Rencontre intercommunautaire à Villeurbanne: La communication intercommunautaire entre la communauté asiatique et les immigrés non-asiatiques à Villeurbanne


Jusqu’aux années 1970, les mouvements ouvriers étaient puissants à Villeurbanne. Ouvriers locaux et immigrés de Villeurbanne ont connu les mouvements collectifs, indépendamment des origines culturelles. Les formes de solidarité unissaient de nombreux villeurbannais autour d’enjeux et d’objectifs communs, liés à la présence de l’industrie dans la ville. Les
communautés migrantes semblent aujourd’hui plus morcelées et moins connectées, du fait de l’évolution des formes de travail (petits commerces, emplois précaires et services) et les grandes structures d’action collective (syndicale) sont devenues moins puissantes. On peut donc se demander quelles communications intercommunautaires persistent, sous quelle forme et dans quels espaces.


Nous faisons l’hypothèse que les formes d’interaction entre groupes au sein de la société villeurbannaise sont pour partie dépendantes de l’action des institutions locales et du cadre urbain. Cette étude est donc aussi l’occasion d’étudier à l’échelle d’une ville la gestion de la diversité.


Nous étudierons des populations rarement évoquées dans les études consacrées à Villeurbanne, comme au plan national : les immigrés asiatiques. Cependant, les communautés vietnamienne, chinoise, cambodgienne et laotienne ont certainement contribué non seulement à la diversité culturelle et au développement villeurbannais mais aussi au niveau national culminant à la reconnaissance par l’État français comme la « minorité modèle à suivre ». Cependant, notamment à la suite de la pandémie du COVID19, ces communautés sont visiblement exposées à la marginalisation, voire aux préjugés racistes par les autres groupes immigrés 1 . Ce sujet va nous offrir une occasion d’évaluer en profondeur la gestion de la diversité de façon plus inclusive et globale.

Quelles sont les formes et les lieux des rencontres et des échanges intercommunautaires dans le contexte villeurbannais des années 1970s et 2020s? Comment cette pratique de communication intercommunautaire a-t-elle refaçonné les relations mutuelles entre les immigrés asiatiques et les autres immigrés villeurbannais? Villeurbanne a-t-elle connu l’émergence ou le déclin des acteurs collectifs asiatiques (associations, etc.) respectivement dans les années 1970s et 2020s? Pour quelles raisons ont-elles émergé ou disparu? Quelles étaient et sont les interventions des autorités municipales à l’égard de cette rencontre intercommunautaire notamment concernant les asiatiques? Quels impacts ont-elles eus? Comment réagissent les immigrés face à elles?

Actuellement en résidence de recherche au Rize, Jinwoo SHIN est étudiant en deuxième année de master en Sciences Sociales, parcours Migration à l’École normale supérieure de Lyon.

L’’intégration des femmes dans le processus de production musicale à Villeurbanne

Le projet de recherche s’intéresse à l’intégration des femmes dans le processus de production musicale à Villeurbanne.

Historiquement relayées à des positions subalternes dans les « mondes de l’art » (Becker, 1988), cette sous-représentation est aujourd’hui mise en lumière par les politiques publiques et des mesures sont désormais prises pour veiller à une meilleure intégration des femmes dans les milieux culturels et artistiques. Cependant, en 2021, selon l’Observatoire 2021 de l’égalité entre les femmes et les hommes dans la culture et la communication, les femmes représentent 17% des auteur.es-compositeur.rices de la Sacem, et 9% des compositeur.rices. D’autre part, elles représentent 7% des directeur.rices de SMAC et 9% des directeur.rices d’établissements public dans le domaine du spectacle vivant.

A Villeurbanne, alors que la ville et les institutions culturelles locales mettent aussi l’accent sur l’égalité femmes-hommes et que de nombreuses initiatives sont créées pour soutenir une meilleure intégration et représentation des femmes dans l’espace public, ce projet de recherche propose donc de comprendre comment celles-ci s’insèrent dans les « mondes » de la musique villeurbannais et d’étudier les pratiques sociales rattachées à cette intégration.

Le concept de « monde » permettra ainsi de rendre compte des multiples lieux dévolus à la musique et à la culture dans son ensemble à Villeurbanne, tout en permettant d’outrepasser les limites propres au territoire géographique et de s’intéresser à des structures des alentours.

