Habiter les Gratte-Ciel de Villeurbanne : Des origines (années 1930) à nos jours

Aliénor Wagner-Coubès

Ce travail de thèse portera sur les Gratte-ciel de Villeurbanne, quartier construit de 1927 à 1934.

Ce quartier a été conçu pour devenir le centre-ville de la commune. Il est constitué de 1400 logements destinés aux ouvrier·es, de locaux commerciaux, d’une centrale téléphonique, d’une centrale de chauffage, d’un nouvel hôtel de ville, et d’un palais du travail (théâtre, salles de réunion, dispensaire, piscine). C’est une architecture moderne aux hauteurs ambitieuses qui est choisie pour ce programme, réalisé par l’architecte Môrice Leroux. Pour permettre sa mise en place, une société à économie mixte, actions publiques et privées est créée en 1931 : la Société Villeurbannaise d’Urbanisme.

L’initiative d’un tel projet est issue de la volonté du maire socialiste, Lazare Goujon et de la situation de Villeurbanne. La ville est alors fortement industrialisée et la population ouvrière, qui a très rapidement augmenté au début du XXème siècle, souffre de mal logement. C’est aussi un moyen d’affirmer l’indépendance de Villeurbanne face à Lyon, qui a tenté jusqu’en 1903 de l’annexer. Ce quartier s’inscrit dans une politique socialiste, laïque et hygiéniste.

Aujourd’hui les Gratte-Ciel sont l’emblème de Villeurbanne, ils font centre et sont devenus un quartier animé, dont l’attrait a fait augmenter le prix du foncier alentour.

Dans cette thèse d’histoire sociale, sera explorée la question de l’habiter. C’est le peuplement des Gratte-Ciel qui est au cœur de la recherche. La sociologie des habitant·es, des usagèr·es ainsi que les commerces et professions libérales installés dans le quartier seront étudiés. Ce travail d’histoire sociale devrait permettre de mesurer les ruptures et les continuités du peuplement, les usages sociaux du quartier et les modalités d’insertion de la population dans la ville.
Cela conduira aussi à étudier l’impact de la conjoncture économique, politique, culturelle et sociale sur un espace restreint : un quartier.

Continuer la lecture de « Habiter les Gratte-Ciel de Villeurbanne : Des origines (années 1930) à nos jours »

Les Charpennes : un quartier d’une ville ouvrière (1900-1939)

Mathilde Delamare

Lyon-Les Charpennes Grande Rue, actuelle rue Gabriel Péri,
Carrier édit., 9×14 cm, 1904-1920 (AMV – 2 Fi 85)

Les Charpennes, héritant leur nom du latin « carpenum », charmille ou charme, jouxtant Lyon, sont situés à l’est des Brotteaux et au sud du Tonkin actuel. À la faveur de l’urbanisation de la rive gauche du Rhône marquée par la construction du pont Morand en 1784, ce quartier se développe de manière fulgurante dans la seconde partie du XIXe siècle, se transformant, comme le rappelle son étymologie, d’espace rural en espace urbanisé et, de plus, fortement industrialisé. Cette étude s’inscrit dans un cadre chronologique se déployant entre le tournant du XXe siècle et la veille de la Seconde Guerre mondiale – non seulement pour des raisons bibliographiques mais essentiellement en raison des nombreuses transformations que connaît ce quartier au cours de cette période. En effet, il est intéressant de constater comment ce quartier, dont l’occupation remonte à l’époque gallo-romaine, a évolué en fonction de ses acteurs et usages au regard de plus larges problématiques contemporaines et de ses fortes spécificités permettant de délimiter un espace cohérent.

Continuer la lecture de « Les Charpennes : un quartier d’une ville ouvrière (1900-1939) »

Histoire sociale d’un engagement : le Parti communiste français à Villeurbanne depuis l’après-guerre

Ludovic Rioux

Submergée par la vague rouge de 1935 lors de l’élection de Camille Joly à la mairie, Villeurbanne repassera aux mains des socialistes suite à la rupture de 1947. Plus grande ville de banlieue de France et deuxième ville de l’aire urbaine de Lyon en terme de population, Villeurbanne n’est pourtant pas une banlieue rouge. Au contraire, c’est sous le prisme du socialisme municipal que la gestion de la mairie fut le plus souvent analysée. Pourtant, le PC de Villeurbanne a servi à constituer un contre-pouvoir sur la gauche du PS, manquant parfois de rafler les élections comme en 1977. Lieu notable du communisme français, c’est à Villeurbanne que se déroule le congrès postérieur au plus gros succès d’avant-guerre du PCF. Encore aujourd’hui, une rue du quartier Saint-Jean porte les noms du candidat à l’élection municipale de 1977 et de son épouse, René et Lucette Desgrand.

