JdR 4 – Présentation de Boris de Rogalski Landrot

Doctorant-Cifre en histoire contemporaine à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, rattaché au LAboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes (LARHRA, équipe Pouvoirs, Villes et Sociétés), membre du laboratoire junior Sciences Sociales de l’Urbain, et en résidence au Rize. Je travaille sous la direction de Monsieur Jean-Luc Pinol (Professeur des Universités à l’ENS de Lyon), sur La fabrique matérielle et symbolique de la ville : le cas de Villeurbanne de 1900 à l’après Seconde Guerre mondiale.

Dans le cadre de ma thèse-Cifre, j’ai participé à deux expositions présentées au Rize “Villeurbanne, la laborieuse ?” et celle sur “Le Palais du Travail” et qui ont fait l’objet de la publication de catalogues d’exposition.

JdR 3 – Présentation d’Hélène Meyrignac

C’est au début de cette année 2013, que la résidence « jeune chercheur » du RIZE m’a accueillie en son sein pour une durée de six mois correspondant à la fin de mon master.  Il y a un an et demi de cela et après une double licence de Sciences politiques et d’Histoire,  j’ai en effet commencé un master de recherche en histoire contemporaine à l’université Lyon II. Son objectif est de valoriser les apports de l’approche genrée en histoire. Il s’inscrit également dans un programme européen qui m’a permis d’effectuer un semestre à Sofia et un autre à Budapest.

Continuer la lecture de « JdR 3 – Présentation d’Hélène Meyrignac »

JdR 2 – Présentation de Louis de l’Escalopier

Pour la deuxième année consécutive, je participe au projet du RIZE. Après un master 1 en histoire contemporaine à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, je poursuis donc en master 2 au sein de la même institution. L’année dernière, j’ai travaillé sur l’immigration à Villeurbanne en 1926. Après un long dépouillement, j’ai pu extraire de précieuses informations du recensement de la population villeurbannaise pour cette année. Si ces résultats ont permis d’ouvrir de nombreuses pistes de réflexions, à propos de l’installation des étrangers à Villeurbanne, mais aussi des logiques qui entrainent les mouvements migratoires vers ce territoire ; si la variété des profils et des dynamiques rencontrées a été très enrichissante,  une donnée m’a particulièrement intéressé.

Continuer la lecture de « JdR 2 – Présentation de Louis de l’Escalopier »

JdR 1 – Présentation d’Alexandre Rigal

Depuis bientôt un mois, j’ai la chance de participer au beau projet du RIZE. Je suis actuellement en master 2 en Urbanisme à l’Institut d’Urbanisme de Lyon. Auparavant j’ai été étudiant de Sciences Po Lyon pendant cinq ans. Depuis deux ans déjà, et le début de mon premier master 2 en communication, j’interroge les individus sur l’urbain. Quelles sont leurs représentations ? Leurs dérives ? Leurs lieux ? Leurs souvenirs ? Tous les matins et tous les soirs, chevauchant mon vélo, je parcoure Lyon et Villeurbanne, comme tout un chacun. Nous tous, tous les jours, nous créons notre bulle urbaine, notre propre bout de ville. Mais quelle est notre ville partagée ? Celle où nous résidons ? Celle où nous travaillons ? Faut-il être élu, joueur de foot ou de basket pour appartenir et représenter une ville ? Nous habitants, durables ou passagers, quelle est notre ville ?

Continuer la lecture de « JdR 1 – Présentation d’Alexandre Rigal »

Qui accueillons-nous cette année ? (en 2013)

Louis DE L’ESCALOPIER : Louis, dans la continuité de son travail sur le recensement de 1926 à Villeurbanne, va travailler sur L’immigration des travailleurs espagnols de la région minière de Cartagena vers Villeurbanne durant l’entre-deux-guerres. Cette approche présente l’originalité de traiter des mobilités à destination de Villeurbanne. Ce sera l’occasion de découvrir les réseaux de migration durant l’entre-deux-guerres, et notamment de poser un regard nouveau sur les causes de l’immigration espagnole durant cette période. Il est étudiant à l’ENS de Lyon en Master 2 recherche sous la direction de Jean-Luc PINOL (Professeur d’histoire contemporaine à l’ENS de Lyon).

Hélène MEYRIGNAC : Hélène travaille sur Les habitants et les habitantes de la Cité Gillet. Gillet, s’est déployé sur le territoire national, mais il était avant tout un entrepreneur très important à Villeurbanne. Le travail d’Hélène s’inscrit dans le Master européen MATHILDA, son approche est celle de l’histoire du genre. Elle est dirigée par Sylvie SCHWEITZER ((Professeur d’histoire contemporaine à Lyon 2).

Alexandre RIGAL : Alexandre, dans une approche de géographie urbaine, portera un regard original sur Villeurbanne en s’intéressant à la ville…la nuit ! Les activités nocturnes, et notamment les fêtes, n’ont pas encore été étudiées. Alexandre nous permettra de plonger dans cet univers de noctambules. Il est étudiant à l’Institut d’Urbanisme de Lyon.

Doctorant-Cifre accueilli en résidence de 2010 à 2013

Boris DE ROGALSKI LANDROT est ainsi doctorant-Cifre en histoire contemporaine à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, rattaché au LAboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes (LARHRA, équipe Pouvoirs, Villes et Sociétés), et en résidence au Rize. Il travaille sous la direction de Monsieur Jean-Luc Pinol (Professeur des Universités à l’ENS de Lyon), sur l’étude des politiques sociales urbaines mises en places à Villeurbanne de la fin du XIX siècle à la fin des années 1960. Il est aussi membre du laboratoire junior Sciences Sociales de l’Urbain qui est rattaché l’ENS de Lyon (laboratoire Triangle) et dont l’objet est l’étude des villes occidentales dans la seconde moitié du XX siècle. Dans le cadre de sa thèse-Cifre, il a participé à deux expositions présentées au Rize “Villeurbanne, la laborieuse ?” et celle sur “Le Palais du Travail“.

Il était une fois, un dessinateur, deux historiens, une historienne et un urbaniste …

Je reprends volontairement la question posée par Xavier de la Selle dans le titre de l’un de ses articles paru récemment dans la revue scientifique Culture et recherche, 127_automne 2012, p.15-16 : “Le Rize : une expérience ethnologique ?“. Cette question trouve une réponse pratique cette année au regard des spécialistes, et d’étudiant-e-s en cours de spécialisation, qui vont cohabiter pendant une période de 6 mois à 1 an dans ce même lieu qu’est le Rize.

Continuer la lecture de « Il était une fois, un dessinateur, deux historiens, une historienne et un urbaniste … »