Les projets de reconversion architecturale à Villeurbanne: un développement urbain durable qui valorise le passé industriel est-il possible ? Le cas du projet Grandclément-gare.

L’urbanisme et l’architecture d’une ville sont le reflet de son histoire. Dans le cas de Villeurbanne, les traces matérielles laissées par l’industrialisation du début du XXe siècle sont néanmoins très diffuses. Les projets de renouvellement urbain, en mettant constamment en œuvre la méthode de la tabula rasa, ont effacé une grande partie du passé industriel qui a été fondamental pour le développement de la ville. Cependant, l’identité ouvrière est toujours présente dans les discours des acteurs politiques villeurbannais, même si les lieux auxquels ces mémoires sont associées disparaissent progressivement et de manière très rapide. Conserver le bâti industriel désaffecté constitue un obstacle pour les objectifs de densification et de transformations urbaines d’aujourd’hui, tandis que sauvegarder une mémoire ouvrière dissociée du lieu ne contraint ces objectifs. De plus, la ville se trouve dans un contexte de fort renouvellement de la population communale, dont une grande proportion n’a pas connu le Villeurbanne d’avant la désindustrialisation des années 1960-1970 [1].

Mais qu’adviendra-t-il de cette mémoire sociale ouvrière, qui définit l’identité de la ville, une fois que les lieux seront effacés du territoire? Est-ce que les générations futures connaîtront et se réapproprieront cette mémoire? Est-ce que la mémoire peut vraiment survivre sans être ancrée au lieu qui l’a engendrée? Est-ce que cette démarche mémorielle peut aboutir à un processus de patrimonialisation? Comment pourrait-on avancer vers un avenir durable pour Villeurbanne qui prenne en compte les nécessités de la population sans oublier son passé, ses origines, son histoire? Les projets de reconversion et de recyclage architectural sont une manière de valoriser le passé industriel et ouvrier en même temps que de réfléchir sur la ville de demain. Pour cette raison, les questions de mémoire et d’aménagement urbain doivent être réfléchies ensemble; les politiques du patrimoine ne peuvent plus être comprises sans tenir compte des politiques urbaines publiques [2].

Cette recherche se divise en deux parties. Premièrement, une étude des reconversions architecturales réalisées jusqu’à présent sera effectuée. Cette étude comparative poursuit deux grands objectifs: réaliser un état des lieux des changements d’usages des bâtiments d’époque industrielle les plus importants et les analyser dans une perspective patrimoniale et sociale. Afin de réaliser cette partie, je vais principalement m’appuyer sur les Archives municipales de Villeurbanne et les principaux ouvrages concernant la ville. La deuxième partie s’inscrit dans le cadre d’une recherche action dont le terrain est le quartier à caractère fortement industriel de Grandclément, qui est actuellement l’objet d’un grand projet urbain de réaménagement. Un Plan Guide du projet a déjà été réalisé par un cabinet d’experts et le nouveau PLU-H au niveau de la ville sera également approuvé en 2018. Ces deux documents institutionnels “dessinent” l’avenir du quartier, mais qu’est-ce que les habitants souhaitent? Quels sont leurs besoins? Quelle est leur position à l’égard du bâti existant? Pour ce faire, je vais consulter la presse locale et je vais aussi étudier les législations urbanistiques et le Plan Guide du nouveau projet. Il me faudra évidemment me rendre sur le terrain pour échanger avec les différents acteurs impliqués (une attention très spéciale sera portée à la population villeurbannaise, protagoniste de cette deuxième partie).

Marta Robles, Master Dyclam (dynamiques des paysages culturels et gestion du patrimoine), Université Jean Monnet, Saint-Étienne

[1] V. Veschambre (2014), « Production et effacement des lieux de mémoires dans une commune-centre anciennement industrielle : le cas de Villeurbanne (France) », Journal of Urban Research, Special issue 5

[2] “Heritage policies can no longer been understood without taking into account cities’ public policies”.

