Rencontre intercommunautaire à Villeurbanne: La communication intercommunautaire entre la communauté asiatique et les immigrés non-asiatiques à Villeurbanne

Jinwoo SHIN


Jusqu’aux années 1970, les mouvements ouvriers étaient puissants à Villeurbanne. Ouvriers locaux et immigrés de Villeurbanne ont connu les mouvements collectifs, indépendamment des origines culturelles. Les formes de solidarité unissaient de nombreux villeurbannais autour d’enjeux et d’objectifs communs, liés à la présence de l’industrie dans la ville. Les
communautés migrantes semblent aujourd’hui plus morcelées et moins connectées, du fait de l’évolution des formes de travail (petits commerces, emplois précaires et services) et les grandes structures d’action collective (syndicale) sont devenues moins puissantes. On peut donc se demander quelles communications intercommunautaires persistent, sous quelle forme et dans quels espaces.

Nous faisons l’hypothèse que les formes d’interaction entre groupes au sein de la société villeurbannaise sont pour partie dépendantes de l’action des institutions locales et du cadre urbain. Cette étude est donc aussi l’occasion d’étudier à l’échelle d’une ville la gestion de la diversité.

Continuer la lecture de « Rencontre intercommunautaire à Villeurbanne: La communication intercommunautaire entre la communauté asiatique et les immigrés non-asiatiques à Villeurbanne »

L’’intégration des femmes dans le processus de production musicale à Villeurbanne

Agathe Rochet

Le projet de recherche s’intéresse à l’intégration des femmes dans le processus de production musicale à Villeurbanne.

Continuer la lecture de « L’’intégration des femmes dans le processus de production musicale à Villeurbanne »

Collectif Solidarités Cusset : actions et mouvements solidaires des Villeurbannais

Anne Abelé

Le terme solidarité a pris une dimension toute particulière au cours de cette dernière année et vient s’ajouter à de longues et complexes histoires de mobilisations sociales.

Les recherches en science politique tentent de saisir les conditions temporelles, géographiques et sociales qui permettent l’émergence de ces solidarités aussi diverses que les individus qui les mettent en place. Par cette approche, le principe de solidarité revendiquée par le Collectif Solidarités Cusset est un objet d’étude qui permet à la fois de rendre compte des volontés des Villeurbannais et des particularités politiques de Villeurbanne.

De quelles façons s’exercent ces solidarités ? Dans quels lieux ? Par qui, pour qui, avec qui ? Quels projets émergent de ces solidarités ? Quels enjeux existent dans et autour du Collectif ? Autant de questions qui permettront de dessiner les contours des mobilisations sociales de Cusset construisant l’identité de Villeurbanne.

Continuer la lecture de « Collectif Solidarités Cusset : actions et mouvements solidaires des Villeurbannais »

Habiter les lieux-refuges : parcours résidentiels de femmes exilées à Villeurbanne

Camille Lassègue

Cette thèse abordera les « lieux-refuges » en tant qu’espaces d’habiter, de revendication et de construction d’une place dans la ville. Je désigne ici les logements, formels et informels, occupés notamment par des personnes en situation d’exil, notamment des squats et des centres d’hébergement. 

Cette approche permet d’envisager ces espaces et leurs habitant.es dans leur pratiques de transformation de la ville, collective et plurielle, à travers des pratiques d’habiter, de construction de réseaux urbains ou encore des mouvements de contestation. Il s’agira, à travers l’analyse des parcours, de comprendre les changements au sein des politiques sociales notamment d’accès à l’hébergement et au logement, tout en évoquant les stratégies et les luttes des personnes concernées pour faire avec ou faire face.

Malgré le caractère éphémère de ces lieux, ces pratiques laissent des traces mémorielles, qui peuvent inscrire ses habitant.es dans une mémoire de la ville et contribuer à légitimer leur présence. Basée sur une approche mélangeant différents médiums (photographie, vidéo, entretiens et observation filmante, traitement d’archives), cette thèse répond à plusieurs objectifs : comprendre et documenter les transformations actuelles de la mobilité et de l’espace urbain, s’inscrire dans une démarche engagée en donnant la parole aux populations invisibilisées et en produisant des images et des traces au plus proche du vécu, envisager l’anthropologie dans ses possibilités de transformation et de co-construction des savoirs et de mémoire.

Le terrain de recherche visera la ville de Villeurbanne, tout en s’étendant à la métropole lyonnaise.

Camille Lassègue, doctorante en anthropologie, Laboratoire d’anthropologie des enjeux contemporains à Lyon.

 

Changer le travail pour changer le monde ? Étude d’une Société Coopérative et Participative (SCOP) villeurbannaise

Julien Charreton

L’objectif de ce mémoire de Master 1 de Science Politique est de réaliser une recherche portant sur les modalités d’un engagement à la fois professionnel et écologique au sein d’une Société Coopérative et Participative (SCOP) spécialisée dans le domaine de la transition énergétique.  

Travailler au sein d’une telle SCOP relève ainsi d’un double engagement : l’un coopératif et l’autre écologique. Cette thématique de « l’engagement » est celle dans laquelle s’inscrira ce travail au sein du Rize. En effet, les acteurs de ces entreprises semblent à la fois avoir opté pour une organisation singulière de leur travail (ou du moins un statut particulier de leur entreprise) ainsi que pour une activité engagée dans le sens d’un changement dans les manières de produire et de consommer l’énergie. Mon actuel questionnement principal est donc double : qu’est-ce qui explique que des individus cherchent à la fois à modifier leurs manières de travailler et à s’engager dans la transition énergétique au quotidien ? Plus globalement, cette recherche vise à analyser les conditions sociales dans lesquelles des individus vont chercher à concilier engagement professionnel et engagement civique, pour une cause d’intérêt général, celle de l’écologie, thématique qui a déjà pu intéresser le Rize, à travers l’exposition de 2017, La graine et le bitume.

Continuer la lecture de « Changer le travail pour changer le monde ? Étude d’une Société Coopérative et Participative (SCOP) villeurbannaise »

Construire des catégories

Comment met-on les gens dans des cases, selon quels critères, avec quelles précautions ?

En sciences sociales, et particulièrement quand on retrace l’histoire d’individus, nous sommes constamment amenés à construire des catégories, à former des groupes pour appréhender un bout de société. Dès l’intitulé de nos sujets, nous constituons des catégories. Ce sont « les ouvriers », « les Espagnols », « les enfants d’immigrés », ou encore « les habitants de Villeurbanne ». En les nommant, nous en faisons implicitement des groupes cohérents, voire homogènes. Les chercheurs mettent constamment les individus dans des cases même s’ils essaient la plupart du temps de s’en défaire. Les processus de catégorisation sont inéluctables, ils sont d’usage au quotidien et participent de notre compréhension du monde. Si l’on ne peut s’en défaire entièrement, il est malgré tout intéressant de comprendre comment sont construites les catégories, par qui et dans quel but.

Il y a les catégories que l’on construit et celles que l’on utilise. La plupart du temps, on utilise des catégories construites par d’autres et pour d’autres usages.

Continuer la lecture de « Construire des catégories »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search