Rencontre intercommunautaire à Villeurbanne: La communication intercommunautaire entre la communauté asiatique et les immigrés non-asiatiques à Villeurbanne

Jinwoo SHIN


Jusqu’aux années 1970, les mouvements ouvriers étaient puissants à Villeurbanne. Ouvriers locaux et immigrés de Villeurbanne ont connu les mouvements collectifs, indépendamment des origines culturelles. Les formes de solidarité unissaient de nombreux villeurbannais autour d’enjeux et d’objectifs communs, liés à la présence de l’industrie dans la ville. Les
communautés migrantes semblent aujourd’hui plus morcelées et moins connectées, du fait de l’évolution des formes de travail (petits commerces, emplois précaires et services) et les grandes structures d’action collective (syndicale) sont devenues moins puissantes. On peut donc se demander quelles communications intercommunautaires persistent, sous quelle forme et dans quels espaces.

Nous faisons l’hypothèse que les formes d’interaction entre groupes au sein de la société villeurbannaise sont pour partie dépendantes de l’action des institutions locales et du cadre urbain. Cette étude est donc aussi l’occasion d’étudier à l’échelle d’une ville la gestion de la diversité.

Continuer la lecture de « Rencontre intercommunautaire à Villeurbanne: La communication intercommunautaire entre la communauté asiatique et les immigrés non-asiatiques à Villeurbanne »

De l’exil à l’engagement associatif local : le cas de l’Association France-Amérique latine (AFAL) et de son implantation à Villeurbanne (1979-2015)

Adrien Miachon

Mon projet de recherche s’inscrit dans une démarche croisant des logiques d’histoire et de mémoire. Il est centré sur l’histoire de l’immigration latino-américaine à Villeurbanne, à travers le prisme d’une association engagée, l’association France-Amérique latine (AFAL).

Continuer la lecture de « De l’exil à l’engagement associatif local : le cas de l’Association France-Amérique latine (AFAL) et de son implantation à Villeurbanne (1979-2015) »

En quête d’informations. Le programme de rétablissement des liens familiaux de la Croix-Rouge

Charlie Duperron

De la Méditerranée, en passant par la mer Égée, aux côtes Atlantique ou encore aux bordures terrestres de l’Europe, les situations ne manquent pas aujourd’hui pour témoigner les épreuves auxquelles les migrants sont confrontés pour traverser des espaces qui s’érigent comme autant d’obstacles à franchir. Les politiques sécuritaires et le renforcement des contrôles aux frontières s’avèrent inefficaces pour éviter les circulations et dissuader les traversées, permettant de constater à quel point ces déplacements sont devenus des épreuves de survie et parfois, associés à des drames. Dans ce contexte où le déplacement est synonyme de risques, de danger et de séparation, se mettent en place quelques dispositifs d’aide à la recherche des personnes désignées comme disparues. Je me propose d’étudier plus particulièrement le programme de Rétablissement des Liens Familiaux (RLF) au sein de la Croix-Rouge1 et notamment le travail d’accompagnement et de suivi des personnes en recherche d’informations de leur(s) proche(s).

Continuer la lecture de « En quête d’informations. Le programme de rétablissement des liens familiaux de la Croix-Rouge »

De l’exil politique à l’engagement associatif local : le cas de l’AFAL à Villeurbanne (1979-2015)

Adrien Miachon

Comment, à partir d’une situation de déracinement, d’exil, en vient-on à s’implanter durablement dans un lieu nouveau, et à s’engager dans la vie civique et associative de l’espace dans lequel on arrive ? L’étude de l’AFAL (Association France-Amérique latine) fondée en 1979 à Villeurbanne, peut constituer une entrée pour apporter des éléments de réponse à cette question. Cette association, créée par des exilés des dictatures latino-américaines (notamment chilienne), s’applique depuis les années 1980 à transmettre à Villeurbanne, et dans l’agglomération lyonnaise plus largement, une vision alternative de l’Amérique latine, à distance des images stéréotypées qui peuvent circuler en général en France. L’AFAL s’applique également à transmettre la mémoire des dictatures sanglantes mises en place avec l’aide des Etats-Unis à partir de la fin des années 1960 dans presque tous les pays du Cône Sud et de l’Amérique centrale ; dictatures qui ont conduit à la mort de milliers de personnes, ou à l’exil de milliers d’autres, dont une partie est venue se réfugier en Europe, et notamment en France. On le voit bien : l’engagement de cette association est lié au passé de ses membres, qui ont connu le déracinement et veulent témoigner, par le biais de l’association, de ce qu’a représenté, pour eux, la mise en place des dictatures en Amérique latine.

Ce sujet lie donc des problématiques d’histoire et de mémoire, et interroge : quelles sont les conditions qui conduisent des « déracinés », des exilés, à se réimplanter dans un lieu nouveau, et à s’y engager? Dans quelle mesure cet engagement est-il une réponse, un moyen de faire face au traumatisme de l’exil et du déracinement ?