De l’exil politique à l’engagement associatif local : le cas de l’AFAL à Villeurbanne (1979-2015)

       Comment, à partir d’une situation de déracinement, d’exil, en vient-on à s’implanter durablement dans un lieu nouveau, et à s’engager dans la vie civique et associative de l’espace dans lequel on arrive ? L’étude de l’AFAL (Association France-Amérique latine) fondée en 1979 à Villeurbanne, peut constituer une entrée pour apporter des éléments de réponse à cette question. Cette association, créée par des exilés des dictatures latino-américaines (notamment chilienne), s’applique depuis les années 1980 à transmettre à Villeurbanne, et dans l’agglomération lyonnaise plus largement, une vision alternative de l’Amérique latine, à distance des images stéréotypées qui peuvent circuler en général en France. L’AFAL s’applique également à transmettre la mémoire des dictatures sanglantes mises en place avec l’aide des Etats-Unis à partir de la fin des années 1960 dans presque tous les pays du Cône Sud et de l’Amérique centrale ; dictatures qui ont conduit à la mort de milliers de personnes, ou à l’exil de milliers d’autres, dont une partie est venue se réfugier en Europe, et notamment en France. On le voit bien : l’engagement de cette association est lié au passé de ses membres, qui ont connu le déracinement et veulent témoigner, par le biais de l’association, de ce qu’a représenté, pour eux, la mise en place des dictatures en Amérique latine.

      Ce sujet lie donc des problématiques d’histoire et de mémoire, et interroge : quelles sont les conditions qui conduisent des « déracinés », des exilés, à se réimplanter dans un lieu nouveau, et à s’y engager? Dans quelle mesure cet engagement est-il une réponse, un moyen de faire face au traumatisme de l’exil et du déracinement ?

     Pour répondre à ces questions, il convient de porter un regard sur les différents faits qui ont conduit à l’installation de l’association à Villeurbanne : contexte dans les pays d’origine, mais également contextes français et villeurbannais, qui ont pu présenter un terreau favorable à l’engagement citoyen de ces populations déracinées. Mais plus encore que l’installation, c’est l’enracinement de cette association dans l’espace de Villeurbanne qu’il est intéressant d’observer. Par l’étude du fonds d’archives de l’association récemment déposé au Rize, complétée par des témoignages oraux de ses membres, on cherchera à replacer l’AFAL dans le réseau associatif et militant de la commune. On tentera également de voir en quoi les actions de l’association reflètent un engagement citoyen qui vise à la dénonciation des conditions de répression des dictatures. Cela permettra de voir si les latino-américains de l’AFAL ont réussi, par le biais de l’association, à renouer un lien avec leur région d’origine, quand bien même les autorités de ces pays s’étaient appliquées à les éloigner de la scène politique et sociale du continent. Ainsi, étudier les actions menées par l’AFAL – et la vision qu’elle présente de l’Amérique latine – apparaît être une manière de rendre compte de ce qu’est l’exil, et de ce qui permet de supporter cette épreuve et de s’y adapter. Par la fondation même de l’AFAL, les exilés ont pu continuer à revendiquer leur culture et leur origine, tout en les inscrivant dans un cadre nouveau, celui de Villeurbanne. L’association sert donc de liant à deux mondes, celui de l’origine, et celui de l’arrivée.

     Ainsi, par l’étude approfondie de l’AFAL, de ses origines, de ses membres, de ses actions et de son évolution, on peut rendre compte des modalités de l’exil et des réponses trouvées par des déracinés pour se réimplanter dans un lieu nouveau, pour continuer à être latino-américain en France.

Adrien Miachon, Master 1 en histoire, mention Construction des sociétés contemporaines, Lyon 3

Journée d’études : Comment localiser la mémoire ?

La semaine prochaine, vendredi 06 mars, se tiendra au Rize une journée d’études autour de la mémoire intitulée :

“Mémoire(s) à Villeurbanne, mémoire(s) de Villeurbanne.

Comment localiser la mémoire ?
Territoire, terrains et échelles d’observation”

En partant principalement de réflexions menées sur le territoire villeurbannais, cette journée, faisant intervenir chercheurs et acteurs institutionnels, vise à interroger la notion de mémoire et les différentes approches et pratiques adoptées pour tenter de la saisir.

