Cuisine et Migration : Pratiques culinaires et alimentaires de femmes d’origine algérienne à Villeurbanne

Le territoire villeurbannais est souvent caractérisé par les origines étrangères et multiculturelles de sa population. Parmi ces groupes d’immigrés, les villeurbannais d’origine algérienne sont largement représentés.
En observant et en questionnant les pratiques des habitants d’origine algérienne, je souhaite renouveler le regard sur les parcours de migration en mettant au jour l’articulation des répertoires et des pratiques culinaires qui s’inscrivent dans un cadre urbain, ici à Villeurbanne. Il ne s’agit pas de corréler de manière linéaire un certain degré d’intégration en fonction de l’abandon ou de la résistance des pratiques alimentaires mais plutôt d’éclairer la complexité des processus d’identification et les multiples bricolages mis en œuvre par les migrants dans la construction de leurs pratiques.
Mes travaux s’inscrivent dans une vision de la migration comme circulation et rencontre dans un monde globalisé et connecté. Ainsi, les influences sont multiples et réciproques entre les sociétés d’émigration et d’immigration.
Les pratiques culinaires et alimentaires se situent au niveau le plus ordinaire de la vie quotidienne. En s’y intéressant, on interroge des processus économiques, sociaux, culturels et politiques mais pas seulement. L’alimentation comprend une forte dimension sensible, corporelle et émotionnelle. C’est à travers des activités corporelles, sensorielles et mémorielles que se matérialisent, à table et dans les cuisines, les processus de constructions des pratiques, entre un ici et un ailleurs, présent et passé.

J’irai d’abord à la rencontre des femmes – encore largement dominantes dans la sphère culinaire – sur les marchés et dans les commerces, observant ainsi les parcours et les pratiques d’approvisionnement sur le territoire villeurbannais. Dans un deuxième temps, c’est à l’intérieur des cuisines, en faisant la cuisine avec elles, que j’espère saisir les processus complexes d’identifications à l’œuvre dans leurs activités culinaires.

 

Lara Bonsirven, Master 2 en Anthropologie, Lyon 2

Temps de travail – temps hors travail : liens ou ruptures dans les pratiques sociales au sein des classes populaires ?

« Et ils sont où les ouvriers ? » Le temps fort de l’année 2015 au Rize soulève de nombreuses interrogations. En effet, on peut questionner le fait que ce groupe social qui, autrefois revendiquait une culture commune relativement forte et ancrée urbainement, apparaît aujourd’hui quelque peu fragilisé, morcelé, voire absent du paysage urbain. Alors qu’encore près d’un quart des Français-es sont ouvriers-ères aujourd’hui en France (selon les chiffres de l’Insee 2010), lorsqu’on évoque cette catégorie sociale, c’est davantage leur invisibilité qui apparaît. Dans ce travail de recherche, je souhaite questionner le rapport au temps hors travail des classes populaires à Villeurbanne. Dans l’éventail des classes populaires, j’inclus ici, à l’instar des travaux d’Olivier Schwartz[1], les ouvriers-ères mais également une partie des salarié-e-s des services et d’une manière générale, l’ensemble des catégories les moins dotées en capital culturel, social et économique de la société[2] et subissant au travail une forte subordination.

Ce travail de recherche en sociologie repose sur une démarche monographique, localisée et ethnographique, réalisée par des observations, mais également des entretiens approfondis. En choisissant un quartier de Villeurbanne et plusieurs établissements à l’activité variée (grande distribution, aide à domicile, BTP etc…) je souhaite comprendre l’articulation entre le temps de travail et le temps hors travail, en étudiant les pratiques culturelles, de loisirs et de sociabilité d’un certain nombre de travailleurs-euses.

De nombreux auteurs ont déjà travaillé sur la question du rapport des classes populaires à leur environnement social en choisissant notamment comme point d’appui les lieux de résidence, ou les lieux de sociabilité. En conservant un questionnement similaire, je souhaite dans cette étude me focaliser davantage sur le travail en tant que condition de la socialisation des individus. Comment les situations de travail, intériorisées ou non, se répercutent-elles dans la vie privée des salarié-e-s ? Quelles pratiques sociales ces individus partagent-ils ? Ont-ils par leur expérience de travail, développé la conscience d’appartenir à une classe ? Une des questions qui me semble importante à aborder est celle de savoir s’il existe aujourd’hui en France, une culture des précaires, celle que Robert Castel a nommé, le « précariat »[3], ou ceux que Sarah Abdelnour qualifie de « nouveaux prolétaires »[4]. En allant à la rencontre de travailleurs-euses, par le biais de leur lieu de travail, je souhaite comprendre les liens ou au contraire les divisions qui se créent entre eux et avec leur environnement social.

