Histoire sociale d’un engagement : le Parti communiste français à Villeurbanne depuis l’après-guerre

Ludovic Rioux

Submergée par la vague rouge de 1935 lors de l’élection de Camille Joly à la mairie, Villeurbanne repassera aux mains des socialistes suite à la rupture de 1947. Plus grande ville de banlieue de France et deuxième ville de l’aire urbaine de Lyon en terme de population, Villeurbanne n’est pourtant pas une banlieue rouge. Au contraire, c’est sous le prisme du socialisme municipal que la gestion de la mairie fut le plus souvent analysée. Pourtant, le PC de Villeurbanne a servi à constituer un contre-pouvoir sur la gauche du PS, manquant parfois de rafler les élections comme en 1977. Lieu notable du communisme français, c’est à Villeurbanne que se déroule le congrès postérieur au plus gros succès d’avant-guerre du PCF. Encore aujourd’hui, une rue du quartier Saint-Jean porte les noms du candidat à l’élection municipale de 1977 et de son épouse, René et Lucette Desgrand.

Écrire l’histoire du PC de Villeurbanne, c’est donc éclaircir l’histoire du PCF depuis un point de vue local. Souligner les processus de recompositions militantes de la section d’une ville particulièrement frappée par la désouvriérisation permettrait donc de servir deux fins scientifiques fonctionnant ensemble. Tout d’abord, éclairer l’histoire d’une institution importante, lieu de promotion de la classe ouvrière et force révolutionnaire historique du XXe siècle. Parallèlement, cette monographie participerait d’approches plus récentes s’intéressant à la matérialité des réseaux communistes militants. Ici, ce n’est pas l’idéologie communiste qui sera analysée de manière hors-sol mais bien le collectif militant, et son évolution, qui seront resitués dans le contexte propre d’une ville ouvrière importante, au croisement de la mémoire ouvrière villeurbannaise et d’une sociologie de l’engagement communiste.

Continuer la lecture de « Histoire sociale d’un engagement : le Parti communiste français à Villeurbanne depuis l’après-guerre »

Changer le travail pour changer le monde ? Étude d’une Société Coopérative et Participative (SCOP) villeurbannaise

Julien Charreton

L’objectif de ce mémoire de Master 1 de Science Politique est de réaliser une recherche portant sur les modalités d’un engagement à la fois professionnel et écologique au sein d’une Société Coopérative et Participative (SCOP) spécialisée dans le domaine de la transition énergétique.  

Travailler au sein d’une telle SCOP relève ainsi d’un double engagement : l’un coopératif et l’autre écologique. Cette thématique de « l’engagement » est celle dans laquelle s’inscrira ce travail au sein du Rize. En effet, les acteurs de ces entreprises semblent à la fois avoir opté pour une organisation singulière de leur travail (ou du moins un statut particulier de leur entreprise) ainsi que pour une activité engagée dans le sens d’un changement dans les manières de produire et de consommer l’énergie. Mon actuel questionnement principal est donc double : qu’est-ce qui explique que des individus cherchent à la fois à modifier leurs manières de travailler et à s’engager dans la transition énergétique au quotidien ? Plus globalement, cette recherche vise à analyser les conditions sociales dans lesquelles des individus vont chercher à concilier engagement professionnel et engagement civique, pour une cause d’intérêt général, celle de l’écologie, thématique qui a déjà pu intéresser le Rize, à travers l’exposition de 2017, La graine et le bitume.

Continuer la lecture de « Changer le travail pour changer le monde ? Étude d’une Société Coopérative et Participative (SCOP) villeurbannaise »

Les mutations du droit des collectivités territoriales à travers l’accueil des migrant·e·s

Lison Leneveler

Si les mouvements migratoires de ces dernières années sont assimilés à un phénomène dit de « crise » auquel les pouvoirs publics souhaitent répondre urgemment, la « crise migratoire » semble cacher bien d’autres maux. En raison de nombreux conflits polymorphes qui secouent le continent africain et le flanc est de l’Europe, de nombreuses personnes contraintes au départ se dirigent vers les pays européens, réputés États de droit. Ces derniers alors engagés à différents niveaux disposent de plusieurs outils conventionnels pour accueillir. Ce sont toutefois des politiques européennes d’immigration basées sur des logiques de fermeture et de sécurité sciemment choisies qui continuent d’affecter les droits et libertés fondamentaux.

A première vue, les collectivités territoriales peuvent sembler ne pas être des acteurs de premier plan dans l’accueil des migrant·e·s. Pour autant ce sont bien elles qui grâce à des logiques d’adaptation et de proximité, sont susceptibles de se mobiliser qu’elles agissent dans un contexte guidé par la stratégie utilitariste de l’État ou qu’elles témoignent d’une volonté politique d’initiatives. En effet, récemment liées au « démantèlement » de la jungle de Calais et à la relocalisation des migrant·e·s vers différents centres d’accueil et d’orientation, comme à l’existence de camps de migrant·e·s auto-installé·e·s, ces questions préoccupent aujourd’hui l’échelon local.

Continuer la lecture de « Les mutations du droit des collectivités territoriales à travers l’accueil des migrant·e·s »

Élaboration, pérennité et adaptations : temporalités des édifices publics ordinaires, les bâtiments communaux villeurbannais au XXe siècle

Nolwenn Le Goff

Le bâtiment public ordinaire du XXe siècle est aujourd’hui confronté à de nouveaux enjeux économiques, normatifs, énergétiques et patrimoniaux qui questionnent son entretien et son devenir. Les politiques publiques de l’État semblent à la recherche d’une vision globale qui permettrait d’articuler les différentes stratégies concernant les bâtiments des collectivités territoriales, avec la façon dont ceux-ci sont édifiés ou transformés pour y répondre.

Continuer la lecture de « Élaboration, pérennité et adaptations : temporalités des édifices publics ordinaires, les bâtiments communaux villeurbannais au XXe siècle »

Quand Marseille renseigne Villeurbanne : pour une sociogenèse de l’engagement politique et syndical en milieu précaire. Enquête auprès de travailleuses et travailleurs du nettoyage

Saphia Doumenc

Afin de saisir d’éventuelles spécificités territoriales, il semble intéressant de mettre en perspective le terrain villeurbannais avec un terrain secondaire, la ville de Marseille. À Villeurbanne, les personnes constituant l’échantillon de la recherche sont relativement peu mobilisées, ce qui laisse davantage de place à la reproduction des dominations, tandis qu’à Marseille où les mobilisations s’organisent de manière régulière et récurrente depuis la fin de l’année 2015, les dominations sont à la fois davantage repérées et dénoncées. Or en termes de représentativité sociologique, la configuration villeurbannaise semble être plus ordinaire et, donc, plus illustrative des logiques de domination au sein desquelles les travailleuses et les travailleurs précaires se trouvent pris. Ainsi, cette enquête multi-située permettra de renseigner le cas ordinaire de Villeurbanne par une mise en perspective avec un phénomène extra‑ordinaire : la mobilisation de femmes et d’hommes (moins nombreux) de ménage à Marseille.

Continuer la lecture de « Quand Marseille renseigne Villeurbanne : pour une sociogenèse de l’engagement politique et syndical en milieu précaire. Enquête auprès de travailleuses et travailleurs du nettoyage »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search