XIXe siècle

Le cadastre napoléonien de Villeurbanne a été vectorisé, puis assemblé à celui des communes voisines. Il a ensuite été superposé au cadastre actuel pour permettre la consultation interactive des données associées (sources archivistiques et, pour Villeurbanne, informations présentes dans les matrices cadastrales).

Cadastre napoléonien (1812-1832) de Lyon et Villeurbanne, carte interactive.
Vectorisation : Nolwenn Le Goff (Villeurbanne), Bernard Gauthiez (Lyon).
Sources : AMV 6Fi 1070 et ADR.

Restitution du cadastre napoléonien, 1812-1832

Le territoire de Villeurbanne au XIXe siècle, Cadastre napoléonien Lyon et Villeurbanne (1812-1822, restitution), occupation du sol.
Auteur : Nolwenn Le Goff. Source pour vectorisation : AMV 6Fi 1070.

Cette restitution du cadastre napoléonien a été réalisée à partir d’un plan cadastral de mise à jour de 1932 (AMV 6 Fi 1070). Celui-ci superpose le cadastre napoléonien (1812) et celui de la fin des années 1920 (probablement 1928). Comme certains linéaments (limites de parcelles cadastrales ou de bâtiments) de l’entre-deux-guerres sont encore existants aujourd’hui, ce procédé à permis de vectoriser le cadastre napoléonien à partir d’une méthode régressive : des points de repères actuels ont servi de base pour géoréférencer le cadastre de l’entre-deux-guerres, ce qui, du même coup, nous donne aussi les limites cadastrales du XIXe siècle. Cette méthode est plus précise que la méthode directe. En effet, le cadastre napoléonien d’origine ne fournissait pas assez de repères pour une géométrie correcte, la topographie villeurbannaise (lit du Rhône) et le parcellaire ayant beaucoup évolué depuis.

Le croisement des numéros de parcelles avec les matrices cadastrales a permis de restituer l’occupation du sol du début du XIXe siècle. Cette représentation permet de se représenter les milieux cultivés ou semi-naturels présents sur le territoire villeurbannais à cette époque. Ce mode de représentation permet de compléter les quelques cartes du XIXe siècle existantes concernant le territoire villeurbannais.

Cadastre napoléonien Lyon et Villeurbanne (1812-1822, restitution), parcellaire et bâti.
Cadastre napoléonien Lyon et Villeurbanne (1812-1822, restitution), parcellaire et bâti.
Vectorisation : Nolwenn Le Goff (Villeurbanne), Bernard Gauthiez (Lyon).
Sources pour vectorisation : AMV 6Fi 1070 et ADR.
Cadastre napoléonien Lyon et Villeurbanne (1812-1822, restitution), parcellaire et bâti.
Vectorisation : Nolwenn Le Goff (Villeurbanne), Bernard Gauthiez (Lyon).
Sources : AMV 6Fi 1070 et ADR.
Cadastre napoléonien Lyon et Villeurbanne (1812-1822, restitution), parcellaire et bâti.
Vectorisation : Nolwenn Le Goff (Villeurbanne), Bernard Gauthiez (Lyon).
Sources : AMV 6Fi 1070 et ADR.

Plans communaux du XIXe siècle

1812
Le territoire de Villeurbanne en 1812. Géomètre : Dussert. Source : ADR, cadastre napoléonien, 02849, 3P2193.
1843
Le territoire de Villeurbanne en 1843. Auteur original : Michel Gelas. Source : AMV 6Fi 0005
Le territoire de Villeurbanne en 1843. Auteur original : Michel Gelas. Source : AMV 6Fi 0005
 
1862
Le territoire de Villeurbanne en 1862. Auteur original : B. Pallordet. Source : AMV 6Fi 0007
Le territoire de Villeurbanne en 1862. Auteur original : B. Pallordet. Source : AMV 6Fi 0007
 

Carte de France dite “d’État-Major”, 1866

L’IGN propose des cartes d’Etat-Major géoréférencées, mais leur colorimétrie est inégale. Les carte restituées ici ont été téléchargées sur le site de la Library of Congress, leurs colorimétrie a été ajustée, puis elles ont été goéréférencées sur la base d’une grille fournie en ligne par l’EHESS, qui sert de base pour la France entière.

Restitution des changements de contours communaux au XIXe siècle

Les contours communaux de Lyon et Villeurbanne ont varié au cours du XIXe siècle : Lyon annexe La Guillotière, La Croix-Rousse et Vaise en 1856. Une partie de la commune de Villeurbanne est vendue à celle de Lyon en 1894.

Contours communaux au début du XIXe siècle.
Cadastre napoléonien Lyon et Villeurbanne (1812-1832, restitution)
Auteurs : Nolwenn Le Goff (Villeurbanne), Bernard Gauthiez (Lyon).
Sources : AMV 6Fi 1070 et ADR.
Contours communaux entre 1856 et 1894
Contours communaux entre 1894 et 1969

Remarques

Les échelles mentionnées sur les documents correspondent à une impression en A3, avec une bordure de 5mm.

Par comparaison avec le territoire du Grand Paris, celui du Grand Lyon a fait l’objet de bien moins de travaux de recherches géo-historiques récents. La morphologie historique du territoire lyonnais et de son agglomération a été principalement produite dans les années 1990 (Pinol, 1991 ; Saunier, 1992). Comme la plupart des cartographies historiques numérisées dans les fonds publics, ces recherches concernent principalement la Ville de Lyon. Les institutions municipales de la commune (archives municipales, musée Gadagne, services archéologique) ont joué un rôle dans ce processus. C’est aujourd’hui la Métropole du Grand Lyon qui est aujourd’hui le principal interlocuteur des chercheurs, avec des approches plus marquées par la culture urbanistique. Depuis la fin des années 2000, l’intérêt pour l’évolution morphologique du territoire lyonnais sur la longue durée a faibli, malgré quelques publications plus récentes (Meillerand, 2010 ; Clémençon, 2015).

Ce n’est pas le cas pour Paris. Dans le cadre de l’ANR Alpage (AnaLyse diachronique de l’espace urbain PArisien), une équipe de recherche a, par exemple, mis en ligne des données historiques géoréférencées ou vectorisées concernant l’histoire, sur la longue durée de la Ville de Paris et son agglomération. Ce projet est basé sur une approche cumulative des résultats de recherche produits au fil du temps pour en permettre le croisement. Ces recherches interviennent dans un processus de réflexion collectif engagé sur le Grand Paris.

Sur le territoire du Grand Lyon, l’architecte-chercheur Bernard Gauthiez et certains de ses doctorants, sont, à notre connaissance, les seuls à partager en libre accès des données géographiques utilisables par d’autres. Les données issues du cadastre napoléonien de la Ville de Lyon utilisées ici sont disponibles en annexe de l’article de Bernard Gauthiez, “Lyon en 1824-32 : un plan de la ville sous forme vecteur d’après le cadastre ancien“.