Pratiques, transmissions et médiations des « danses d’ailleurs » à Villeurbanne

Raissa Batista Fonseca

Parce qu’immigrer revient à se mouvoir, parce que ce mouvement relève d’un déplacement culturel, les migrations concernent doublement les danses : en tant qu’objet culturel et forme de mobilité. Selon cette approche, les recherches actuelles en Anthropologie de la danse permettent de concevoir de façon nouvelle la mise en mouvement de la mémoire migratoire. Étudier la variété des pratiques des « danses d’ailleurs » dans une ville façonnée par l’immigration telle que Villeurbanne ouvre ainsi des perspectives pour mieux comprendre certains phénomènes d’emprunts, de transferts et de recomposition qui régissent l’identité – sans cesse mouvante – de la cité.

Comment les danses suivent-elles les déplacements migratoires ? Comment l’histoire des immigrations de la ville s’imprime-t-elle dans la pratique de la danse ? De quelles transmissions les danses sont-elles l’objet ?

Continuer la lecture de « Pratiques, transmissions et médiations des « danses d’ailleurs » à Villeurbanne »

Les Charpennes : un quartier d’une ville ouvrière (1900-1939)

Mathilde Delamare

Lyon-Les Charpennes Grande Rue, actuelle rue Gabriel Péri,
Carrier édit., 9×14 cm, 1904-1920 (AMV – 2 Fi 85)

Les Charpennes, héritant leur nom du latin « carpenum », charmille ou charme, jouxtant Lyon, sont situés à l’est des Brotteaux et au sud du Tonkin actuel. À la faveur de l’urbanisation de la rive gauche du Rhône marquée par la construction du pont Morand en 1784, ce quartier se développe de manière fulgurante dans la seconde partie du XIXe siècle, se transformant, comme le rappelle son étymologie, d’espace rural en espace urbanisé et, de plus, fortement industrialisé. Cette étude s’inscrit dans un cadre chronologique se déployant entre le tournant du XXe siècle et la veille de la Seconde Guerre mondiale – non seulement pour des raisons bibliographiques mais essentiellement en raison des nombreuses transformations que connaît ce quartier au cours de cette période. En effet, il est intéressant de constater comment ce quartier, dont l’occupation remonte à l’époque gallo-romaine, a évolué en fonction de ses acteurs et usages au regard de plus larges problématiques contemporaines et de ses fortes spécificités permettant de délimiter un espace cohérent.

Continuer la lecture de « Les Charpennes : un quartier d’une ville ouvrière (1900-1939) »

Organisation du travail d’animation et socialisation genrée en accueil de loisirs

Julie Fraioli

Cette enquête de terrain, réalisée en parallèle à la MJC de Villeurbanne et au centre social de la Ferrandière, a pour objectif d’analyser la manière dont l’organisation du travail d’animation contribue ou non à renforcer la socialisation genrée. La socialisation de genre, qui renvoie au processus par lequel les enfants apprennent les attentes sociales, les attitudes et les comportements typiquement associés aux garçons et aux filles, fait l’objet d’études de plus en plus nombreuses dans le milieu scolaire.

Continuer la lecture de « Organisation du travail d’animation et socialisation genrée en accueil de loisirs »

Le quartier des Gratte-Ciel au prisme du genre

Laura Heyndrickx

Depuis quelques décennies, des chercheur.es s’intéressent à un impensé des disciplines liées à l’urbanisme et l’architecture : le genre. La ville peut ainsi être lue comme un espace construit par des rapports sociaux de sexe qui évoluent en fonction des contextes sociaux et culturels (Coutras 1996). Ce prisme du genre permet de mettre au jour des mobilités sexuées différenciées dans la ville, comme le fait que les femmes traversent l’espace public alors que les hommes s’y posent plus volontiers. Il révèle l’existence de « murs invisibles » (Di Méo 2011) qui impactent les itinéraires des unes alors que les autres ne les perçoivent pas. Il prend en compte la division sexuée du travail et les inégalités dans la répartition des tâches domestiques qui engendrent des usages et des appréciations différenciés de la ville selon le sexe.

Analyser l’espace du point de vue du genre, c’est aussi interroger la dichotomie entre espace public et espace privé. Dans l’imaginaire collectif traditionnel, les hommes investissent l’espace public et politique alors que les femmes règnent en maîtresse de maison dans l’intimité du logis. Au XXème siècle, cette partition est largement mise à mal par l’accès massif des femmes au travail et le développement des loisirs, floutant ainsi des frontières a priori bien établies. C’est donc dans un continuum spatial, du logement à la rue, en passant par les parties communes que se jouent les rapports de genre.