La méthodologie, qui se veut majoritairement qualitative et composée d’observations directes et d’entretiens, permettra de donner la parole aux acteur.rices locaux.ales et de rendre compte des « expériences de vie quotidienne des individus en tentant de mieux comprendre les pratiques sociales dans lesquelles elles s’insèrent » (Gérin-Lajoie, 2006, p.73).

Actuellement en résidence de recherche au Rize, Agathe Rochet est en Master 1 de Sociologie à l’Université de Jean Monnet – Saint Etienne.

 

Concilier patrimoine et renouvellement urbain : le cas du quartier de l’Amande


Mon sujet de recherche s’inscrit dans l’élaboration du projet Carré de Soie, situé sur les communes de Villeurbanne et de Vaulx-en-Velin. Il s’agit d’un projet stratégique pour la Métropole de Lyon, débuté en 2009 et qui se conclura à l’horizon 2030. Il vise à créer une nouvelle centralité au sein d’un territoire délaissé de la première couronne de l’agglomération lyonnaise. Le renouveau de ce secteur, marqué par la présence de grands tènements industriels, s’appuie sur la volonté d’y établir une mixité d’usages associant habitat et activités économiques. À l’instar des projets de renouvellement urbain, ce projet d’envergure doit composer avec un contexte local spécifique, celui du quartier de l’Amande, délimité par la rue de la Soie et la rue Decomberousse. Du fait de son passé, le quartier de l’Amande offre un héritage industriel existant encore aujourd’hui et qui tend à être conservé en l’état dans l’avenir. Le projet Carré de Soie entend donc concilier ses convictions métropolitaines aux intérêts locaux du secteur.


Le rapport à l’espace est une entrée essentielle afin de comprendre les phénomènes et rapports sociaux dans un territoire. En effet, un espace contient une matérialité, des individus et des dynamiques, dont une place attachment1. Les espaces constituant mon terrain de recherche ont fait l’objet d’une désindustrialisation durant les années 1970. Dans ce contexte, souvent relatif à un phénomène de tabula rasa2, le processus qui m’intéresse est celui de la patrimonialisation. Il participe à la fabrication du patrimoine ainsi que la visibilisation et la légitimation de la mémoire d’un ou plusieurs groupes sociaux. Le réinvestissement d’éléments patrimoniaux en résulte une certaine forme d’appropriation de l’espace avec de nombreux enjeux sociaux et politiques qu’il s’agira alors de comprendre.


Un renouvellement urbain impliquant un espace comme celui-ci est fort de sens. En effet, ces espaces qui relèvent de l’héritage industriel sont généralement réinvestis par des groupes socialement dominants. De ce fait, la muséification de ces lieux ou bien même l’aseptisation de la mémoire ouvrière sont d’autant d’enjeux qui émanent de cette régénération urbaine. Mes recherches tendent alors à étudier le renouvellement urbain d’un tel espace dans le cadre d’un projet métropolitain qui se décrit lui-même comme « attentif aux traces du passé » et qui « intègre l’histoire du territoire dans les nouveaux projets ». Comment arriver à transmettre « l’âme du quartier » aux nouveaux habitants ? Il y a non seulement une histoire à créer ensemble, entre les anciens et les nouveaux habitants, mais aussi une prise de conscience de la mémoire héritée en postulant qu’elle est le bien commun à partager entre les différentes générations qui habitent le quartier de l’Amande.

Actuellement en résidence de recherche au Rize, Lorenzo Bigaran est en Master 2 de Géographie (Gestion des territoires et développement local) à l’Université Jean Moulin Lyon 3.


1 Entendue comme un lien affectif entre des personnes et des lieux spécifiques (Carmen Hidalgo et Bernardo Hernandez, 2001).


2 Une démarche de rupture et de table rase avec le passé, entraînant alors un phénomène, voire un risque de dépatrimonialisation (Edith Fagnoni, 2015).

Habiter les Gratte-Ciel de Villeurbanne : Des origines (années 1930) à nos jours

Ce travail de thèse portera sur les Gratte-ciel de Villeurbanne, quartier construit de 1927 à 1934.

