Séminaire “approches contemporaines de la mémoire” : cycle1#5

Transmission familiale des mémoires

Mardi 7 juin : 14h00 – 17h00, au Rize, 23 rue Valentin Hauy à Villeurbanne
(Grand atelier, 1er étage)

à l’occasion de cette séance nous aurons le plaisir d’accueillir

Alexandra OESER (ISP) et Solène BILLAUD (PACTE)

Co-autrices de l’ouvrage Histoires de famille. Les récits du passé dans la parenté contemporaine, 2015, Paris, Ulm, Alexandra Oeser et Solène Billaud aborderont la manière de construire la mémoire familiale/individuelle en objet sociologique. La séance sera l’occasion d’interroger la pertinence et les manières d’étudier sa production et sa transmission intergénérationnelle tant sur le plan de la méthodologie que sur celui de l’administration de la preuve.

La séance se tiendra en format hybride, en ligne et en présentiel, dans les locaux du Rize, le Centre Mémoires, Cultures, Échanges de la ville de Villeurbanne.

Séminaire “Approches contemporaines de la mémoire”: cycle 1 #4

Espaces et mémoires : la douleur à l’épreuve de l’oubli

Quatrième séance du séminaire “Approches contemporaines de la mémoire”, en présence de Dominique Chevalier, maîtresse de conférences HDR en géographie à l’Université Claude Bernard Lyon 1, chercheure à EVS et Anne Hertzog, maîtresse de conférences en géographie à l’Université de Cergy-Pontoise, chercheuse au laboratoire MRTE. Cette séance est discutée par Vincent Veschambre, directeur du Rize, chercheur à EVS.
 

Séminaire “Approches contemporaines de la mémoire”: cycle 1 #3

« Mémoires (de lutte) de classes : de l’héritage à la patrimonialisation »

Troisième séance du séminaire “Approches contemporaines de la mémoire”, en présence de Michelle Zancarini-Fournel, professeure émérite d’histoire contemporaine (histoire des femmes et du genre), chercheuse au LARHRA et de Thomas Zanetti, maître de conférences en géographie urbaine à l’Université Lyon 3, chercheur à EVS. Séance discutée par Morane Chavanon, post-doctorante EHESS au Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

 

Habiter les lieux-refuges : parcours résidentiels de femmes exilées à Villeurbanne

Camille Lassègue

Cette thèse abordera les « lieux-refuges » en tant qu’espaces d’habiter, de revendication et de construction d’une place dans la ville. Je désigne ici les logements, formels et informels, occupés notamment par des personnes en situation d’exil, notamment des squats et des centres d’hébergement. 

Cette approche permet d’envisager ces espaces et leurs habitant.es dans leur pratiques de transformation de la ville, collective et plurielle, à travers des pratiques d’habiter, de construction de réseaux urbains ou encore des mouvements de contestation. Il s’agira, à travers l’analyse des parcours, de comprendre les changements au sein des politiques sociales notamment d’accès à l’hébergement et au logement, tout en évoquant les stratégies et les luttes des personnes concernées pour faire avec ou faire face.

Malgré le caractère éphémère de ces lieux, ces pratiques laissent des traces mémorielles, qui peuvent inscrire ses habitant.es dans une mémoire de la ville et contribuer à légitimer leur présence. Basée sur une approche mélangeant différents médiums (photographie, vidéo, entretiens et observation filmante, traitement d’archives), cette thèse répond à plusieurs objectifs : comprendre et documenter les transformations actuelles de la mobilité et de l’espace urbain, s’inscrire dans une démarche engagée en donnant la parole aux populations invisibilisées et en produisant des images et des traces au plus proche du vécu, envisager l’anthropologie dans ses possibilités de transformation et de co-construction des savoirs et de mémoire.

Le terrain de recherche visera la ville de Villeurbanne, tout en s’étendant à la métropole lyonnaise.

Camille Lassègue, doctorante en anthropologie, Laboratoire d’anthropologie des enjeux contemporains à Lyon.

 

Séminaire “Approches contemporaines de la mémoire”: cycle 1 #2

L’enfance des adultes : primes socialisations et mémoires sociales

Frédérique Giraud (CERLIS) et Margot Delon (CENS) présentent leurs travaux de recherche lors de la deuxième séance du séminaire “Approches contemporaines de la mémoire”. Cette séance est discutée par Thibault Ducloux (CMH). 

Séminaire “Approches contemporaines de la mémoire”: cycle 1 #1

Séance inaugurale

Vous pouvez réécouter en podcast la première séance du séminaire “ACM” lors de laquelle nous avons eu le plaisir d’entendre Vincent Veschambre, directeur du Rize et membre du laboratoire EVS ainsi que Marie-Claire Lavabre, directrice de recherche au CNRS et spécialiste des questions mémorielles.

Séminaire “Approches contemporaines de la mémoire”: cycle1 #programme

Mémoires sociales : empreintes, formes et dimensions

Janvier – mai 2021 , Le Rize, Villeurbanne

Sur le front de l’actualité de la recherche, de ses avancées, de ses achoppements et de ses débats aussi bien en histoire qu’en géographie sociale, en sciences politiques et en sociologie, ce séminaire ambitionne d’éprouver la notion de « mémoire » en la réinscrivant dans une approche généraliste, interdisciplinaire et empirique. Ne disposant pas du pouvoir de contrainte intellectuelle d’un concept, la polysémique notion de mémoire s’avère transversale à bon nombre de terrains, d’échantillons voire d’objets de recherche. L’enjeu n’est donc pas seulement de réinscrire les faits dits « mémoriels » dans leurs contextes sociaux mais d’explorer les modalités de leur interdépendance. Au-delà de la diversité des terrains et des « contenus » spécifiques de mémoires, le séminaire sera l’occasion privilégiée d’aborder les questions générales de la construction sociale des mémoires à travers la socialisation – notamment familiale, professionnelle et politique –, des mécanismes centraux de l’oubli et de la réminiscence, de la mémoire mobilisée comme ressource sociale, et aussi de l’institutionnalisation et de la matérialisation en des lieux de certaines mémoires et pas d’autres (la dialectique mémoires individuelles et mémoires collectives traversera donc l’ensemble de ces questionnements). De quoi la mise en mémoire constitue-t-elle le signe ? De quoi ses recompositions témoignent-elles ? En somme, la préoccupation générale du séminaire est de construire la mémoire comme un indicateur scientifique à même de rendre compte de processus sociaux qui ne s’y limitent en aucun cas.

Programme

À l’amphithéâtre du Rize, de 14h à 17h – ou en visioconférence 

22/01 – Séance d’ouverture : Présentation du séminaire et des enjeux scientifiques de l’objet mémoriel
16/02 – L’enfance des adultes : primes socialisations et mémoires sociales
16/03 – Mémoires de (lutte de) classes : de l’héritage à la patrimonialisation
13/04 – Espaces et mémoires : la douleur à l’épreuve de l’oubli 
18/05 – Dominations, discriminations et mémoires silencieuses 

Modalités de participation

 Entrée libre, réservation conseillée auprès du Rize ou des organisateurs·rices du séminaire.

Les doctorant·e·s auront la possibilité de rédiger (seul·e ou à plusieurs) le compte rendu détaillé d’une séance, lequel sera soumis à une relecture puis publié sur le carnet hypothèse du Rize. C’est à ce titre qu’ils et elles pourront faire valider cette formation par l’école doctorale 483.

Organisation

Responsable scientifique du séminaire

Vincent Veschambre (EVS, Rize)

Comité d’animation

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search