Parcours scolaires et professionnels des enfants du Chaâba (1954-1968)

L’histoire de Villeurbanne est marquée par l’immigration qui empreint la mémoire de ses habitant-e-s.

Le sujet du mémoire s’inscrit dans l’histoire de l’immigration, de la place des enfants issus de celle-ci et des conditions de logement des étranger-ère-s en France.

Il s’agira ici de voir le rôle joué par les familles, les institutions et les influences extérieures sur le parcours de ces enfants qui sont né-e-s ou dont les parents ont vécu au  « bidonville » du Chaâba. L’accent est mis sur la scolarité et en particulier celle de l’école primaire à partir notamment des archives de l’école Léo Lagrange (cahiers d’appel, registres matricules, …) de Villeurbanne. Enfin, la recherche permet la réflexion sur les différences genrées dans la société et leur influence sur les parcours de vie de ces  filles et de ces garçons.

La particularité de ce mémoire est de faire de la micro-histoire (sur une période et une population restreintes) et de s’appuyer en majeure partie sur des sources orales constituées de témoignages recueillis auprès des différent-e-s protagonistes.

Maud Chazalet, Master 2 en Histoire moderne et contemporaine, histoire des femmes et du genre, Lyon 2

Hommes et femmes dans l’immigration familiale algérienne: Le cas du Chaâba, Villeurbanne, 1954 – 1968

Le « bidonville » du Chaâba, situé dans le quartier de la Feyssine à Villeurbanne, a accueilli dans les années 1950 et 1960 une vingtaine de familles « algériennes » récemment arrivées en France métropolitaine. Durant cette période en effet, l’immigration nord-africaine vers la France se développe de manière massive, non seulement du fait des besoins de main-d’oeuvre en France métropolitaine mais aussi des conditions socio-économiques difficiles des habitants du département français d’Algérie. Bien qu’au début de la période cette immigration se caractérise majoritairement par des flux d’hommes seuls, l’arrivée et l’installation de familles se développent très rapidement et de manière croissante. Ainsi en ce sens, l’étude du Chaâba et de ses habitants permet d’approcher l’histoire de l’immigration des familles algériennes. Grâce aux témoignages d’ancien-ne-s habitant-e-s et d’acteurs « extérieurs » (directrice d’école, médecin…), et grâce à l’étude de registres matricules scolaires et de dossiers émanant du Bureau d’Hygiène de la ville de Villeurbanne, il est possible d’étudier les expériences migratoires des ancien-ne-s habitant-e-s du Chaâba en adoptant une perspective genrée. Cette étude a donc pour objectif d’explorer la diversité des expériences migrantes sous le prisme du genre. Comment le genre et les relations de genre pénètrent-ils les expériences migratoires ? Comment et pourquoi les Algériens et les Algériennes ont-ils vécu différemment leur migration et leur installation en France ? L’approche micro-historique permet de pouvoir analyser ensemble les différents éléments intervenant localement dans la formation des identités en croisant l’étude des différentes catégories de genre, de classe, d’âge et d’origine, et en étudiant l’habitat et les réseaux et relations interpersonnelles.

La recherche historique s’est souvent concentrée sur l’étude des travailleurs masculins immigrés nord-africains en adoptant un objet d’étude politique ou économique (liens avec la guerre d’indépendance algérienne, politiques d’immigration…). Du côté de la sociologie, les recherches ont souvent concerné l’étude de « la deuxième génération » et des questions « d’intégration ». Cette étude entend donc participer à compléter les recherches émergentes sur les femmes et les familles algériennes primo-arrivantes immigrées en France, encore trop peu visibles dans l’historiographie.

Soraya Bellaha, Master 2 en Histoire moderne et contemporaine, histoire des femmes et du genre, Lyon 2

Les cadres normatifs de l’action culturelle dans les réseaux locaux : le cas de l’expérimentation de la déclaration de Fribourg dans le Grand Lyon

Les politiques culturelles des villes se construisent dans une logique d’interdépendance, mais aussi de distinction, par rapport aux politiques élaborées au niveau national. A l’échelle locale, la recherche de l’adhésion des publics à une offre culturelle comprend une finalité symbolique, de représentation de la commune appartenance des citoyens à un territoire. Dans les villes marquées par l’expérience de l’immigration, cela implique la confrontation des agents sociaux à la problématique des modes de « gestion » et de reconnaissance des expressions de la diversité culturelle.

En partant de la prise en considération de cette spécificité du local en matière de politiques culturelles, ce travail de recherche s’intéresse à la mobilisation récente d’acteurs faisant partie des « systèmes culturels locaux » (selon l’expression de G. Saez), dans des démarches centrées sur la fonction sociale du travail culturel. Dans plusieurs territoires français, ces démarches se sont appuyées sur la déclaration de Fribourg sur les droits culturels, texte élaboré en 2007 par un groupe d’acteurs « issus de la société civile » et liés à l’Unesco. Plus précisément, l’enquête s’attache à analyser l’expérimentation de cet instrument par un collectif créé en 2013 dans le Grand Lyon.

