(En)jeux des relations chercheur/terrain: ce qu’implique l’enquête ethnographique

Quand la méthode donne naissance à une discipline

On assiste en 1922 à une cassure dans les sciences sociales du point de vue de la méthodologie. Si la philosophie est la matière reine jusqu’à la fin du 19ème, début du 20ème, Bronislaw Malinowski révolutionne les sciences sociales. Issu d’une formation de philosophe, il se retrouve dans un concours de circonstance à élaborer une méthode d’enquête tout à fait révolutionnaire. Alors qu’il séjourne en Australie en 1914 avec l’Université dans le cadre d’une étude, la Première guerre mondiale éclate. En tant que ressortissant de l’empire austro-hongrois – ennemi de l’Australie –  l’État australien l’envoie sur l’archipel des Trobiand pour une mission d’évangélisation. B. Malinowski enclenche un travail de terrain de longue haleine, jusqu’en 1918 il retournera trois fois sur ces îles. Il approche alors les tribus indigènes réputées pour être cannibales, apprend leur langue, vit avec eux. En 1922, il publie un ouvrage phare : Les Argonautes du Pacifique occidental[1]. La toute première étude anthropologique et non philosophique, se basant quasi exclusivement sur des observations ethnographiques est née. On assiste alors à une nette distinction entre la philosophie, science humaine non empirique d’un côté et le reste des sciences sociales de l’autre. Néanmoins, une autre distinction se fait jour. Si l’ethnographie est placée au centre de la palette des méthodes de l’anthropologie, la sociologie prend pour emblème méthodologique l’enquête statistique, notamment par questionnaires. Au fil des années, la méthode sociologique évolue. Au niveau des cloisonnements disciplinaires (sociologie, anthropologie, ethnologie etc.), on observe aujourd’hui une porosité croissante des méthodes d’enquête et d’analyse.

Si lors de la réunion-séminaire au Rize nous avions évoqué rapidement les héritages des pères fondateurs de la sociologie et les différents courants sociologiques, nous ferons ici l’économie de cette présentation afin de revenir davantage sur nos terrains d’enquête respectifs. Nos deux travaux sont conduits par enquête ethnographique. Dans un article célèbre, Olivier Schwartz[2] note que « la qualité ethnographique peut s’appliquer à tout type d’enquête qui repose sur une insertion personnelle et de longue durée du sociologue dans le groupe qu’il étudie ». Il ajoute que « cette insertion peut d’abord permettre d’observer directement les conduites des individus dans des circonstances variées et d’avoir accès à des fragments de vie quotidienne » […] « la réussite de l’enquête accroît aussi les chances, pour l’enquêteur, d’assister à des “évènements” ». Ce texte propose de présenter certains usages et mésusages de l’outil ethnographique.

Continuer la lecture de « (En)jeux des relations chercheur/terrain: ce qu’implique l’enquête ethnographique »

Des usages de l’entretien

« L’entretien » est fréquemment cité et sollicité dans les murs du Rize, au sein du pôle Recherche, que ce soit dans les travaux des étudiants conduits en sociologie, en anthropologie ou également en histoire, puis au-delà du pôle via les collectes de « témoignages » évoqués parfois sous la forme de « mémoire orale ». S’il se présente ainsi comme un outil saisi par plusieurs acteurs, il constitue en sciences sociales une méthode à part entière qui recouvre par ailleurs différentes façons de le conduire. Aux diverses manières de faire, plus ou moins directives, sont rattachées des manières de l’envisager. Le recours à cette méthode amène à se poser un certain nombre de questions. Au service de quelle(s) intention(s) la démarche d’entretien est-elle mise ? Qu’espère-ton recueillir ou atteindre à travers son matériau ? Dans quelle mesure ses défauts réduisent-ils la consistance de ce que l’on peut en extraire ?

Conduire des entretiens avec ses « enquêtés » implique d’avoir un questionnement de recherche et avec lui certaines hypothèses en tête qui vont s’affirmer ou s’affaiblir au fil de l’enquête. Globalement, l’entretien en sociologie apparaît comme un recueil, celui d’expériences, de points de vue, d’histoires, qui s’effectue auprès d’un certain nombre d’individus en vue de saisir au sein du monde social des modes d’être, de faire, dans leur récurrence.