Ce quartier a été conçu pour devenir le centre-ville de la commune. Il est constitué de 1400 logements destinés aux ouvrier·es, de locaux commerciaux, d’une centrale téléphonique, d’une centrale de chauffage, d’un nouvel hôtel de ville, et d’un palais du travail (théâtre, salles de réunion, dispensaire, piscine). C’est une architecture moderne aux hauteurs ambitieuses qui est choisie pour ce programme, réalisé par l’architecte Môrice Leroux. Pour permettre sa mise en place, une société à économie mixte, actions publiques et privées est créée en 1931  : la Société Villeurbannaise d’Urbanisme.

L’initiative d’un tel projet est issue de la volonté du maire socialiste, Lazare Goujon et de la situation de Villeurbanne. La ville est alors fortement industrialisée et la population ouvrière, qui a très rapidement augmenté au début du XXème siècle, souffre de mal logement. C’est aussi un moyen d’affirmer l’indépendance de Villeurbanne face à Lyon, qui a tenté jusqu’en 1903 de l’annexer. Ce quartier s’inscrit dans une politique socialiste, laïque et hygiéniste.

Aujourd’hui les Gratte-Ciel sont l’emblème de Villeurbanne, ils font centre et sont devenus un quartier animé, dont l’attrait a fait augmenter le prix du foncier alentour.

Dans cette thèse d’histoire sociale, sera explorée la question de l’habiter. C’est le peuplement des Gratte-Ciel qui est au cœur de la recherche. La sociologie des habitant·es, des usagèr·es ainsi que les commerces et professions libérales installés dans le quartier seront étudiés. Ce travail d’histoire sociale devrait permettre de mesurer les ruptures et les continuités du peuplement, les usages sociaux du quartier et les modalités d’insertion de la population dans la ville.
Cela conduira aussi à étudier l’impact de la conjoncture économique, politique, culturelle et sociale sur un espace restreint : un quartier.

Pour observer ces phénomènes, la chronologie travaillée s’étend des débuts du quartier (1930) jusqu’au XXIème siècle.

La méthodologie historique permettra d’évaluer les évolutions de la sociologie du quartier et offrira une approche comparative avec d’autres exemples de quartiers populaires en France et plus largement en Europe.

Il s’agira de construire une démographie historique des Gratte-Ciel mais aussi d’étudier la manière dont les habitants produisent le quartier à l’échelle politique et sociale de la commune. Plaçant l’expérience habitante au centre des recherches, considérant les résident·es et usagèr·es comme expert·es.

La question de la valorisation patrimoniale d’un quartier ouvrier toujours habité sera également l’un des axes de recherche. On pourra réfléchir aux liens entre les habitant·e·s et ce statut de « monuments vivants » que revêtent leurs logements. Il faut évaluer les possibilités culturelles du quartier, tout en respectant celles et ceux qui y vivent.

Aliénor Wagner-Coubès, doctorante en histoire, Laboratoire ACP (analyse comparée des pouvoirs) Université Gustave Eiffel

Habiter les lieux-refuges : réseaux urbains et traces mémorielles

 

Cette thèse abordera les « lieux-refuges » en tant qu’espaces d’habiter, de revendication et de construction d’une place dans la ville. Je désigne ici les logements, formels et informels, occupés notamment par des personnes en situation d’exil : Centres d’Accueil des Demandeurs d’Asile (CADA), squats, réseaux d’hébergement solidaire… Pour Michel Agier, « On oublie trop que le refuge est une des manières d’accéder à la ville, voire de faire ville » (Agier, 2011).

Cette approche permet d’envisager ces espaces et leurs habitant.es dans leur potentiel de transformation de la ville et de production d’une mémoire urbaine, collective et plurielle, à travers des pratiques d’habiter, de construction de réseaux urbains ou encore des mouvements de contestation. En effet, malgré le caractère éphémère de ces lieux, ces pratiques laissent des traces mémorielles, qui peuvent inscrire ses habitant.es dans une mémoire de la ville et contribuer à légitimer leur présence. Basée sur une approche collaborative innovante, mélangeant différents médiums (photographie, vidéo, entretiens et observation filmante, traitement d’archives), cette thèse répond à plusieurs objectifs : comprendre et documenter les transformations actuelles de la mobilité et de l’espace urbain, s’inscrire dans une démarche engagée en donnant la parole aux populations invisibilisées et en produisant des images et des traces au plus proche du vécu, envisager l’anthropologie dans ses possibilités de transformation et de co-construction des savoirs et de mémoire.