Par leur statut de cœur de ville et de patrimoine urbain, les Gratte-Ciel de Villeurbanne constituent un terrain d’analyse passionnant à l’intersection de l’architecture et de la sociologie du genre. Inauguré en 1934,  le quartier est un produit de l’hygiénisme social et promet alors de changer la vie des ouvrier.es de Villeurbanne grâce à ses innovations sanitaires et architecturales comme le chauffage urbain,  les vide-ordures, et les terrasses en gradin de ses logements en hauteur qui garantissent ensoleillement et ventilation. Bordant l’avenue Henri Barbusse, les immeubles continuent aujourd’hui d’abriter près de 1500 locataires. Cette recherche est l’occasion de porter un nouveau regard sur ce quartier en se demandant comment vit-on aux Gratte-Ciel selon que l’on est un homme ou une femme ?

Continuer la lecture de « Le quartier des Gratte-Ciel au prisme du genre »

Les mutations du droit des collectivités territoriales à travers l’accueil des migrant·e·s

Lison Leneveler

Si les mouvements migratoires de ces dernières années sont assimilés à un phénomène dit de « crise » auquel les pouvoirs publics souhaitent répondre urgemment, la « crise migratoire » semble cacher bien d’autres maux. En raison de nombreux conflits polymorphes qui secouent le continent africain et le flanc est de l’Europe, de nombreuses personnes contraintes au départ se dirigent vers les pays européens, réputés États de droit. Ces derniers alors engagés à différents niveaux disposent de plusieurs outils conventionnels pour accueillir. Ce sont toutefois des politiques européennes d’immigration basées sur des logiques de fermeture et de sécurité sciemment choisies qui continuent d’affecter les droits et libertés fondamentaux.

A première vue, les collectivités territoriales peuvent sembler ne pas être des acteurs de premier plan dans l’accueil des migrant·e·s. Pour autant ce sont bien elles qui grâce à des logiques d’adaptation et de proximité, sont susceptibles de se mobiliser qu’elles agissent dans un contexte guidé par la stratégie utilitariste de l’État ou qu’elles témoignent d’une volonté politique d’initiatives. En effet, récemment liées au « démantèlement » de la jungle de Calais et à la relocalisation des migrant·e·s vers différents centres d’accueil et d’orientation, comme à l’existence de camps de migrant·e·s auto-installé·e·s, ces questions préoccupent aujourd’hui l’échelon local.

Continuer la lecture de « Les mutations du droit des collectivités territoriales à travers l’accueil des migrant·e·s »

Élaboration, pérennité et adaptations : temporalités des édifices publics ordinaires, les bâtiments communaux villeurbannais au XXe siècle

Nolwenn Le Goff

Le bâtiment public ordinaire du XXe siècle est aujourd’hui confronté à de nouveaux enjeux économiques, normatifs, énergétiques et patrimoniaux qui questionnent son entretien et son devenir. Les politiques publiques de l’État semblent à la recherche d’une vision globale qui permettrait d’articuler les différentes stratégies concernant les bâtiments des collectivités territoriales, avec la façon dont ceux-ci sont édifiés ou transformés pour y répondre.

Continuer la lecture de « Élaboration, pérennité et adaptations : temporalités des édifices publics ordinaires, les bâtiments communaux villeurbannais au XXe siècle »

Quand Marseille renseigne Villeurbanne : pour une sociogenèse de l’engagement politique et syndical en milieu précaire. Enquête auprès de travailleuses et travailleurs du nettoyage

Saphia Doumenc

Afin de saisir d’éventuelles spécificités territoriales, il semble intéressant de mettre en perspective le terrain villeurbannais avec un terrain secondaire, la ville de Marseille. À Villeurbanne, les personnes constituant l’échantillon de la recherche sont relativement peu mobilisées, ce qui laisse davantage de place à la reproduction des dominations, tandis qu’à Marseille où les mobilisations s’organisent de manière régulière et récurrente depuis la fin de l’année 2015, les dominations sont à la fois davantage repérées et dénoncées. Or en termes de représentativité sociologique, la configuration villeurbannaise semble être plus ordinaire et, donc, plus illustrative des logiques de domination au sein desquelles les travailleuses et les travailleurs précaires se trouvent pris. Ainsi, cette enquête multi-située permettra de renseigner le cas ordinaire de Villeurbanne par une mise en perspective avec un phénomène extra‑ordinaire : la mobilisation de femmes et d’hommes (moins nombreux) de ménage à Marseille.

Continuer la lecture de « Quand Marseille renseigne Villeurbanne : pour une sociogenèse de l’engagement politique et syndical en milieu précaire. Enquête auprès de travailleuses et travailleurs du nettoyage »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search