Collectif Solidarités Cusset : actions et mouvements solidaires des Villeurbannais

Anne Abelé

Le terme solidarité a pris une dimension toute particulière au cours de cette dernière année et vient s’ajouter à de longues et complexes histoires de mobilisations sociales.

Les recherches en science politique tentent de saisir les conditions temporelles, géographiques et sociales qui permettent l’émergence de ces solidarités aussi diverses que les individus qui les mettent en place. Par cette approche, le principe de solidarité revendiquée par le Collectif Solidarités Cusset est un objet d’étude qui permet à la fois de rendre compte des volontés des Villeurbannais et des particularités politiques de Villeurbanne.

De quelles façons s’exercent ces solidarités ? Dans quels lieux ? Par qui, pour qui, avec qui ? Quels projets émergent de ces solidarités ? Quels enjeux existent dans et autour du Collectif ? Autant de questions qui permettront de dessiner les contours des mobilisations sociales de Cusset construisant l’identité de Villeurbanne.

Continuer la lecture de « Collectif Solidarités Cusset : actions et mouvements solidaires des Villeurbannais »

Changer le travail pour changer le monde ? Étude d’une Société Coopérative et Participative (SCOP) villeurbannaise

Julien Charreton

L’objectif de ce mémoire de Master 1 de Science Politique est de réaliser une recherche portant sur les modalités d’un engagement à la fois professionnel et écologique au sein d’une Société Coopérative et Participative (SCOP) spécialisée dans le domaine de la transition énergétique.  

Travailler au sein d’une telle SCOP relève ainsi d’un double engagement : l’un coopératif et l’autre écologique. Cette thématique de « l’engagement » est celle dans laquelle s’inscrira ce travail au sein du Rize. En effet, les acteurs de ces entreprises semblent à la fois avoir opté pour une organisation singulière de leur travail (ou du moins un statut particulier de leur entreprise) ainsi que pour une activité engagée dans le sens d’un changement dans les manières de produire et de consommer l’énergie. Mon actuel questionnement principal est donc double : qu’est-ce qui explique que des individus cherchent à la fois à modifier leurs manières de travailler et à s’engager dans la transition énergétique au quotidien ? Plus globalement, cette recherche vise à analyser les conditions sociales dans lesquelles des individus vont chercher à concilier engagement professionnel et engagement civique, pour une cause d’intérêt général, celle de l’écologie, thématique qui a déjà pu intéresser le Rize, à travers l’exposition de 2017, La graine et le bitume.

Continuer la lecture de « Changer le travail pour changer le monde ? Étude d’une Société Coopérative et Participative (SCOP) villeurbannaise »

Quand Marseille renseigne Villeurbanne : pour une sociogenèse de l’engagement politique et syndical en milieu précaire. Enquête auprès de travailleuses et travailleurs du nettoyage

Saphia Doumenc

Afin de saisir d’éventuelles spécificités territoriales, il semble intéressant de mettre en perspective le terrain villeurbannais avec un terrain secondaire, la ville de Marseille. À Villeurbanne, les personnes constituant l’échantillon de la recherche sont relativement peu mobilisées, ce qui laisse davantage de place à la reproduction des dominations, tandis qu’à Marseille où les mobilisations s’organisent de manière régulière et récurrente depuis la fin de l’année 2015, les dominations sont à la fois davantage repérées et dénoncées. Or en termes de représentativité sociologique, la configuration villeurbannaise semble être plus ordinaire et, donc, plus illustrative des logiques de domination au sein desquelles les travailleuses et les travailleurs précaires se trouvent pris. Ainsi, cette enquête multi-située permettra de renseigner le cas ordinaire de Villeurbanne par une mise en perspective avec un phénomène extra‑ordinaire : la mobilisation de femmes et d’hommes (moins nombreux) de ménage à Marseille.

Continuer la lecture de « Quand Marseille renseigne Villeurbanne : pour une sociogenèse de l’engagement politique et syndical en milieu précaire. Enquête auprès de travailleuses et travailleurs du nettoyage »

Temps de travail – temps hors travail : liens ou ruptures dans les pratiques sociales au sein des classes populaires ?

Saphia Doumenc

« Et ils sont où les ouvriers ? » Le temps fort de l’année 2015 au Rize soulève de nombreuses interrogations. En effet, on peut questionner le fait que ce groupe social qui, autrefois revendiquait une culture commune relativement forte et ancrée urbainement, apparaît aujourd’hui quelque peu fragilisé, morcelé, voire absent du paysage urbain. Alors qu’encore près d’un quart des Français-es sont ouvriers-ères aujourd’hui en France (selon les chiffres de l’Insee 2010), lorsqu’on évoque cette catégorie sociale, c’est davantage leur invisibilité qui apparaît. Dans ce travail de recherche, je souhaite questionner le rapport au temps hors travail des classes populaires à Villeurbanne. Dans l’éventail des classes populaires, j’inclus ici, à l’instar des travaux d’Olivier Schwartz[1], les ouvriers-ères mais également une partie des salarié-e-s des services et d’une manière générale, l’ensemble des catégories les moins dotées en capital culturel, social et économique de la société[2] et subissant au travail une forte subordination.

Continuer la lecture de « Temps de travail – temps hors travail : liens ou ruptures dans les pratiques sociales au sein des classes populaires ? »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search