Habiter les lieux-refuges : parcours résidentiels de femmes exilées à Villeurbanne

Camille Lassègue

Cette thèse abordera les « lieux-refuges » en tant qu’espaces d’habiter, de revendication et de construction d’une place dans la ville. Je désigne ici les logements, formels et informels, occupés notamment par des personnes en situation d’exil, notamment des squats et des centres d’hébergement. 

Cette approche permet d’envisager ces espaces et leurs habitant.es dans leur pratiques de transformation de la ville, collective et plurielle, à travers des pratiques d’habiter, de construction de réseaux urbains ou encore des mouvements de contestation. Il s’agira, à travers l’analyse des parcours, de comprendre les changements au sein des politiques sociales notamment d’accès à l’hébergement et au logement, tout en évoquant les stratégies et les luttes des personnes concernées pour faire avec ou faire face.

Malgré le caractère éphémère de ces lieux, ces pratiques laissent des traces mémorielles, qui peuvent inscrire ses habitant.es dans une mémoire de la ville et contribuer à légitimer leur présence. Basée sur une approche mélangeant différents médiums (photographie, vidéo, entretiens et observation filmante, traitement d’archives), cette thèse répond à plusieurs objectifs : comprendre et documenter les transformations actuelles de la mobilité et de l’espace urbain, s’inscrire dans une démarche engagée en donnant la parole aux populations invisibilisées et en produisant des images et des traces au plus proche du vécu, envisager l’anthropologie dans ses possibilités de transformation et de co-construction des savoirs et de mémoire.

Le terrain de recherche visera la ville de Villeurbanne, tout en s’étendant à la métropole lyonnaise.

Camille Lassègue, doctorante en anthropologie, Laboratoire d’anthropologie des enjeux contemporains à Lyon.

 

Pratiques, transmissions et médiations des « danses d’ailleurs » à Villeurbanne

Raissa Batista Fonseca

Parce qu’immigrer revient à se mouvoir, parce que ce mouvement relève d’un déplacement culturel, les migrations concernent doublement les danses : en tant qu’objet culturel et forme de mobilité. Selon cette approche, les recherches actuelles en Anthropologie de la danse permettent de concevoir de façon nouvelle la mise en mouvement de la mémoire migratoire. Étudier la variété des pratiques des « danses d’ailleurs » dans une ville façonnée par l’immigration telle que Villeurbanne ouvre ainsi des perspectives pour mieux comprendre certains phénomènes d’emprunts, de transferts et de recomposition qui régissent l’identité – sans cesse mouvante – de la cité.

Comment les danses suivent-elles les déplacements migratoires ? Comment l’histoire des immigrations de la ville s’imprime-t-elle dans la pratique de la danse ? De quelles transmissions les danses sont-elles l’objet ?

Continuer la lecture de « Pratiques, transmissions et médiations des « danses d’ailleurs » à Villeurbanne »

Les cadres normatifs de l’action culturelle dans les réseaux locaux : le cas de l’expérimentation de la déclaration de Fribourg dans le Grand Lyon

Simona Mattia

Les politiques culturelles des villes se construisent dans une logique d’interdépendance, mais aussi de distinction, par rapport aux politiques élaborées au niveau national. A l’échelle locale, la recherche de l’adhésion des publics à une offre culturelle comprend une finalité symbolique, de représentation de la commune appartenance des citoyens à un territoire. Dans les villes marquées par l’expérience de l’immigration, cela implique la confrontation des agents sociaux à la problématique des modes de « gestion » et de reconnaissance des expressions de la diversité culturelle.

Continuer la lecture de « Les cadres normatifs de l’action culturelle dans les réseaux locaux : le cas de l’expérimentation de la déclaration de Fribourg dans le Grand Lyon »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search