L’immigration portugaise dans l’Est lyonnais, de 1963 à 1974

Louis Verger

Sous la direction de Philippe Rygiel, je travaille sur l’immigration portugaise qui s’est implantée dans l’Est de l’agglomération lyonnaise, entre 1963 et 1974. Par ce mémoire de recherche, j’espère mieux comprendre un phénomène migratoire de grande ampleur et qui n’a paradoxalement été que très peu étudié à des échelles locales.

Plus précisément, ma recherche s’intéresse aux différentes institutions, étatiques ou associatives, qui encadrèrent la population portugaise arrivant massivement dans ces communes dès le milieu des années 1960. Les bornes chronologiques que j’ai choisies renvoient à des critères contextuels. En effet, un bureau de l’Office National de l’Immigration s’installe en 1963 à Lisbonne, ouvrant largement la porte vers la France aux travailleurs portugais, et en 1974, à la suite de la crise économique provoquée par le premier choc pétrolier, les frontières françaises sont fermées pour toutes les populations étrangères cherchant à venir travailler en France.

Continuer la lecture de « L’immigration portugaise dans l’Est lyonnais, de 1963 à 1974 »

Cuisine et Migration : pratiques culinaires et alimentaires de femmes d’origine algérienne à Villeurbanne

Lara Bonsirven

Le territoire villeurbannais est souvent caractérisé par les origines étrangères et multiculturelles de sa population. Parmi ces groupes d’immigrés, les villeurbannais d’origine algérienne sont largement représentés.
En observant et en questionnant les pratiques des habitants d’origine algérienne, je souhaite renouveler le regard sur les parcours de migration en mettant au jour l’articulation des répertoires et des pratiques culinaires qui s’inscrivent dans un cadre urbain, ici à Villeurbanne. Il ne s’agit pas de corréler de manière linéaire un certain degré d’intégration en fonction de l’abandon ou de la résistance des pratiques alimentaires mais plutôt d’éclairer la complexité des processus d’identification et les multiples bricolages mis en œuvre par les migrants dans la construction de leurs pratiques.

Continuer la lecture de « Cuisine et Migration : pratiques culinaires et alimentaires de femmes d’origine algérienne à Villeurbanne »

Trajectoires professionnelles et migratoires. Le personnel de l’usine J-B. Martin à Villeurbanne dans la première moitié du XXe siècle

Manon Duret

Croisant histoire de l’immigration et histoire du travail, cette recherche vise à étudier la diversité des parcours migratoires de travailleurs et, en miroir, la diversité des parcours professionnels des migrants à partir de l’exemple d’usine. Mon travail porte sur les salariés de J.B Martin, une entreprise textile villeurbannaise, dans la première moitié du XXe siècle. Je m’intéresse à la fois à la composition du personnel de l’usine, son histoire sociale, et à l’histoire des personnes qui y travaillèrent, leur parcours individuel et familial.

Qui travaillait dans cette usine et dans quelles conditions ? Quelle était la place des femmes et des hommes immigrés au sein de l’entreprise ? La place des ouvriers dans l’usine était-elle régie par la nationalité, le genre, la qualification, le parcours ? Est-ce pertinent de séparer travailleurs français et travailleurs immigrés ? Il s’agit également de s’interroger sur la place des travailleurs dans la ville. Quelles logiques sous-tendent l’installation dans un quartier : la proximité du travail, de personnes de même origine ? Les liens entre travail et migration, sont interrogés à l’échelle d’une simple usine.

Continuer la lecture de « Trajectoires professionnelles et migratoires. Le personnel de l’usine J-B. Martin à Villeurbanne dans la première moitié du XXe siècle »

“Tout un homme”, Jean-Paul Wenzel

A partir de témoignages recueillis lors d’entretiens conduits avec des émigrants algériens et marocains ayant travaillé comme mineurs en Lorraine, a été montée une pièce de théâtre : Tout un homme raconte l’immigration maghrébine en France dans les années 1960 et 1970 par la mise en scène de parcours de vie.

« Ahmed, une épopée algérienne » suivi de « Saïd, un rêve marocain », la pièce se déroule en deux temps et aborde différents sujets : le travail en pays d’immigration et la dureté des mines, la vie de famille ici et là-bas, les amitiés nouées, l’éducation des enfants, ou encore le temps de la retraite.

