Élaboration, pérennité et adaptations : temporalités des édifices publics ordinaires, les bâtiments communaux villeurbannais au XXe siècle.

Le bâtiment public ordinaire du XXe siècle est aujourd’hui confronté à de nouveaux enjeux économiques, normatifs, énergétiques et patrimoniaux qui questionnent son entretien et son devenir. Les politiques publiques de l’Etat semblent à la recherche d’une vision globale qui permettrait d’articuler les différentes stratégies concernant les bâtiments des collectivités territoriales, avec la façon dont ceux-ci sont édifiés ou transformés pour y répondre.

Et d’un point de vue plus général, après un vingtième siècle où l’on a beaucoup construit, dans un contexte de nécessaire transition de notre environnement et de nos modes de vie, l’évolution des constructions existantes devient centrale dans la réflexion collective des acteurs du bâtiment, de la ville et des finances publiques. Le cadre bâti est alors souvent appelé patrimoine. Mais ce terme est utilisé de façon très différente par les personnes pratiquant la « gestion patrimoniale » (au sens propre d’un patrimoine immobilier ou financier) et les personnes se préoccupant des enjeux de « patrimoine naturel et culturel » collectif (au sens figuré d’un bien qui présenterait un intérêt pour la collectivité des citoyens, sans nécessairement lui appartenir au sens propre).

Cette situation place le « patrimoine public » dans un statut ambigu : approche immobilière publique ou approche culturelle et environnementale se réclament toute deux d’un « patrimoine commun » à une collectivité territoriale, nationale, voire humaine. Elles n’appellent cependant pas toujours les mêmes réponses opérationnelles face à la question de l’adaptation des édifices publics déjà construits.

Parallèlement, la recherche sur l’architecture et l’urbanisme du XXe siècle se pose peu la question du bâtiment public ordinaire, si on compare cet objet de recherche au logement, amplement traité, ou aux édifices remarquables, publics ou privés, qui constituent le principal objet de l’histoire de l’architecture.

La nécessité d’adapter les édifices publics n’est pourtant pas nouvelle : du fait de leurs missions d’intérêt général, ils sont structurellement en transition perpétuelle. La transformation progressive des parcs d’édifices publics au gré de l’évolution des besoins des territoires traverse tout le XXe siècle. Elle est intrinsèque à la fonction de ces équipements, censés s’adapter aux différentes formes de l’action publique et du service rendu aux populations. Pourtant, ces réseaux d’édifices gérés par des collectivités présentent aussi une certaine permanence urbaine. Chaque génération de gestionnaire est donc amenée à réinvestir l’héritage construit de la collectivité pour répondre à des besoins contemporains et anticiper l’avenir. L’édifice public est donc constamment en prise avec des temporalités différentes qu’il s’agit de coordonner pour le conserver et l’adapter. Et ce phénomène ne peut que s’accélérer du fait des mutations rapides que traversent nos sociétés contemporaines.

Quelles sont les capacités d’adaptation et les conditions d’évolutivité d’un réseau de bâtiments publics communaux construit au XXe siècle ?

La thèse se propose de travailler cette question autour du cas particulier d’un parc de 165 établissements recevant du public (ERP) gérés par la Ville de Villeurbanne, sur une centaine d’années. Construite au fil du XXe siècle, cette série d’édifices présente des caractéristiques architecturales très variées, sur les plans fonctionnel, morphologique, technique, visuel, et constitue, à ce titre, un échantillon représentatif.

En procédant à une analyse typo-morphologique, mais aussi historique, technique, géographique et parfois sémiologique, il s’agit de comprendre comment et pourquoi les bâtiments publics villeurbannais ont été édifiés puis transformés, sur l’ensemble du XXe siècle. La thèse tentera aussi d’apporter un éclairage nouveau sur le bâtiment public ordinaire, en adoptant à l’échelle architecturale des méthodes déjà utilisées à l’échelle urbaine pour comprendre la fabrique de la ville ordinaire, en convoquant dans le champ du banal les méthodes d’analyse récentes du patrimoine bâti remarquable du XXe siècle, mais aussi en s’appuyant sur les résultats de recherche existants concernant certaines typologies d’édifices publics. Les considérations morphologiques pourront compléter les recherches existantes sur les formes des villes durables. Et la typologie établie, ainsi que la description matérielle du corpus contribueront à structurer un type de données qui fait aujourd’hui défaut, malgré le caractère stratégique des édifices publics dans les transitions de nos sociétés contemporaines.