La “méthode biographique”

« La méthode biographique permet de lier narrativité, réflexivité et action et, donc, d’accéder au monde vécu ».[1]

Continuer la lecture de « Des usages de l’entretien »

L’impact du choix lexical sur les perceptions des enquêtés en entretien

S’intéresser à la question de l’invisibilité des ouvriers aujourd’hui à Villeurbanne suppose nécessairement de s’interroger sur la transformation de leur désignation en tant que groupe, homogène ou non. L’exposition au Rize de février à septembre 2015, « Et ils sont où les ouvriers ? » proposait ainsi de questionner certaines évolutions, y compris sémantiques : « le mot ouvrier est-il tabou ? ». Abandonner un terme du vocabulaire politique et médiatique, n’influence-t-il pas sa disparition symbolique d’abord et réelle ensuite ? En sciences sociales, de nombreux travaux ont démontré les effets performatifs du langage sur la réalité sociale et symbolique. De quelle manière les évolutions linguistiques procèdent-elles d’une transformation idéologique ?

Aujourd’hui en France, dans le discours, « l’ouvrier spécialisé » est devenu un « opérateur » ou un « agent de production », la « chaîne de montage » – supposant ainsi au travail, un lien de subordination – s’est transformée en « ligne »[1]. L’importation de termes anglais dans le monde du travail, comme « job » à la place de « travail », contribue à adoucir, en apparence, les relations de travail. Ces dernières semblent dès lors désormais davantage considérées comme des relations d’affinité de sorte qu’en cas de difficultés au travail, l’approche psychologique semble de plus en plus privilégiée, plaçant ainsi le travailleur dans une position de victime[2]. Ce type d’approche entérine la rupture avec des moyens d’actions plus collectifs, susceptibles de remettre en cause l’organisation du travail.

Par ailleurs, les médias accélèrent également ce processus de « dé-collectivisation » du travail. La grève s’est transformée en mouvement social, le rôle des syndicats se résume à l’action du dialogue social, enfin, la souffrance au travail est devenue un « risque psychosocial ». Nous pouvons également citer l’exemple du MEDEF (mouvement des entreprises de France) qui a remplacé le CNPF (le Conseil National du Patronat Français). Or, le terme « entreprise » en droit englobe autant les actionnaires, la direction que les travailleurs. Ce flou linguistique n’incite-t-il pas à brouiller les rapports de domination au sein de la sphère du travail ?

Continuer la lecture de « L’impact du choix lexical sur les perceptions des enquêtés en entretien »

Transmettre ses recherches à un public non-spécialiste : intérêts et enjeux

En accueillant des jeunes chercheurs de sciences humaines en « résidence » au sein de son équipe, le Rize encourage les relations entre le secteur académique et le secteur culturel et favorise les échanges entre la recherche et le grand public. Les chercheurs sont incités à valoriser leurs travaux lors de conférences, à l’occasion des expositions et temps forts de la programmation culturelle ou par l’intermédiaire du site internet Rize + et du présent blog. Cette opportunité de transmettre ses recherches en dehors du cadre universitaire est assez rare, en particulier au niveau des études de master. Elle constitue une source de motivation particulière dans les travaux de recherche et permet, en début de parcours, de s’interroger sur le sens que l’on veut donner et que d’autres donnent à nos recherches.

Continuer la lecture de « Transmettre ses recherches à un public non-spécialiste : intérêts et enjeux »

Réflexions méthodologiques sur les sources orales en histoire

L’utilisation de sources orales en histoire est souvent à l’origine de nombreux questionnements d’ordre méthodologique pour les étudiant-e-s : comment cette source « parlée » doit-elle être analysée ? Comment gérer son implication en tant que chercheur·euse dans la construction de la source ? En réalité, il me semble que, dans une certaine mesure, la méthodologie des sources orales rend visible et évidente la manière dont toute source, quelle que soit sa nature, est construite. Elle met en avant la place et le rôle du chercheur·euse dans la compréhension des sources qu’il/elle utilise. En bref, la réflexion autour des sources orales rappelle de manière plus générale qu’une source n’est jamais neutre, et l’historien-ne-e jamais objectif·ve.

Continuer la lecture de « Réflexions méthodologiques sur les sources orales en histoire »

L’enquête dans des espaces militants

Le « positionnement » du chercheur dans l’enquête de terrain est un thème central et récurrent des cours de méthode en sciences sociales. Il fait l’objet d’articles, de publications, de stages de terrain, de recommandations… Malgré cela, les débats et les points de vue divergents  persistent, y compris chez les enquêteurs expérimentés : distanciation ou immersion ? Participation ou neutralité ? Jouer « cartes sur table » ou dissimuler ses intentions afin d’obtenir des données plus « authentiques » ?

Continuer la lecture de « L’enquête dans des espaces militants »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search