En étudiant la réception et l’interprétation des travaux de Fribourg selon les différents acteurs, il s’agira de comprendre les mécanismes qui sous-tendent la circulation de ceux-ci au sein du réseau culturel local. Quelle lecture, quelle traduction font ces acteurs des cadres normatifs « officiels » des politiques culturelles et de cohésion sociale (démocratie, démocratisation, intégration…) ? Peut-on lire ces mobilisations comme des réactions à des problématiques et des hiérarchies, structurelles et symboliques, résultant de la mise en œuvre de ces mêmes politiques ?

Simona Mattia, Master 2 en Sociologie politique, Lyon 2

 

Trajectoires professionnelles et migratoires. Les employés de l’usine J-B. Martin à Villeurbanne dans la première moitié du XXe siècle

L’objectif de mon travail de recherche est d’interroger les liens entre migration et travail à l’échelle microhistorique d’une usine. En croisant histoire de l’immigration et histoire du travail, il s’agit d’étudier la diversité des parcours migratoires de travailleurs et, en miroir, la diversité des parcours professionnels des migrants. Ma recherche porte sur les employés d’une entreprise textile villeurbannaise dans la première moitié du XXe siècle. Il s’agit de reconstituer l’histoire sociale d’une entreprise, l’histoire d’une usine à travers son personnel et l’histoire des personnes à travers l’usine, par des parcours individuels d’employés.

Qui travaillait dans cette usine et dans quelles conditions ? Quelle était la place des femmes et des hommes immigrés au sein de l’entreprise ? Était-elle régie par leur nationalité, leur genre, leur parcours ? Est-ce pertinent de séparer travailleurs français et travailleurs immigrés ? Il s’agit également de s’interroger sur la place des travailleurs dans la ville. Quelles logiques sous-tendent l’installation dans un quartier : la proximité du travail, de personnes de même origine ?

L’étude se place donc dans un double cadre : la ville et l’usine. Villeurbanne, ville fortement marquée par l’industrialisation et l’immigration dans le premier XXe siècle, étudiée comme lieu de vie. L’usine « Bonneterre » de l’entreprise textile J-B Martin, où de nombreux ouvriers peu qualifiés travaillent au tissage et à la teinture, étudiée comme lieu de travail. À partir des archives de l’entreprise et en particulier des fiches du personnel renseignant sur les employés de la Première à la Seconde Guerre mondiale, je cherche à saisir au mieux les parcours de ces employés dans leur diversité et leur complexité.

Manon Duret, Master 1 en Histoire moderne et contemporaine, Lyon 2

Migrantes africaines à Villeurbanne : Quelles (re)compositions familiales en situation migratoire ?

« Tous venus d’ailleurs, tous devenus d’ici » aime-t-on se dire à Villeurbanne. La ville s’est vue traversée et façonnée par différentes vagues migratoires. Les immigrations italienne, espagnole, arménienne, portugaise, juive, algérienne et celles qui leur succèdent continuent de marquer le territoire villeurbannais dans ses formes et son identité. Parmi les dernières, figure une émigration depuis l’Afrique subsaharienne qui reste à mieux connaître.

Ainsi, cette thèse en sociologie propose de mettre la lumière sur cette composante de l’immigration à Villeurbanne et en particulier sur les femmes qui y prennent part. Ces dernières pèsent de plus en plus dans la composition de l’immigration africaine en France et leurs histoires se sont vues par ailleurs quelque peu occultées par la primauté accordée au prisme masculin dans l’étude des migrations.

Les questions posées sont tournées vers la sphère privée des relations familiales et en particulier, conjugales. En France, les émigrantes africaines ne retrouveront pas les mêmes façons de « faire famille » que celles qui faisaient sens au sein des diverses sociétés de départ comme, par exemple, le poids qu’a la famille élargie ou l’importance accordée à l’institution matrimoniale qui est très valorisée en Afrique sahélienne. Dès lors, comment, dans ce contexte migratoire, le couple et la famille vont-ils s’inventer, se bâtir, se renégocier ? Quelles recompositions la migration amène-t-elle dans les vies conjugales et familiales de ces migrantes, qu’elles aient quitté leurs pays seules ou dans le cadre d’un regroupement familial ? Il s’agira alors d’aller à la rencontre de ces femmes afin de recueillir leurs histoires, leurs expériences, leurs représentations.

Nadia Mounchit, doctorante en Sociologie, Centre Max Weber, Lyon 2