Continuer la lecture de « De l’exil politique à l’engagement associatif local : le cas de l’AFAL à Villeurbanne (1979-2015) »

Trajectoires professionnelles et migratoires. Le personnel de l’usine J-B. Martin à Villeurbanne dans la première moitié du XXe siècle

Manon Duret

Croisant histoire de l’immigration et histoire du travail, cette recherche vise à étudier la diversité des parcours migratoires de travailleurs et, en miroir, la diversité des parcours professionnels des migrants à partir de l’exemple d’usine. Mon travail porte sur les salariés de J.B Martin, une entreprise textile villeurbannaise, dans la première moitié du XXe siècle. Je m’intéresse à la fois à la composition du personnel de l’usine, son histoire sociale, et à l’histoire des personnes qui y travaillèrent, leur parcours individuel et familial.

Qui travaillait dans cette usine et dans quelles conditions ? Quelle était la place des femmes et des hommes immigrés au sein de l’entreprise ? La place des ouvriers dans l’usine était-elle régie par la nationalité, le genre, la qualification, le parcours ? Est-ce pertinent de séparer travailleurs français et travailleurs immigrés ? Il s’agit également de s’interroger sur la place des travailleurs dans la ville. Quelles logiques sous-tendent l’installation dans un quartier : la proximité du travail, de personnes de même origine ? Les liens entre travail et migration, sont interrogés à l’échelle d’une simple usine.

Continuer la lecture de « Trajectoires professionnelles et migratoires. Le personnel de l’usine J-B. Martin à Villeurbanne dans la première moitié du XXe siècle »

Parcours scolaires et professionnels des enfants du Chaâba (1954-1968)

Maud Chazalet

L’histoire de Villeurbanne est marquée par l’immigration qui empreint la mémoire de ses habitant-e-s.

Le sujet du mémoire s’inscrit dans l’histoire de l’immigration, de la place des enfants issus de celle-ci et des conditions de logement des étranger-ère-s en France.

Il s’agira ici de voir le rôle joué par les familles, les institutions et les influences extérieures sur le parcours de ces enfants qui sont né-e-s ou dont les parents ont vécu au  « bidonville » du Chaâba. L’accent est mis sur la scolarité et en particulier celle de l’école primaire à partir notamment des archives de l’école Léo Lagrange (cahiers d’appel, registres matricules, …) de Villeurbanne. Enfin, la recherche permet la réflexion sur les différences genrées dans la société et leur influence sur les parcours de vie de ces  filles et de ces garçons.

La particularité de ce mémoire est de faire de la micro-histoire (sur une période et une population restreintes) et de s’appuyer en majeure partie sur des sources orales constituées de témoignages recueillis auprès des différent-e-s protagonistes.

Maud Chazalet, Master 2 en Histoire moderne et contemporaine, histoire des femmes et du genre, Université Lumière Lyon 2.

Hommes et femmes dans l’immigration familiale algérienne: Le cas du Chaâba, Villeurbanne, 1954 – 1968

Soraya Bellaha

Le « bidonville » du Chaâba, situé dans le quartier de la Feyssine à Villeurbanne, a accueilli dans les années 1950 et 1960 une vingtaine de familles « algériennes » récemment arrivées en France métropolitaine. Durant cette période en effet, l’immigration nord-africaine vers la France se développe de manière massive, non seulement du fait des besoins de main-d’œuvre en France métropolitaine mais aussi des conditions socio-économiques difficiles des habitants du département français d’Algérie. Bien qu’au début de la période cette immigration se caractérise majoritairement par des flux d’hommes seuls, l’arrivée et l’installation de familles se développent très rapidement et de manière croissante. Ainsi en ce sens, l’étude du Chaâba et de ses habitants permet d’approcher l’histoire de l’immigration des familles algériennes.

Continuer la lecture de « Hommes et femmes dans l’immigration familiale algérienne: Le cas du Chaâba, Villeurbanne, 1954 – 1968 »

Trajectoires professionnelles et migratoires. Les employés de l’usine J-B. Martin à Villeurbanne dans la première moitié du XXe siècle

Manon Duret

L’objectif de mon travail de recherche est d’interroger les liens entre migration et travail à l’échelle microhistorique d’une usine. En croisant histoire de l’immigration et histoire du travail, il s’agit d’étudier la diversité des parcours migratoires de travailleurs et, en miroir, la diversité des parcours professionnels des migrants. Ma recherche porte sur les employés d’une entreprise textile villeurbannaise dans la première moitié du XXe siècle. Il s’agit de reconstituer l’histoire sociale d’une entreprise, l’histoire d’une usine à travers son personnel et l’histoire des personnes à travers l’usine, par des parcours individuels d’employés.

Qui travaillait dans cette usine et dans quelles conditions ? Quelle était la place des femmes et des hommes immigrés au sein de l’entreprise ? Était-elle régie par leur nationalité, leur genre, leur parcours ? Est-ce pertinent de séparer travailleurs français et travailleurs immigrés ? Il s’agit également de s’interroger sur la place des travailleurs dans la ville. Quelles logiques sous-tendent l’installation dans un quartier : la proximité du travail, de personnes de même origine ?

Continuer la lecture de « Trajectoires professionnelles et migratoires. Les employés de l’usine J-B. Martin à Villeurbanne dans la première moitié du XXe siècle »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search