Parmi les intervenants, figurent un doctorant actuellement en résidence au Rize dans le cadre de sa thèse en sociologie, Benjamin Tremblay (Centre Max Weber) ainsi que Boris de Rogalski Landrot, docteur en histoire, qui avait conduit sa thèse au Rize (Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes, Larhra), revenant alors à cette occasion sur ses travaux.

Le programme

Journée d'étude au Rize

Immigrations en Rhône-Alpes : biennale TRACES 2014 (du 4 au 29 novembre)

En ce début novembre, s’ouvre en Rhône-Alpes la biennale TRACES mettant à l’honneur les migrations qui ont contribué à faire l’histoire de la région. Le “réseau-forum” TRACES, créé en 2000 et constitué d’acteurs divers (associations, institutions publiques, chercheurs) dont le Rize fait partie, cherche ainsi à ré-impulser une dynamique à une échelle régionale autour des questions de mémoires de l’immigration. Pour cette édition 2014, l’attention est tournée en particulier vers la thématique de l’accueil, celui des immigrés en région (italiens, berbères, vietnamiens, rwandais…) au cours du 20ème siècle et jusqu’à aujourd’hui.

Ainsi, un certain nombre d’évènements sont organisés, notamment à Villeurbanne et à Lyon (expositions, projections, conférences, débats, balades urbaines, théâtre) avec comme objectif, ambitieux et louable, de “contribuer ensemble à changer les regards et les représentations, en escomptant un effet concret sur les rapports sociaux.”

Le programme PDF des manifestations, du 04 au 29 novembre 2014

affiche TRACES 2014

 

La mémoire et son collectif

          Qu’est-ce que la « mémoire collective » ? D’ordinaire, la question ne se pose pas. On l’imagine comme une sorte de réservoir de souvenirs partagés, comme une boite à passé renfermant des traditions, des personnages, des objets, des symboles qui se transmettraient « de génération en génération », « au fil du temps ». Elle se distinguerait de l’histoire, parait-il, de par son caractère « capricieux », « volatile » : elle serait sujette à tous les « abus », à toutes les « manipulations ». De là les dénonciations des supposés « mésusages du passé ». De là les soulèvements des historiens face à un supposé « devoir de mémoire » : la mémoire, nous disent-ils, est trop alambiquée et passionnée pour ne pas être suspecte. De là, encore, cette poésie ordinaire qui nous décrit une société et son « inconscient », ses « refoulements », ses « oublis », son « surmoi ».  Tout se passe donc comme si la mémoire collective était un fait, avec son existence objective, ses lois, son caractère, ses principes, son histoire ; comme si on pouvait en faire un portrait psychologique. Pour l’essentiel, les analyses de « la mémoire collective » sont donc des propositions cliniques qui visent en dernier lieu à suggérer des thérapies débouchant sur une hypothétique « juste mémoire ». On voit à quel point la science tend, sur cette thématique, à se confondre avec la politique.

          Pourtant, il suffit d’observer le monde social pour s’apercevoir que nous ne voyons nulle part cette « mémoire collective » très essentialisée. Nous ne voyons nulle part de « souvenirs » qui se « transmettent » magiquement, nous ne voyons pas le « fil du temps » faire son affaire, nous ne voyons pas d’idéologues « reconstruire le passé » pour servir leurs desseins. Et si nous ne voyons rien, c’est tout simplement parce qu’il s’agit là de concepts si englobants qu’ils ne nous disent rien sur le monde tel que nous le vivons. Ce que nous voyons, nous, ce sont des gens qui montrent du doigt des lieux à d’autres ; ce sont des dates qui sont écrites dans des livres et des frises chronologiques ; ce sont des habitants qui inscrivent des mots sur du papier, qui prennent des photographies ; ce sont, des gens qui bricolent avec des éléments très concrets (images, objets, livres, ordinateurs…) et tissent des récits, produisent des événements. Alors, qu’est-ce, en fait, que « la mémoire » ? qu’un « souvenir » ? qu’une « transmission » ? qu’un « passé » ? Dans le cadre de mon travail de thèse en sociologie, je cherche à « ramener sur terre » la compréhension de « la mémoire collective ». Comment se fabrique-t-elle ? Qui décide de son « contenu » ? Comment ? Comment un objet quelconque devient-il « important » au titre de « notre » mémoire ? Et d’où vient ce possessif, ce « nous », de « notre » ville, de « notre » passé ? Comment devenons- nous des êtres « historiques » ? Et puis, comment fait-on pour « transmettre » de la mémoire ? Avec quels gestes, quels mots, quelles mises en scènes ? Et que retient, au juste, celui ou celle à qui on transmet ? Une vérité historique ? Une impression ? Une émotion ? Rien du tout ? Et, le cas échéant, comment employer l’épithète « collectif » ?