Écrire l’histoire du PC de Villeurbanne, c’est donc éclaircir l’histoire du PCF depuis un point de vue local. Souligner les processus de recompositions militantes de la section d’une ville particulièrement frappée par la désouvriérisation permettrait donc de servir deux fins scientifiques fonctionnant ensemble. Tout d’abord, éclairer l’histoire d’une institution importante, lieu de promotion de la classe ouvrière et force révolutionnaire historique du XXe siècle. Parallèlement, cette monographie participerait d’approches plus récentes s’intéressant à la matérialité des réseaux communistes militants. Ici, ce n’est pas l’idéologie communiste qui sera analysée de manière hors-sol mais bien le collectif militant, et son évolution, qui seront resitués dans le contexte propre d’une ville ouvrière importante, au croisement de la mémoire ouvrière villeurbannaise et d’une sociologie de l’engagement communiste.

Continuer la lecture de « Histoire sociale d’un engagement : le Parti communiste français à Villeurbanne depuis l’après-guerre »

De l’exil à l’engagement associatif local : le cas de l’Association France-Amérique latine (AFAL) et de son implantation à Villeurbanne (1979-2015)

Adrien Miachon

Mon projet de recherche s’inscrit dans une démarche croisant des logiques d’histoire et de mémoire. Il est centré sur l’histoire de l’immigration latino-américaine à Villeurbanne, à travers le prisme d’une association engagée, l’association France-Amérique latine (AFAL).

Continuer la lecture de « De l’exil à l’engagement associatif local : le cas de l’Association France-Amérique latine (AFAL) et de son implantation à Villeurbanne (1979-2015) »

L’immigration portugaise dans l’Est lyonnais, de 1963 à 1974

Louis Verger

Sous la direction de Philippe Rygiel, je travaille sur l’immigration portugaise qui s’est implantée dans l’Est de l’agglomération lyonnaise, entre 1963 et 1974. Par ce mémoire de recherche, j’espère mieux comprendre un phénomène migratoire de grande ampleur et qui n’a paradoxalement été que très peu étudié à des échelles locales.

Plus précisément, ma recherche s’intéresse aux différentes institutions, étatiques ou associatives, qui encadrèrent la population portugaise arrivant massivement dans ces communes dès le milieu des années 1960. Les bornes chronologiques que j’ai choisies renvoient à des critères contextuels. En effet, un bureau de l’Office National de l’Immigration s’installe en 1963 à Lisbonne, ouvrant largement la porte vers la France aux travailleurs portugais, et en 1974, à la suite de la crise économique provoquée par le premier choc pétrolier, les frontières françaises sont fermées pour toutes les populations étrangères cherchant à venir travailler en France.

Continuer la lecture de « L’immigration portugaise dans l’Est lyonnais, de 1963 à 1974 »

De l’exil politique à l’engagement associatif local : le cas de l’AFAL à Villeurbanne (1979-2015)

Adrien Miachon

Comment, à partir d’une situation de déracinement, d’exil, en vient-on à s’implanter durablement dans un lieu nouveau, et à s’engager dans la vie civique et associative de l’espace dans lequel on arrive ? L’étude de l’AFAL (Association France-Amérique latine) fondée en 1979 à Villeurbanne, peut constituer une entrée pour apporter des éléments de réponse à cette question. Cette association, créée par des exilés des dictatures latino-américaines (notamment chilienne), s’applique depuis les années 1980 à transmettre à Villeurbanne, et dans l’agglomération lyonnaise plus largement, une vision alternative de l’Amérique latine, à distance des images stéréotypées qui peuvent circuler en général en France. L’AFAL s’applique également à transmettre la mémoire des dictatures sanglantes mises en place avec l’aide des Etats-Unis à partir de la fin des années 1960 dans presque tous les pays du Cône Sud et de l’Amérique centrale ; dictatures qui ont conduit à la mort de milliers de personnes, ou à l’exil de milliers d’autres, dont une partie est venue se réfugier en Europe, et notamment en France. On le voit bien : l’engagement de cette association est lié au passé de ses membres, qui ont connu le déracinement et veulent témoigner, par le biais de l’association, de ce qu’a représenté, pour eux, la mise en place des dictatures en Amérique latine.