Nolwenn Le Goff, qui sera inscrite à la rentrée 2017 en Doctorat à l’École nationale supérieure d’architecture de Lyon

 

Les projets de reconversion architecturale à Villeurbanne: un développement urbain durable qui valorise le passé industriel est-il possible ? Le cas du projet Grandclément-gare.

L’urbanisme et l’architecture d’une ville sont le reflet de son histoire. Dans le cas de Villeurbanne, les traces matérielles laissées par l’industrialisation du début du XXe siècle sont néanmoins très diffuses. Les projets de renouvellement urbain, en mettant constamment en œuvre la méthode de la tabula rasa, ont effacé une grande partie du passé industriel qui a été fondamental pour le développement de la ville. Cependant, l’identité ouvrière est toujours présente dans les discours des acteurs politiques villeurbannais, même si les lieux auxquels ces mémoires sont associées disparaissent progressivement et de manière très rapide. Conserver le bâti industriel désaffecté constitue un obstacle pour les objectifs de densification et de transformations urbaines d’aujourd’hui, tandis que sauvegarder une mémoire ouvrière dissociée du lieu ne contraint ces objectifs. De plus, la ville se trouve dans un contexte de fort renouvellement de la population communale, dont une grande proportion n’a pas connu le Villeurbanne d’avant la désindustrialisation des années 1960-1970 [1].

Mais qu’adviendra-t-il de cette mémoire sociale ouvrière, qui définit l’identité de la ville, une fois que les lieux seront effacés du territoire? Est-ce que les générations futures connaîtront et se réapproprieront cette mémoire? Est-ce que la mémoire peut vraiment survivre sans être ancrée au lieu qui l’a engendrée? Est-ce que cette démarche mémorielle peut aboutir à un processus de patrimonialisation? Comment pourrait-on avancer vers un avenir durable pour Villeurbanne qui prenne en compte les nécessités de la population sans oublier son passé, ses origines, son histoire? Les projets de reconversion et de recyclage architectural sont une manière de valoriser le passé industriel et ouvrier en même temps que de réfléchir sur la ville de demain. Pour cette raison, les questions de mémoire et d’aménagement urbain doivent être réfléchies ensemble; les politiques du patrimoine ne peuvent plus être comprises sans tenir compte des politiques urbaines publiques [2].

Cette recherche se divise en deux parties. Premièrement, une étude des reconversions architecturales réalisées jusqu’à présent sera effectuée. Cette étude comparative poursuit deux grands objectifs: réaliser un état des lieux des changements d’usages des bâtiments d’époque industrielle les plus importants et les analyser dans une perspective patrimoniale et sociale. Afin de réaliser cette partie, je vais principalement m’appuyer sur les Archives municipales de Villeurbanne et les principaux ouvrages concernant la ville. La deuxième partie s’inscrit dans le cadre d’une recherche action dont le terrain est le quartier à caractère fortement industriel de Grandclément, qui est actuellement l’objet d’un grand projet urbain de réaménagement. Un Plan Guide du projet a déjà été réalisé par un cabinet d’experts et le nouveau PLU-H au niveau de la ville sera également approuvé en 2018. Ces deux documents institutionnels “dessinent” l’avenir du quartier, mais qu’est-ce que les habitants souhaitent? Quels sont leurs besoins? Quelle est leur position à l’égard du bâti existant? Pour ce faire, je vais consulter la presse locale et je vais aussi étudier les législations urbanistiques et le Plan Guide du nouveau projet. Il me faudra évidemment me rendre sur le terrain pour échanger avec les différents acteurs impliqués (une attention très spéciale sera portée à la population villeurbannaise, protagoniste de cette deuxième partie).

Marta Robles, Master Dyclam (dynamiques des paysages culturels et gestion du patrimoine), Université Jean Monnet, Saint-Étienne

[1] V. Veschambre (2014), « Production et effacement des lieux de mémoires dans une commune-centre anciennement industrielle : le cas de Villeurbanne (France) », Journal of Urban Research, Special issue 5

[2] “Heritage policies can no longer been understood without taking into account cities’ public policies”.

Quel héritage industriel pour le renouveau du quartier Grandclément aux horizons 2026 ?