Le terrain de recherche visera la ville de Villeurbanne, tout en s’étendant à la ville de Lyon dans une perspective comparative. Les deux axes envisagés traiteront des traces mémorielles des lieux-refuges depuis les années 1990 et des processus de « faire mémoire » des résidant.es des lieux actuels à travers des projets collaboratifs. Ils seront articulés autour de la question de la mémoire comme outil de construction d’une place dans la ville, pour ces populations, et d’analyse des processus de « faire ville » et de cohabitation.

Camille Lassègue, doctorante en anthropologie, Laboratoire d’Anthropologie Des Enjeux Contemporains à Lyon

 

Les mutations du droit des collectivités territoriales à travers l’accueil des migrant-e-s

Si les mouvements migratoires de ces dernières années sont assimilés à un phénomène dit de « crise » auquel les pouvoirs publics souhaitent répondre urgemment, la « crise migratoire » semble cacher bien d’autres maux. En raison de nombreux conflits polymorphes qui secouent le continent africain et le flanc est de l’Europe, de nombreuses personnes contraintes au départ se dirigent vers les pays européens, réputés États de droit. Ces derniers alors engagés à différents niveaux disposent de plusieurs outils conventionnels pour accueillir. Ce sont toutefois des politiques européennes d’immigration basées sur des logiques de fermeture et de sécurité sciemment choisies qui continuent d’affecter les droits et libertés fondamentaux.

A première vue, les collectivités territoriales peuvent sembler ne pas être des acteurs de premier plan dans l’accueil des migrant-e-s. Pour autant ce sont bien elles qui grâce à des logiques d’adaptation et de proximité, sont susceptibles de se mobiliser qu’elles agissent dans un contexte guidé par la stratégie utilitariste de l’État ou qu’elles témoignent d’une volonté politique d’initiatives. En effet, récemment liées au « démantèlement » de la jungle de Calais et à la relocalisation des migrant-e-s vers différents centres d’accueil et d’orientation, comme à l’existence de camps de migrant-e-s auto-installé-e-s, ces questions préoccupent aujourd’hui l’échelon local.

Si l’accueil des migrant-e-s relève de la compétence de l’État par le biais de l’office français de l’immigration et de l’intégration (OFII), il n’en demeure pas moins que cet accueil suscite une nouvelle lecture des compétences territoriales, induisant dans le même temps, une réflexion quant à la coordination des différentes échelles d’action mises en place dans un contexte dominé par l’urgence. En effet, les acteurs publics à différents niveaux de compétences, ainsi que des organisations et mouvements sociaux particuliers se mobilisent simultanément.

Ainsi, la question de l’accueil des migrant-e-s fait émerger au niveau local de nouvelles modalités d’agir à travers une gouvernance de l’accueil multi-acteurs instaurant de fait un nouveau cadre de réflexion sur le droit. En effet, par ses manifestations de la décentralisation qui s’organisent dans le cadre du droit d’un Etat unitaire, les collectivités territoriales élaborent leurs propres programmes, leurs stratégies pour répondre à ces nouveaux défis. Du processus à l’œuvre depuis plusieurs décennies par l’ouverture des territoires au monde, l’internationalisation des territoires se double aujourd’hui d’une nouvelle logique, désormais interne. Les villes deviennent des intermédiaires nécessaires entre le global et le local. De ce mouvement, naissent des dispositifs en apparence favorables à l’accueil mais qui peuvent être aussi créateurs d’inégalités d’un territoire à l’autre.

C’est pourquoi en examinant la diversité des réponses institutionnelles à l’accueil des migrant-e-s en se plaçant au-delà de la seule structuration de l’appareil administratif de l’État, c’est à dire en étudiant l’ensemble des interactions du territoire (collectifs de citoyens informels, associations…), il conviendra d’identifier les mutations du droit des collectivités territoriales qui interrogent les logiques juridiques et administratives de catégorisation et de sectorisation. Il s’agit aussi et plus largement d’appréhender le discours juridique sur le « local » pour accéder à la teneur actuelle du mouvement de décentralisation et du droit en contexte, comme l’ensemble de ses implications avec les échelons supérieurs.

Lison Leneveler, doctorante en droit public, Centre de recherches juridiques, Grenoble Alpes

 

Élaboration, pérennité et adaptations : temporalités des édifices publics ordinaires, les bâtiments communaux villeurbannais au XXe siècle.