Ce sujet lie donc des problématiques d’histoire et de mémoire, et interroge : quelles sont les conditions qui conduisent des « déracinés », des exilés, à se réimplanter dans un lieu nouveau, et à s’y engager? Dans quelle mesure cet engagement est-il une réponse, un moyen de faire face au traumatisme de l’exil et du déracinement ?

Continuer la lecture de « De l’exil politique à l’engagement associatif local : le cas de l’AFAL à Villeurbanne (1979-2015) »

Histoire et représentations : les ouvriers en France

Étudier un objet pour un historien n’est pas se cantonner à utiliser et analyser uniquement les sources issues des archives relatives à ce thème. Pour se saisir pleinement d’un sujet, étudier l’histoire des représentations est un avantage, c’est un moyen de le rallier au contexte d’époque et donc, de mieux comprendre un objet d’étude éloigné de l’actualité contemporaine de l’historien.

C’est la raison pour laquelle, étudier la cité ouvrière Château-Gaillard à Villeurbanne construite à l’initiative patronale de l’entreprise Gillet dans les années 1920 m’a conduite à m’intéresser à l’évolution de l’image des ouvriers dans la société. En effet, me situant notamment dans la perspective de l’histoire sociale, je cherche à comprendre le groupe ouvrier en tant que groupe social. En vue de cerner la vision renvoyée par la société sur un groupe social perçu en tant que tel, observer les productions d’art que celle-ci en fait peut constituer une bonne entrée.

Continuer la lecture de « Histoire et représentations : les ouvriers en France »

Des logements ouvriers à Villeurbanne : l’ilôt urbain de la rue Flachet

Aliénor Wagner-Coubès

Dans le cadre de mon mémoire de recherche, je m’intéresse à l’histoire urbaine et sociale de Villeurbanne à travers l’étude d’un ensemble d’immeubles construit rue flachet (du numéro 2 au numéro 22) à la fin des années 1920 à l’initiative des patrons de l’usine Gillet.

Continuer la lecture de « Des logements ouvriers à Villeurbanne : l’ilôt urbain de la rue Flachet »

Trajectoires professionnelles et migratoires. Le personnel de l’usine J-B. Martin à Villeurbanne dans la première moitié du XXe siècle

Manon Duret

Croisant histoire de l’immigration et histoire du travail, cette recherche vise à étudier la diversité des parcours migratoires de travailleurs et, en miroir, la diversité des parcours professionnels des migrants à partir de l’exemple d’usine. Mon travail porte sur les salariés de J.B Martin, une entreprise textile villeurbannaise, dans la première moitié du XXe siècle. Je m’intéresse à la fois à la composition du personnel de l’usine, son histoire sociale, et à l’histoire des personnes qui y travaillèrent, leur parcours individuel et familial.

Qui travaillait dans cette usine et dans quelles conditions ? Quelle était la place des femmes et des hommes immigrés au sein de l’entreprise ? La place des ouvriers dans l’usine était-elle régie par la nationalité, le genre, la qualification, le parcours ? Est-ce pertinent de séparer travailleurs français et travailleurs immigrés ? Il s’agit également de s’interroger sur la place des travailleurs dans la ville. Quelles logiques sous-tendent l’installation dans un quartier : la proximité du travail, de personnes de même origine ? Les liens entre travail et migration, sont interrogés à l’échelle d’une simple usine.

Continuer la lecture de « Trajectoires professionnelles et migratoires. Le personnel de l’usine J-B. Martin à Villeurbanne dans la première moitié du XXe siècle »

Réflexions méthodologiques sur les sources orales en histoire

L’utilisation de sources orales en histoire est souvent à l’origine de nombreux questionnements d’ordre méthodologique pour les étudiant-e-s : comment cette source « parlée » doit-elle être analysée ? Comment gérer son implication en tant que chercheur·euse dans la construction de la source ? En réalité, il me semble que, dans une certaine mesure, la méthodologie des sources orales rend visible et évidente la manière dont toute source, quelle que soit sa nature, est construite. Elle met en avant la place et le rôle du chercheur·euse dans la compréhension des sources qu’il/elle utilise. En bref, la réflexion autour des sources orales rappelle de manière plus générale qu’une source n’est jamais neutre, et l’historien-ne-e jamais objectif·ve.

Continuer la lecture de « Réflexions méthodologiques sur les sources orales en histoire »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search