La prise en charge de la santé mentale des personnes exilées à Villeurbanne

Astrid Duperthuy

L’objectif principal de cette recherche est de comprendre les mécanismes sous-jacents à cette prise en charge et d’explorer son rôle au sein des pratiques d’accueil, en particulier dans des villes réputées « accueillantes », telles que Villeurbanne. Bien que plusieurs enquêtes démontrent le lien entre trouble psychique et parcours migratoire, notamment causé par la précarité liées aux conditions d’accueil, (Levecque & Van Rossem, 2015; Pannetier et al. 2017), la prise en charge de la santé mentale des publics exilés semble encore peu abordée dans les pratiques d’accueil. A travers une approche par la sociologie des institutions, du travail, et de l’action publique, cette enquête vise à mieux comprendre ce paradoxe.

Cette réflexion m’a conduit à m’intéresser à “L’Espace” à Villeurbanne. Créé par L’Orspere-Samdarra (observatoire s’intéressant au lien entre les questions de santé mentale et précarité), l’Espace est un lieu « d’accueil, d’échange et d’expression, qui vise à soutenir le lien social et la santé mentale pour toutes les personnes concernées par un parcours de migration ». Doté d’une équipe multilingue composée de psychologues et de médiateurs, l’Espace se trouve à la convergence des questions de prise en charge de la santé mentale et d’accueil. Bien qu’il ne soit pas un lieu de prise en charge directe, il propose un accueil psychosocial, axé sur l’écoute et l’orientation.

Après avoir définit l’Espace, en tant que structure, et ses spécificités, il s’agira également de dresser une cartographie des acteurs concernés par une telle prise en charge, qu’ils soient publics ou privé, appréhender comment ces divers acteurs interagissent entre eux, afin de mieux comprendre les enjeux et processus à l’œuvre autour de cette question sur le territoire villeurbannais (et ses alentours).

Pour approfondir ces questions, je prévois de travailler principalement avec des méthodes qualitatives, notamment en menant des observations participantes au sein de différentes structures, y compris l’Espace. Des entretiens seront également réalisés, en particulier avec les professionnels œuvrant dans ces structures, ainsi qu’avec le public, et les personnes impliquées dans la mise en œuvre des diverses politiques et pratiques d’accueil.

 

Actuellement en résidence de recherche au Rize, Astrid Duperthuy est en Master 1 de Science Politique à l’université Lumière Lyon 2.”

La mosquée Othmane de Villeurbanne : un édifice au centre des enjeux de visibilisation et d’institutionnalisation de l’islam dans la ville

Mélissa Zidane

La mosquée Othmane de Villeurbanne a été construite à partir de 2004 et inaugurée en 2006. Elle prend place dans le paysage Villeurbannais dans une période de visibilité croissante de l’islam et des musulmans à plusieurs échelles. A l’échelle nationale, depuis l’affaire de Creil de 1989, l’islam est progressivement considéré par les autorités publiques comme un fait français visible avec lequel l’État et le reste de la société doivent composer. Dans le contexte local, la mosquée Othmane apparaît effectivement comme une matérialisation et une visibilisation dans le paysage Villeurbannais de la présence de cette religion.

Dans ce projet nous poserons plusieurs questions : Qu’est-ce qui a motivé un tel projet d’édification d’une mosquée ? Quels acteurs y ont participé ? Quelles oppositions et difficultés, ou au contraire encouragements, ont-ils pu rencontrer ? Nous chercherons aussi à comprendre quelles conséquences spatiales, sociales, politiques et culturelles ont eu l’ouverture d’un tel espace pour les musulmans et non musulmans qui fréquentent la ville.

Ce mémoire consiste alors en une socio-histoire de cet édifice qui veut mettre l’accent sur tous les acteurs ayant été témoins ou qui ont eu un rôle dans sa construction. On s’intéresse aux représentants religieux et politiques mais aussi aux croyants, ayant massivement participé au financement du projet, et aux habitants de la ville, croyants ou non, qui ont assisté à l’arrivée de la mosquée dans l’espace urbain.

Le travail de mémoire dans les quartiers de politique de la ville: le cas du projet “Monod-graphie” à Villeurbanne

Madeleine Paquette 

Ce mémoire de M2 vise à étudier le rôle des politiques culturelles et mémorielles dans les quartiers de politique de la ville au travers de l’exemple du projet « Monod-graphie » lancé par le RIZE pour l’année 2023-2024.