          D’une façon générale, l’enjeu de ma thèse est de montrer, avec un niveau de détail maximal, que la mémoire collective est avant tout un horizon : elle n’existe jamais tout à fait de façon certaine, assurée, comme « fait social ». Au contraire, il faut toujours la (re)faire : il faut y travailler. C’est ainsi qu’à Villeurbanne un certain nombre de personnes, d’associations, d’institutions, mobilisent une énergie considérable en vue de faire mémoire : cette mobilisation trahit, par son existence même, le fait qu’à aucun moment donné la « mémoire » ne se reproduit par elle-même. Il faut donc faire des films, des œuvres artistiques, des débats, des livres. Ériger des stèles, des plaques, des monuments. Écrire des discours, faire des visites guidées, raconter des histoires. Se battre, militer, argumenter, juger, évaluer, trier. C’est ici, au cœur des pratiques, qu’est la « mémoire collective » : elle n’est pas dans le ciel des idées, elle n’est pas cette sorte de nuage étrange qui flotterait dans « la société », lui infligeant des « résurgences » improbables et des « oublis » orageux. C’est donc en allant au plus près des pratiques des acteurs de la mémoire que l’on peut espérer comprendre enfin les choses. Cette démarche suppose, enfin, un renoncement à cette ambition évaluatrice (morale) qui, toujours, dénonce le « mensonge » et les « misères » de la mémoire : si l’on tient à avoir une approche scientifique, il faut admettre que la question de la juste mémoire n’a pas à être résolue a priori par le chercheur, mais doit être appréhendée, au contraire, dans une approche pragmatiste, selon laquelle la quête du juste est, précisément, ce qui motive les acteurs de la mémoire à faire ce qu’ils font, de la manière dont ils le font.

 Benjamin Tremblay, doctorant en Sociologie, Centre Max Weber, Lyon 2

“Tout un homme”, Jean-Paul Wenzel

A partir de témoignages recueillis lors d’entretiens conduits avec des émigrants algériens et marocains ayant travaillé comme mineurs en Lorraine, a été montée une pièce de théâtre : Tout un homme raconte l’immigration maghrébine en France dans les années 1960 et 1970 par la mise en scène de parcours de vie.

« Ahmed, une épopée algérienne » suivi de « Saïd, un rêve marocain », la pièce se déroule en deux temps et aborde différents sujets : le travail en pays d’immigration et la dureté des mines, la vie de famille ici et là-bas, les amitiés nouées, l’éducation des enfants, ou encore le temps de la retraite.

Tantôt drôle, souvent émouvante, la pièce restitue avec énergie et en musiques des bribes d’histoires avec ce qu’elles comportent d’espoirs et de déceptions, mais plus rarement la résignation : « Voilà ma vie, comme l’oiseau. Six mois ici, six mois là-bas. Si elle était à refaire, je partirais sans doute plus loin… dans un pays où l’on parle français… Le Canada peut-être… oui, le Canada… je ne sais pas. »

Ce « récit-fiction » a d’abord fait l’objet d’un livre Tout un homme de Jean-Paul Wenzel, Editions Autrement Littératures, 2011.

Après des représentations au TNP de Villeurbanne, la pièce continue sa tournée en France jusque fin mai 2014 : Tout un homme, Dorénavant Cie.

Les sources orales en histoire par Manon Assénat

En histoire, on appelle “sources orales” les matériaux recueillis par enregistrement lors d’entretiens avec des témoins. Longtemps boudées par les sciences sociales du fait de leurs caractère provoqué et du poids de la tradition écrite, elles sont aujourd’hui considérées comme des sources à part entière et sont largement utilisées par les historien-ne-s.

Continuer la lecture de « Les sources orales en histoire par Manon Assénat »