Le bâtiment public ordinaire du XXe siècle est aujourd’hui confronté à de nouveaux enjeux économiques, normatifs, énergétiques et patrimoniaux qui questionnent son entretien et son devenir. Les politiques publiques de l’Etat semblent à la recherche d’une vision globale qui permettrait d’articuler les différentes stratégies concernant les bâtiments des collectivités territoriales, avec la façon dont ceux-ci sont édifiés ou transformés pour y répondre.

Et d’un point de vue plus général, après un vingtième siècle où l’on a beaucoup construit, dans un contexte de nécessaire transition de notre environnement et de nos modes de vie, l’évolution des constructions existantes devient centrale dans la réflexion collective des acteurs du bâtiment, de la ville et des finances publiques. Le cadre bâti est alors souvent appelé patrimoine. Mais ce terme est utilisé de façon très différente par les personnes pratiquant la « gestion patrimoniale » (au sens propre d’un patrimoine immobilier ou financier) et les personnes se préoccupant des enjeux de « patrimoine naturel et culturel » collectif (au sens figuré d’un bien qui présenterait un intérêt pour la collectivité des citoyens, sans nécessairement lui appartenir au sens propre).

Cette situation place le « patrimoine public » dans un statut ambigu : approche immobilière publique ou approche culturelle et environnementale se réclament toute deux d’un « patrimoine commun » à une collectivité territoriale, nationale, voire humaine. Elles n’appellent cependant pas toujours les mêmes réponses opérationnelles face à la question de l’adaptation des édifices publics déjà construits.

Parallèlement, la recherche sur l’architecture et l’urbanisme du XXe siècle se pose peu la question du bâtiment public ordinaire, si on compare cet objet de recherche au logement, amplement traité, ou aux édifices remarquables, publics ou privés, qui constituent le principal objet de l’histoire de l’architecture.

La nécessité d’adapter les édifices publics n’est pourtant pas nouvelle : du fait de leurs missions d’intérêt général, ils sont structurellement en transition perpétuelle. La transformation progressive des parcs d’édifices publics au gré de l’évolution des besoins des territoires traverse tout le XXe siècle. Elle est intrinsèque à la fonction de ces équipements, censés s’adapter aux différentes formes de l’action publique et du service rendu aux populations. Pourtant, ces réseaux d’édifices gérés par des collectivités présentent aussi une certaine permanence urbaine. Chaque génération de gestionnaire est donc amenée à réinvestir l’héritage construit de la collectivité pour répondre à des besoins contemporains et anticiper l’avenir. L’édifice public est donc constamment en prise avec des temporalités différentes qu’il s’agit de coordonner pour le conserver et l’adapter. Et ce phénomène ne peut que s’accélérer du fait des mutations rapides que traversent nos sociétés contemporaines.

Quelles sont les capacités d’adaptation et les conditions d’évolutivité d’un réseau de bâtiments publics communaux construit au XXe siècle ?

La thèse se propose de travailler cette question autour du cas particulier d’un parc de 165 établissements recevant du public (ERP) gérés par la Ville de Villeurbanne, sur une centaine d’années. Construite au fil du XXe siècle, cette série d’édifices présente des caractéristiques architecturales très variées, sur les plans fonctionnel, morphologique, technique, visuel, et constitue, à ce titre, un échantillon représentatif.

En procédant à une analyse typo-morphologique, mais aussi historique, technique, géographique et parfois sémiologique, il s’agit de comprendre comment et pourquoi les bâtiments publics villeurbannais ont été édifiés puis transformés, sur l’ensemble du XXe siècle. La thèse tentera aussi d’apporter un éclairage nouveau sur le bâtiment public ordinaire, en adoptant à l’échelle architecturale des méthodes déjà utilisées à l’échelle urbaine pour comprendre la fabrique de la ville ordinaire, en convoquant dans le champ du banal les méthodes d’analyse récentes du patrimoine bâti remarquable du XXe siècle, mais aussi en s’appuyant sur les résultats de recherche existants concernant certaines typologies d’édifices publics. Les considérations morphologiques pourront compléter les recherches existantes sur les formes des villes durables. Et la typologie établie, ainsi que la description matérielle du corpus contribueront à structurer un type de données qui fait aujourd’hui défaut, malgré le caractère stratégique des édifices publics dans les transitions de nos sociétés contemporaines.

Nolwenn Le Goff, qui sera inscrite à la rentrée 2017 en Doctorat à l’École nationale supérieure d’architecture de Lyon