Tantôt drôle, souvent émouvante, la pièce restitue avec énergie et en musiques des bribes d’histoires avec ce qu’elles comportent d’espoirs et de déceptions, mais plus rarement la résignation : « Voilà ma vie, comme l’oiseau. Six mois ici, six mois là-bas. Si elle était à refaire, je partirais sans doute plus loin… dans un pays où l’on parle français… Le Canada peut-être… oui, le Canada… je ne sais pas. »

Ce « récit-fiction » a d’abord fait l’objet d’un livre Tout un homme de Jean-Paul Wenzel, Editions Autrement Littératures, 2011.

Après des représentations au TNP de Villeurbanne, la pièce continue sa tournée en France jusque fin mai 2014 : Tout un homme, Dorénavant Cie.

Parcours scolaires et professionnels des enfants du Chaâba (1954-1968)

Maud Chazalet

L’histoire de Villeurbanne est marquée par l’immigration qui empreint la mémoire de ses habitant-e-s.

Le sujet du mémoire s’inscrit dans l’histoire de l’immigration, de la place des enfants issus de celle-ci et des conditions de logement des étranger-ère-s en France.

Il s’agira ici de voir le rôle joué par les familles, les institutions et les influences extérieures sur le parcours de ces enfants qui sont né-e-s ou dont les parents ont vécu au  « bidonville » du Chaâba. L’accent est mis sur la scolarité et en particulier celle de l’école primaire à partir notamment des archives de l’école Léo Lagrange (cahiers d’appel, registres matricules, …) de Villeurbanne. Enfin, la recherche permet la réflexion sur les différences genrées dans la société et leur influence sur les parcours de vie de ces  filles et de ces garçons.

La particularité de ce mémoire est de faire de la micro-histoire (sur une période et une population restreintes) et de s’appuyer en majeure partie sur des sources orales constituées de témoignages recueillis auprès des différent-e-s protagonistes.

Maud Chazalet, Master 2 en Histoire moderne et contemporaine, histoire des femmes et du genre, Université Lumière Lyon 2.

Hommes et femmes dans l’immigration familiale algérienne: Le cas du Chaâba, Villeurbanne, 1954 – 1968

Soraya Bellaha

Le « bidonville » du Chaâba, situé dans le quartier de la Feyssine à Villeurbanne, a accueilli dans les années 1950 et 1960 une vingtaine de familles « algériennes » récemment arrivées en France métropolitaine. Durant cette période en effet, l’immigration nord-africaine vers la France se développe de manière massive, non seulement du fait des besoins de main-d’œuvre en France métropolitaine mais aussi des conditions socio-économiques difficiles des habitants du département français d’Algérie. Bien qu’au début de la période cette immigration se caractérise majoritairement par des flux d’hommes seuls, l’arrivée et l’installation de familles se développent très rapidement et de manière croissante. Ainsi en ce sens, l’étude du Chaâba et de ses habitants permet d’approcher l’histoire de l’immigration des familles algériennes.

Continuer la lecture de « Hommes et femmes dans l’immigration familiale algérienne: Le cas du Chaâba, Villeurbanne, 1954 – 1968 »

Trajectoires professionnelles et migratoires. Les employés de l’usine J-B. Martin à Villeurbanne dans la première moitié du XXe siècle

Manon Duret

L’objectif de mon travail de recherche est d’interroger les liens entre migration et travail à l’échelle microhistorique d’une usine. En croisant histoire de l’immigration et histoire du travail, il s’agit d’étudier la diversité des parcours migratoires de travailleurs et, en miroir, la diversité des parcours professionnels des migrants. Ma recherche porte sur les employés d’une entreprise textile villeurbannaise dans la première moitié du XXe siècle. Il s’agit de reconstituer l’histoire sociale d’une entreprise, l’histoire d’une usine à travers son personnel et l’histoire des personnes à travers l’usine, par des parcours individuels d’employés.

Qui travaillait dans cette usine et dans quelles conditions ? Quelle était la place des femmes et des hommes immigrés au sein de l’entreprise ? Était-elle régie par leur nationalité, leur genre, leur parcours ? Est-ce pertinent de séparer travailleurs français et travailleurs immigrés ? Il s’agit également de s’interroger sur la place des travailleurs dans la ville. Quelles logiques sous-tendent l’installation dans un quartier : la proximité du travail, de personnes de même origine ?

