Habiter les Gratte-Ciel de Villeurbanne : Des origines (années 1930) à nos jours

Aliénor Wagner-Coubès

Ce travail de thèse portera sur les Gratte-ciel de Villeurbanne, quartier construit de 1927 à 1934.

Ce quartier a été conçu pour devenir le centre-ville de la commune. Il est constitué de 1400 logements destinés aux ouvrier·es, de locaux commerciaux, d’une centrale téléphonique, d’une centrale de chauffage, d’un nouvel hôtel de ville, et d’un palais du travail (théâtre, salles de réunion, dispensaire, piscine). C’est une architecture moderne aux hauteurs ambitieuses qui est choisie pour ce programme, réalisé par l’architecte Môrice Leroux. Pour permettre sa mise en place, une société à économie mixte, actions publiques et privées est créée en 1931 : la Société Villeurbannaise d’Urbanisme.

L’initiative d’un tel projet est issue de la volonté du maire socialiste, Lazare Goujon et de la situation de Villeurbanne. La ville est alors fortement industrialisée et la population ouvrière, qui a très rapidement augmenté au début du XXème siècle, souffre de mal logement. C’est aussi un moyen d’affirmer l’indépendance de Villeurbanne face à Lyon, qui a tenté jusqu’en 1903 de l’annexer. Ce quartier s’inscrit dans une politique socialiste, laïque et hygiéniste.

Aujourd’hui les Gratte-Ciel sont l’emblème de Villeurbanne, ils font centre et sont devenus un quartier animé, dont l’attrait a fait augmenter le prix du foncier alentour.

Dans cette thèse d’histoire sociale, sera explorée la question de l’habiter. C’est le peuplement des Gratte-Ciel qui est au cœur de la recherche. La sociologie des habitant·es, des usagèr·es ainsi que les commerces et professions libérales installés dans le quartier seront étudiés. Ce travail d’histoire sociale devrait permettre de mesurer les ruptures et les continuités du peuplement, les usages sociaux du quartier et les modalités d’insertion de la population dans la ville.
Cela conduira aussi à étudier l’impact de la conjoncture économique, politique, culturelle et sociale sur un espace restreint : un quartier.

Continuer la lecture de « Habiter les Gratte-Ciel de Villeurbanne : Des origines (années 1930) à nos jours »

Le quartier des Gratte-Ciel au prisme du genre

Laura Heyndrickx

Depuis quelques décennies, des chercheur.es s’intéressent à un impensé des disciplines liées à l’urbanisme et l’architecture : le genre. La ville peut ainsi être lue comme un espace construit par des rapports sociaux de sexe qui évoluent en fonction des contextes sociaux et culturels (Coutras 1996). Ce prisme du genre permet de mettre au jour des mobilités sexuées différenciées dans la ville, comme le fait que les femmes traversent l’espace public alors que les hommes s’y posent plus volontiers. Il révèle l’existence de « murs invisibles » (Di Méo 2011) qui impactent les itinéraires des unes alors que les autres ne les perçoivent pas. Il prend en compte la division sexuée du travail et les inégalités dans la répartition des tâches domestiques qui engendrent des usages et des appréciations différenciés de la ville selon le sexe.

Analyser l’espace du point de vue du genre, c’est aussi interroger la dichotomie entre espace public et espace privé. Dans l’imaginaire collectif traditionnel, les hommes investissent l’espace public et politique alors que les femmes règnent en maîtresse de maison dans l’intimité du logis. Au XXème siècle, cette partition est largement mise à mal par l’accès massif des femmes au travail et le développement des loisirs, floutant ainsi des frontières a priori bien établies. C’est donc dans un continuum spatial, du logement à la rue, en passant par les parties communes que se jouent les rapports de genre.

Par leur statut de cœur de ville et de patrimoine urbain, les Gratte-Ciel de Villeurbanne constituent un terrain d’analyse passionnant à l’intersection de l’architecture et de la sociologie du genre. Inauguré en 1934,  le quartier est un produit de l’hygiénisme social et promet alors de changer la vie des ouvrier.es de Villeurbanne grâce à ses innovations sanitaires et architecturales comme le chauffage urbain,  les vide-ordures, et les terrasses en gradin de ses logements en hauteur qui garantissent ensoleillement et ventilation. Bordant l’avenue Henri Barbusse, les immeubles continuent aujourd’hui d’abriter près de 1500 locataires. Cette recherche est l’occasion de porter un nouveau regard sur ce quartier en se demandant comment vit-on aux Gratte-Ciel selon que l’on est un homme ou une femme ?

Continuer la lecture de « Le quartier des Gratte-Ciel au prisme du genre »

JdR 4 – Présentation de Boris de Rogalski Landrot

Doctorant-Cifre en histoire contemporaine à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, rattaché au LAboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes (LARHRA, équipe Pouvoirs, Villes et Sociétés), membre du laboratoire junior Sciences Sociales de l’Urbain, et en résidence au Rize. Je travaille sous la direction de Monsieur Jean-Luc Pinol (Professeur des Universités à l’ENS de Lyon), sur La fabrique matérielle et symbolique de la ville : le cas de Villeurbanne de 1900 à l’après Seconde Guerre mondiale.

Dans le cadre de ma thèse-Cifre, j’ai participé à deux expositions présentées au Rize “Villeurbanne, la laborieuse ?” et celle sur “Le Palais du Travail” et qui ont fait l’objet de la publication de catalogues d’exposition.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search