 

Saphia Doumenc, Master 2 en Sociologie politique, Lyon 2

[1] O. Schwartz, « Peut-on parler des classes populaires ? », La vie des idées, 13 septembre 2011, p. 1-49
[2] Il va de soi que ces catégories détiennent une forme de capital social et culturel mais, selon les thèses de Pierre Bourdieu, il ne s’agit aujourd’hui pas des capitaux reconnus comme légitimes dans la société contemporaine. Cet éloignement des cultures perçues comme légitimes conduisent à une forme de relégation des classes populaires en France.
[3] R. Castel, La montée des incertitudes. Travail, protections, statut de l’individu, Editions du Seuil, coll. « La couleur des idées », 2009.
[4] S. Abdelnour, Les nouveaux prolétaires, Coll. Petite encyclopédie critique, Textuel, 2012.

Trajectoires professionnelles et migratoires. Le personnel de l’usine J-B. Martin à Villeurbanne dans la première moitié du XXe siècle

Croisant histoire de l’immigration et histoire du travail, cette recherche vise à étudier la diversité des parcours migratoires de travailleurs et, en miroir, la diversité des parcours professionnels des migrants à partir de l’exemple d’usine. Mon travail porte sur les salariés de J.B Martin, une entreprise textile villeurbannaise, dans la première moitié du XXe siècle. Je m’intéresse à la fois à la composition du personnel de l’usine, son histoire sociale, et à l’histoire des personnes qui y travaillèrent, leur parcours individuel et familial.

Qui travaillait dans cette usine et dans quelles conditions ? Quelle était la place des femmes et des hommes immigrés au sein de l’entreprise ? La place des ouvriers dans l’usine était-elle régie par la nationalité, le genre, la qualification, le parcours ? Est-ce pertinent de séparer travailleurs français et travailleurs immigrés ? Il s’agit également de s’interroger sur la place des travailleurs dans la ville. Quelles logiques sous-tendent l’installation dans un quartier : la proximité du travail, de personnes de même origine ? Les liens entre travail et migration, sont interrogés à l’échelle d’une simple usine.

L’usine, l’entreprise, la ville, forment le cadre de vie et de travail du personnel étudié. Villeurbanne est une ville marquée parallèlement par l’industrialisation et l’immigration dans le premier XXe siècle. L’usine « Bonneterre » de l’entreprise textile J-B Martin, est une usine où travaillent de nombreux ouvriers peu qualifiés au tissage et à la teinture. Ce travail de recherche, mené sur deux ans, repose principalement sur les archives de l’entreprise et en particulier des fiches du personnel qui nous renseignent sur les salariés de la Première à la Seconde Guerre mondiale. A l’aide de ces sources, et de témoignages, je cherche à saisir au mieux les parcours de ces femmes et de ces hommes dans leur diversité et leur convergence.

 

Manon Duret, Master 2 en Histoire moderne et contemporaine, Lyon 2

 

Migrantes africaines à Villeurbanne : Quelles (re)compositions familiales en situation migratoire ?

« Tous venus d’ailleurs, tous devenus d’ici » aime-t-on se dire à Villeurbanne. La ville s’est vue traversée et façonnée par différentes vagues migratoires. Les immigrations italienne, espagnole, arménienne, portugaise, juive, algérienne et celles qui leur succèdent continuent de marquer le territoire villeurbannais dans ses formes et son identité. Parmi les dernières, figure une émigration depuis l’Afrique subsaharienne qui reste à mieux connaître.

Ainsi, cette thèse en sociologie propose de mettre la lumière sur cette composante de l’immigration à Villeurbanne et en particulier sur les femmes qui y prennent part. Ces dernières pèsent de plus en plus dans la composition de l’immigration africaine en France et leurs histoires se sont vues par ailleurs quelque peu occultées par la primauté accordée au prisme masculin dans l’étude des migrations.

Les questions posées sont tournées vers la sphère privée des relations familiales et en particulier, conjugales. En France, les émigrantes africaines ne retrouveront pas les mêmes façons de « faire famille » que celles qui faisaient sens au sein des diverses sociétés de départ comme, par exemple, le poids qu’a la famille élargie ou l’importance accordée à l’institution matrimoniale qui est très valorisée en Afrique sahélienne. Dès lors, comment, dans ce contexte migratoire, le couple et la famille vont-ils s’inventer, se bâtir, se renégocier ? Quelles recompositions la migration amène-t-elle dans les vies conjugales et familiales de ces migrantes, qu’elles aient quitté leurs pays seules ou dans le cadre d’un regroupement familial ? Il s’agira alors d’aller à la rencontre de ces femmes afin de recueillir leurs histoires, leurs expériences, leurs représentations.

Nadia Mounchit, doctorante en Sociologie, Centre Max Weber, Lyon 2