Continuer la lecture de « Trajectoires professionnelles et migratoires. Les employés de l’usine J-B. Martin à Villeurbanne dans la première moitié du XXe siècle »

Migrantes africaines à Villeurbanne : Quelles (re)compositions familiales en situation migratoire ?

Nadia Mounchit

« Tous venus d’ailleurs, tous devenus d’ici » aime-t-on se dire à Villeurbanne. La ville s’est vue traversée et façonnée par différentes vagues migratoires. Les immigrations italienne, espagnole, arménienne, portugaise, juive, algérienne et celles qui leur succèdent continuent de marquer le territoire villeurbannais dans ses formes et son identité. Parmi les dernières, figure une émigration depuis l’Afrique subsaharienne qui reste à mieux connaître.

Ainsi, cette thèse en sociologie propose de mettre la lumière sur cette composante de l’immigration à Villeurbanne et en particulier sur les femmes qui y prennent part. Ces dernières pèsent de plus en plus dans la composition de l’immigration africaine en France et leurs histoires se sont vues par ailleurs quelque peu occultées par la primauté accordée au prisme masculin dans l’étude des migrations.

Les questions posées sont tournées vers la sphère privée des relations familiales et en particulier, conjugales. En France, les émigrantes africaines ne retrouveront pas les mêmes façons de « faire famille » que celles qui faisaient sens au sein des diverses sociétés de départ comme, par exemple, le poids qu’a la famille élargie ou l’importance accordée à l’institution matrimoniale qui est très valorisée en Afrique sahélienne. Dès lors, comment, dans ce contexte migratoire, le couple et la famille vont-ils s’inventer, se bâtir, se renégocier ? Quelles recompositions la migration amène-t-elle dans les vies conjugales et familiales de ces migrantes, qu’elles aient quitté leurs pays seules ou dans le cadre d’un regroupement familial ? Il s’agira alors d’aller à la rencontre de ces femmes afin de recueillir leurs histoires, leurs expériences, leurs représentations.

Nadia Mounchit, doctorante en sociologie, Centre Max Weber,Université Lumière Lyon 2.

Les enfants d’origine italienne du quartier de Croix-Luizet  à Villeurbanne : familles et parcours scolaires (1945-1955)

Manon Assenat

La question de la scolarisation des enfants étranger-ère-s fait encore aujourd’hui débat. Ainsi, l’exemple de la commune de Rubelles en Seine-et-Marne où, en mai dernier, le maire a refusé la scolarisation de dix-huit enfants étranger-ère-s dont les familles demandent l’asile politique. Les parents des élèves de l’école étaient plutôt satisfaits de cette décision, exprimant la crainte que la scolarisation de ces enfants non francophones ne fassent baisser le niveau des classes.

Des recherches en sociologie et en histoire ont été menées sur ce sujet, mais elles se sont surtout concentrées sur la période des Trente Glorieuses (1945-1975) avec la vague d’immigration qui correspond à l’arrivée des Portugais-e-s, des Espagnol-e-s, ou encore des Algérien-ne-s. Or, pendant les années 1970, le regroupement familial est officiellement mis en place, de même que les “classes d’adaptation” pour les enfants étranger-ère-s dont le nombre augmente alors fortement. En revanche, très peu de recherches historiques ont été menées pour savoir comment les enfants étranger-ère-s étaient scolarisé-e-s avant cette période (car l’immigration en France ne date pas des années 1970). Par exemple, que s’est-il passé à ce sujet pour les enfants des Italien-ne-s ou encore des Polonais-e-s arrivé-e-s pendant l’entre-deux-guerres, à une époque où justement, il n’y avait pas de classes spéciales pour les enfants étranger-ère-s ?

Continuer la lecture de « Les enfants d’origine italienne du quartier de Croix-Luizet  à Villeurbanne : familles et parcours scolaires (1945-1955) »

Les enfants d’origine italienne du quartier de la Croix-Luizet à Villeurbanne : familles et parcours scolaires (1945-1955)

Manon Assenat

Étudiante en master 2 Matilda Histoire Européenne des Femmes et du Genre, mon travail de recherche porte sur les élèves italien·ne·s ou d’origine italienne de l’école primaire de Croix-Luizet (aujourd’hui Armand) à Villeurbanne.

Continuer la lecture de « Les enfants d’origine italienne du quartier de la Croix-Luizet à Villeurbanne : familles et parcours scolaires (1945-1955) »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search