Depuis les années 2000, la montée en puissance de la politique de la ville s’est accompagnée de discours insistant sur la nécessité de développer des initiatives mémorielles dans les quartiers populaires. Ainsi, la loi Borloo 2003 comme la loi Lamy de 2014 mentionnent toutes les deux l’importance d’intégrer une dimension mémorielle aux divers projets de rénovation urbaine, surtout lorsque ces derniers impliquent des démolitions. Plus récemment encore, en décembre 2023, Emmanuel Macron a déclaré vouloir lancer un “chantier présidentiel” sur la question de la mémoire des quartiers populaires[1]. La question mémorielle est alors envisagée comme un moyen de pallier le traumatisme supposément induit par les démolitions. Mais au-delà de cela, certains acteurs[2] attribuent au « travail de mémoire » bien d’autres bienfaits dont celui de recréer du lien social, d’apaiser les tensions et conflits qui traverseraient les quartiers populaires, mais aussi de renouer les relations entre les habitants et les institutions de la république. À l’échelle nationale, ces préconisations sont largement restées de l’ordre du discours. Cependant, localement, plusieurs projets mettant en valeur la mémoire des habitants des QPV ont bien vu le jour, incluant généralement une forte dimension participative.

Le projet mené par le Rize dans le quartier Jacques Monod est alors un exemple particulièrement pertinent pour étudier le développement d’une politique mémorielle à l’intention des QPV. Au-delà de cela, l’histoire très singulière de cette cité, construite sur l’emplacement de l’ancien quartier Olivier de Serres, premier grand ensemble démoli en France, en fait un exemple d’autant plus intéressant. Alors que ce même territoire s’apprête de nouveau à vivre une phase de rénovation urbaine, quelle place est concédée à la mémoire des habitants ? Comment parle-t-on de cette mémoire ? Quels enjeux y a-t-il à la faire émerger ?

Au-delà de cela, l’étude de ce projet permet également de se pencher plus largement sur la manière dont se créent et se mettent en œuvre des projets culturels dans les QPV. Ce stage au sein du Rize permettant ainsi d’observer et d’étudier la fabrique de ce projet de l’intérieur, en immersion. Se fondant principalement sur des méthodes qualitatives, ce mémoire croisera un travail sur les archives locales, afin de retracer l’histoire de ce territoire, avec des observations et entretiens auprès des professionnels et des habitants engagés dans ce projet.

Pour ce faire, il s’agira ici de mobiliser à la fois la littérature très prolifique sur la politique de la ville, les quelques travaux de sociologie de la mémoire (notamment impulsés par des chercheuses comme Marie Claire Lavabre[3] ou encore Sarah Gensburger[4]) ainsi que la littérature scientifique sur les questions de participation citoyenne[5].

Madeleine Paquette est en deuxième année de master Métiers de la Recherche en Science Politique (Science Po Lille/Université de Lille). Elle réalise cette recherche sous la direction d’Anne-Cécile Douillet.


[1] Libération, le 9 décembre 2023 “Macron s’engage sur la mémoire des quartiers populaires et rode son récit anti-Cnews”

[2] C’est le cas du ministre François Lamy  en 2013 qui insiste dans la presse sur les supposés « bienfaits » de la mémoire dans les QPV (Libération, le 27 juin 2013 « Tribune de François Lamy: Dans les quartiers populaires, le pouvoir de la mémoire»)

[3] LAVABRE Marie-Claire, “Paradigmes de la mémoire”, Transcontinentales, n° 5, 2007, 139-147.

[4]  GENSBURGER Sarah, LEFRANC Sandrine, À quoi servent les politiques de mémoire ?Presses de Sciences Po, « Hors collection », Paris,  2017.

[5] CARREL, Marion. Faire participer les habitants ? Citoyenneté et pouvoir d’agir dans les quartiers populaires. ENS Éditions, Lyon, 2013.

Habiter les Gratte-Ciel de Villeurbanne : Des origines (années 1930) à nos jours

Aliénor Wagner-Coubès

Ce travail de thèse portera sur les Gratte-ciel de Villeurbanne, quartier construit de 1927 à 1934.

