L’’intégration des femmes dans le processus de production musicale à Villeurbanne

Agathe Rochet

Le projet de recherche s’intéresse à l’intégration des femmes dans le processus de production musicale à Villeurbanne.

Continuer la lecture de « L’’intégration des femmes dans le processus de production musicale à Villeurbanne »

Organisation du travail d’animation et socialisation genrée en accueil de loisirs

Julie Fraioli

Cette enquête de terrain, réalisée en parallèle à la MJC de Villeurbanne et au centre social de la Ferrandière, a pour objectif d’analyser la manière dont l’organisation du travail d’animation contribue ou non à renforcer la socialisation genrée. La socialisation de genre, qui renvoie au processus par lequel les enfants apprennent les attentes sociales, les attitudes et les comportements typiquement associés aux garçons et aux filles, fait l’objet d’études de plus en plus nombreuses dans le milieu scolaire.

Continuer la lecture de « Organisation du travail d’animation et socialisation genrée en accueil de loisirs »

Le quartier des Gratte-Ciel au prisme du genre

Laura Heyndrickx

Depuis quelques décennies, des chercheur.es s’intéressent à un impensé des disciplines liées à l’urbanisme et l’architecture : le genre. La ville peut ainsi être lue comme un espace construit par des rapports sociaux de sexe qui évoluent en fonction des contextes sociaux et culturels (Coutras 1996). Ce prisme du genre permet de mettre au jour des mobilités sexuées différenciées dans la ville, comme le fait que les femmes traversent l’espace public alors que les hommes s’y posent plus volontiers. Il révèle l’existence de « murs invisibles » (Di Méo 2011) qui impactent les itinéraires des unes alors que les autres ne les perçoivent pas. Il prend en compte la division sexuée du travail et les inégalités dans la répartition des tâches domestiques qui engendrent des usages et des appréciations différenciés de la ville selon le sexe.

Analyser l’espace du point de vue du genre, c’est aussi interroger la dichotomie entre espace public et espace privé. Dans l’imaginaire collectif traditionnel, les hommes investissent l’espace public et politique alors que les femmes règnent en maîtresse de maison dans l’intimité du logis. Au XXème siècle, cette partition est largement mise à mal par l’accès massif des femmes au travail et le développement des loisirs, floutant ainsi des frontières a priori bien établies. C’est donc dans un continuum spatial, du logement à la rue, en passant par les parties communes que se jouent les rapports de genre.

Par leur statut de cœur de ville et de patrimoine urbain, les Gratte-Ciel de Villeurbanne constituent un terrain d’analyse passionnant à l’intersection de l’architecture et de la sociologie du genre. Inauguré en 1934,  le quartier est un produit de l’hygiénisme social et promet alors de changer la vie des ouvrier.es de Villeurbanne grâce à ses innovations sanitaires et architecturales comme le chauffage urbain,  les vide-ordures, et les terrasses en gradin de ses logements en hauteur qui garantissent ensoleillement et ventilation. Bordant l’avenue Henri Barbusse, les immeubles continuent aujourd’hui d’abriter près de 1500 locataires. Cette recherche est l’occasion de porter un nouveau regard sur ce quartier en se demandant comment vit-on aux Gratte-Ciel selon que l’on est un homme ou une femme ?

Continuer la lecture de « Le quartier des Gratte-Ciel au prisme du genre »

Parcours scolaires et professionnels des enfants du Chaâba (1954-1968)

Maud Chazalet

L’histoire de Villeurbanne est marquée par l’immigration qui empreint la mémoire de ses habitant-e-s.

Le sujet du mémoire s’inscrit dans l’histoire de l’immigration, de la place des enfants issus de celle-ci et des conditions de logement des étranger-ère-s en France.

Il s’agira ici de voir le rôle joué par les familles, les institutions et les influences extérieures sur le parcours de ces enfants qui sont né-e-s ou dont les parents ont vécu au  « bidonville » du Chaâba. L’accent est mis sur la scolarité et en particulier celle de l’école primaire à partir notamment des archives de l’école Léo Lagrange (cahiers d’appel, registres matricules, …) de Villeurbanne. Enfin, la recherche permet la réflexion sur les différences genrées dans la société et leur influence sur les parcours de vie de ces  filles et de ces garçons.

La particularité de ce mémoire est de faire de la micro-histoire (sur une période et une population restreintes) et de s’appuyer en majeure partie sur des sources orales constituées de témoignages recueillis auprès des différent-e-s protagonistes.

