfants étranger-ère-s dont les familles demandent l’asile politique. Les parents des élèves de l’école étaient plutôt satisfaits de cette décision, exprimant la crainte que la scolarisation de ces enfants non francophones ne fassent baisser le niveau des classes.

Des recherches en sociologie et en histoire ont été menées sur ce sujet, mais elles se sont surtout concentrées sur la période des Trente Glorieuses (1945-1975) avec la vague d’immigration qui correspond à l’arrivée des Portugais-e-s, des Espagnol-e-s, ou encore des Algérien-ne-s. Or, pendant les années 1970, le regroupement familial est officiellement mis en place, de même que les “classes d’adaptation” pour les enfants étranger-ère-s dont le nombre augmente alors fortement. En revanche, très peu de recherches historiques ont été menées pour savoir comment les enfants étranger-ère-s étaient scolarisé-e-s avant cette période (car l’immigration en France ne date pas des années 1970). Par exemple, que s’est-il passé à ce sujet pour les enfants des Italien-ne-s ou encore des Polonais-e-s arrivé-e-s pendant l’entre-deux-guerres, à une époque où justement, il n’y avait pas de classes spéciales pour les enfants étranger-ère-s ?

Continuer la lecture de « Les enfants d’origine italienne du quartier de Croix-Luizet  à Villeurbanne : familles et parcours scolaires (1945-1955) »

Représentations et transmissions sociales. Perception d’une ville au travers de la presse locale et du voisinage : le cas de Villeurbanne

Le texte suivant présente le travail de Master 2 Recherche en psychologie sociale de Laurianne Charrier (Université Lyon 2, GREPS), sous la direction de Madame Valérie Haas (Maître de Conférence, Université Lyon 2, GREPS). Étude qu’elle a menée durant l’année 2010-2011 dans le cadre de la résidence de jeunes chercheur·euse·s au sein du Pôle Recherche du Rize. Son travail est intitulé “Représentations et transmissions sociales. Perception d’une ville au travers de la presse locale et du voisinage : le cas de Villeurbanne.

Continuer la lecture de « Représentations et transmissions sociales. Perception d’une ville au travers de la presse locale et du voisinage : le cas de Villeurbanne »

Le militantisme féminin pro-algérien (1954-1966)

Le texte suivant présente le travail de Master 2 Matilda en histoire contemporaine de Charlotte GOBIN (Université Lyon 2, LARHRA), dirigé par Madame Marianne THIVEND (MCF Histoire contemporaine, Université Lyon 2) et Madame Sylvie SCHWEITZER (PU Histoire contemporaine, Université Lyon 2). Son travail a porté sur le militantisme au féminin : les Lyonnaises et la défense de la cause algérienne (1954-1966).

Continuer la lecture de « Le militantisme féminin pro-algérien (1954-1966) »

Pour une anthropologie sociale des objets

Photographie des Puces de Villeurbanne à l’aube (collection personnelle de Romain Barré)

Le texte suivant présente le travail de Master 2 en anthropologie sociale de Romain Barré (Université Lyon 2, CREA). Travail qu’il a mené durant l’année 2010-2011 dans le cadre de la résidence de jeunes chercheurs au sein du Pôle Recherche du Rize. Son travail a porté sur le marché aux puces de Villeurbanne.

Continuer la lecture de « Pour une anthropologie sociale des objets »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search