Ce quartier a été conçu pour devenir le centre-ville de la commune. Il est constitué de 1400 logements destinés aux ouvrier·es, de locaux commerciaux, d’une centrale téléphonique, d’une centrale de chauffage, d’un nouvel hôtel de ville, et d’un palais du travail (théâtre, salles de réunion, dispensaire, piscine). C’est une architecture moderne aux hauteurs ambitieuses qui est choisie pour ce programme, réalisé par l’architecte Môrice Leroux. Pour permettre sa mise en place, une société à économie mixte, actions publiques et privées est créée en 1931 : la Société Villeurbannaise d’Urbanisme.

L’initiative d’un tel projet est issue de la volonté du maire socialiste, Lazare Goujon et de la situation de Villeurbanne. La ville est alors fortement industrialisée et la population ouvrière, qui a très rapidement augmenté au début du XXème siècle, souffre de mal logement. C’est aussi un moyen d’affirmer l’indépendance de Villeurbanne face à Lyon, qui a tenté jusqu’en 1903 de l’annexer. Ce quartier s’inscrit dans une politique socialiste, laïque et hygiéniste.

Aujourd’hui les Gratte-Ciel sont l’emblème de Villeurbanne, ils font centre et sont devenus un quartier animé, dont l’attrait a fait augmenter le prix du foncier alentour.

Dans cette thèse d’histoire sociale, sera explorée la question de l’habiter. C’est le peuplement des Gratte-Ciel qui est au cœur de la recherche. La sociologie des habitant·es, des usagèr·es ainsi que les commerces et professions libérales installés dans le quartier seront étudiés. Ce travail d’histoire sociale devrait permettre de mesurer les ruptures et les continuités du peuplement, les usages sociaux du quartier et les modalités d’insertion de la population dans la ville.
Cela conduira aussi à étudier l’impact de la conjoncture économique, politique, culturelle et sociale sur un espace restreint : un quartier.

Continuer la lecture de « Habiter les Gratte-Ciel de Villeurbanne : Des origines (années 1930) à nos jours »

Habiter les lieux-refuges : parcours résidentiels de femmes exilées à Villeurbanne

Camille Lassègue

Cette thèse abordera les « lieux-refuges » en tant qu’espaces d’habiter, de revendication et de construction d’une place dans la ville. Je désigne ici les logements, formels et informels, occupés notamment par des personnes en situation d’exil, notamment des squats et des centres d’hébergement. 

Cette approche permet d’envisager ces espaces et leurs habitant.es dans leur pratiques de transformation de la ville, collective et plurielle, à travers des pratiques d’habiter, de construction de réseaux urbains ou encore des mouvements de contestation. Il s’agira, à travers l’analyse des parcours, de comprendre les changements au sein des politiques sociales notamment d’accès à l’hébergement et au logement, tout en évoquant les stratégies et les luttes des personnes concernées pour faire avec ou faire face.

Malgré le caractère éphémère de ces lieux, ces pratiques laissent des traces mémorielles, qui peuvent inscrire ses habitant.es dans une mémoire de la ville et contribuer à légitimer leur présence. Basée sur une approche mélangeant différents médiums (photographie, vidéo, entretiens et observation filmante, traitement d’archives), cette thèse répond à plusieurs objectifs : comprendre et documenter les transformations actuelles de la mobilité et de l’espace urbain, s’inscrire dans une démarche engagée en donnant la parole aux populations invisibilisées et en produisant des images et des traces au plus proche du vécu, envisager l’anthropologie dans ses possibilités de transformation et de co-construction des savoirs et de mémoire.

Le terrain de recherche visera la ville de Villeurbanne, tout en s’étendant à la métropole lyonnaise.

Camille Lassègue, doctorante en anthropologie, Laboratoire d’anthropologie des enjeux contemporains à Lyon.

 

Élaboration, pérennité et adaptations : temporalités des édifices publics ordinaires, les bâtiments communaux villeurbannais au XXe siècle

Nolwenn Le Goff

Le bâtiment public ordinaire du XXe siècle est aujourd’hui confronté à de nouveaux enjeux économiques, normatifs, énergétiques et patrimoniaux qui questionnent son entretien et son devenir. Les politiques publiques de l’État semblent à la recherche d’une vision globale qui permettrait d’articuler les différentes stratégies concernant les bâtiments des collectivités territoriales, avec la façon dont ceux-ci sont édifiés ou transformés pour y répondre.

Continuer la lecture de « Élaboration, pérennité et adaptations : temporalités des édifices publics ordinaires, les bâtiments communaux villeurbannais au XXe siècle »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search