Maud Chazalet, Master 2 en Histoire moderne et contemporaine, histoire des femmes et du genre, Université Lumière Lyon 2.

Hommes et femmes dans l’immigration familiale algérienne: Le cas du Chaâba, Villeurbanne, 1954 – 1968

Soraya Bellaha

Le « bidonville » du Chaâba, situé dans le quartier de la Feyssine à Villeurbanne, a accueilli dans les années 1950 et 1960 une vingtaine de familles « algériennes » récemment arrivées en France métropolitaine. Durant cette période en effet, l’immigration nord-africaine vers la France se développe de manière massive, non seulement du fait des besoins de main-d’œuvre en France métropolitaine mais aussi des conditions socio-économiques difficiles des habitants du département français d’Algérie. Bien qu’au début de la période cette immigration se caractérise majoritairement par des flux d’hommes seuls, l’arrivée et l’installation de familles se développent très rapidement et de manière croissante. Ainsi en ce sens, l’étude du Chaâba et de ses habitants permet d’approcher l’histoire de l’immigration des familles algériennes.

Continuer la lecture de « Hommes et femmes dans l’immigration familiale algérienne: Le cas du Chaâba, Villeurbanne, 1954 – 1968 »

Migrantes africaines à Villeurbanne : Quelles (re)compositions familiales en situation migratoire ?

Nadia Mounchit

« Tous venus d’ailleurs, tous devenus d’ici » aime-t-on se dire à Villeurbanne. La ville s’est vue traversée et façonnée par différentes vagues migratoires. Les immigrations italienne, espagnole, arménienne, portugaise, juive, algérienne et celles qui leur succèdent continuent de marquer le territoire villeurbannais dans ses formes et son identité. Parmi les dernières, figure une émigration depuis l’Afrique subsaharienne qui reste à mieux connaître.

Ainsi, cette thèse en sociologie propose de mettre la lumière sur cette composante de l’immigration à Villeurbanne et en particulier sur les femmes qui y prennent part. Ces dernières pèsent de plus en plus dans la composition de l’immigration africaine en France et leurs histoires se sont vues par ailleurs quelque peu occultées par la primauté accordée au prisme masculin dans l’étude des migrations.

Les questions posées sont tournées vers la sphère privée des relations familiales et en particulier, conjugales. En France, les émigrantes africaines ne retrouveront pas les mêmes façons de « faire famille » que celles qui faisaient sens au sein des diverses sociétés de départ comme, par exemple, le poids qu’a la famille élargie ou l’importance accordée à l’institution matrimoniale qui est très valorisée en Afrique sahélienne. Dès lors, comment, dans ce contexte migratoire, le couple et la famille vont-ils s’inventer, se bâtir, se renégocier ? Quelles recompositions la migration amène-t-elle dans les vies conjugales et familiales de ces migrantes, qu’elles aient quitté leurs pays seules ou dans le cadre d’un regroupement familial ? Il s’agira alors d’aller à la rencontre de ces femmes afin de recueillir leurs histoires, leurs expériences, leurs représentations.

Nadia Mounchit, doctorante en sociologie, Centre Max Weber,Université Lumière Lyon 2.

Les enfants d’origine italienne du quartier de la Croix-Luizet à Villeurbanne : familles et parcours scolaires (1945-1955)

Manon Assenat

Étudiante en master 2 Matilda Histoire Européenne des Femmes et du Genre, mon travail de recherche porte sur les élèves italien·ne·s ou d’origine italienne de l’école primaire de Croix-Luizet (aujourd’hui Armand) à Villeurbanne.

Continuer la lecture de « Les enfants d’origine italienne du quartier de la Croix-Luizet à Villeurbanne : familles et parcours scolaires (1945-1955) »

Le militantisme féminin pro-algérien (1954-1966)

Le texte suivant présente le travail de Master 2 Matilda en histoire contemporaine de Charlotte GOBIN (Université Lyon 2, LARHRA), dirigé par Madame Marianne THIVEND (MCF Histoire contemporaine, Université Lyon 2) et Madame Sylvie SCHWEITZER (PU Histoire contemporaine, Université Lyon 2). Son travail a porté sur le militantisme au féminin : les Lyonnaises et la défense de la cause algérienne (1954-1966).

Continuer la lecture de « Le militantisme féminin pro-algérien (1954-1966) »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search