Le quartier de Grandclément a été depuis la fin du 19ème siècle et jusqu’au milieu du 20ème siècle un territoire à forte dominante industrielle. Le déclin progressif des industries dès les années 60 a laissé place à un quartier dévitalisé, et comme figé dans son temps. De nombreuses friches industrielles sont encore à l’abandon laissant transparaître les derniers vestiges d’une époque industrielle révolue. Aujourd’hui au centre des préoccupations de la ville, le quartier fait l’objet d’un grand projet de rénovation. Le cabinet architecte urbaniste Michelin (ANMA) associé à la métropole de Lyon a d’ores et déjà commencé l’élaboration d’un plan guide venant définir les axes structurants du projet urbain pour les dix prochaines années. Les grandes orientations sont tracées et ce ne sont pas moins de 45 hectares qui vont passer entre les mains d’experts urbanistes et architectes pour façonner le paysage urbain de demain. La volonté apparente de conserver d’anciens bâtiments industriels en souvenir d’un quartier ouvrier offre une excellente occasion d’interroger le passé industriel de la ville.

C’est donc à partir du projet de rénovation que mes premiers questionnements émergent. Quelle image veut-on donner au quartier ? Quels types de bâtis sont envisagés ? Mais surtout quelle place est donnée à l’ancienne identité industrielle du quartier ? Est-elle conservée, modifiée, délaissée ? Et comment ?

Pour répondre à ces premières questions, je cherche d’abord à accéder à une meilleure compréhension du quartier par une étude de son histoire. Avec l’aide de photographies, de comptes rendus municipaux, de plans cadastraux je me replonge dans le passé du quartier pour comprendre ses bâtiments et ses habitants.
A partir d’une analyse approfondie du programme de rénovation, je m’attache par ailleurs à saisir les principaux enjeux du projet. Dans cette perspective, je m’appuierai sur le programme du cabinet urbaniste en charge du projet, l’analyse du Plan Local d’Urbanisme, sur des entretiens avec les responsables urbanistes et des observations de terrains afin d’appréhender l’atmosphère ambiante et découvrir l’ensemble des facettes du capital bâti.
Enfin, une dernière partie de mon travail porte sur la dimension patrimoniale du projet à travers une perspective humaine. Un recueil de témoignages inter-générationnels émanant d’anciens ouvriers d’usines, de personnes ayant grandi au cours de l’industrialisation et de leurs enfants permettra de mettre en lumière ce qui fait patrimoine à leurs yeux et ce qu’ils voudraient conserver dans leurs paysages de demain. Cette dernière partie est véritablement au cœur de la recherche puisqu’elle va lier les Hommes et leurs mémoires, l’espace et l’histoire, permettant ainsi d’aborder le lien entre histoire sociale/mentale et l’espace concret.

Camille Jean-Baptiste, Master 1 en Géographie et aménagement, Lyon 3

Des logements ouvriers à Villeurbanne : l’ilôt urbain de la rue Flachet

Dans le cadre de mon mémoire de recherche, je m’intéresse à l’histoire urbaine et sociale de Villeurbanne à travers l’étude d’un ensemble d’immeubles construit rue flachet (du numéro 2 au numéro 22) à la fin des années 1920 à l’initiative des patrons de l’usine Gillet.

Cette usine d’ennoblissement textile installée à Villeurbanne depuis 1889 se situe dans la rue Flachet (aujourd’hui rue du 1er mars 1943) à l’emplacement de l’actuelle Perralière. Le groupe « Gillet et fils » avait déjà construit à l’aube du XXème siècle des logements rue Camile Koechelin, et d’autres cités se sont multipliées aux alentours de l’usine (Rue Cacard, Rue Basch, rue flachet…). Ces initiatives répondent à une logique patronale chrétienne et à un besoin social. Gillet était dans l’entre-deux-guerres le premier employeur villeurbannais avec près de deux mille employés en 1930 dans une ville où la problématique du logement ouvrier était alors un enjeu primordial.

L’objet de ma recherche est focalisé en premier lieu sur les immeubles de la rue Flachet, qui sont agrémentés de jardins ouvriers et complétés par un ensemble de maisons individuelles construites également pour les employés de l’entreprise (rue Gillet, rue Henry Balay, rue Lazare Drut, rue de la Prévoyance et rue Henri de Pressenssé). Mon étude va s’axer d’abord sur les origines de ces bâtiments : Qu’est-ce que cela représentait pour les usines Gillet ? Quel était le but réel de cet investissement ? Quels ouvriers bénéficiaient de ces logements ? Y restaient-ils longtemps ? Et quelles étaient les habitudes de ses habitants ? A l’issue de ce premier questionnement sur l’histoire industrielle et sociale, j’aimerai m’intéresser à l’histoire du bâti, à l’architecture de ces immeubles, leurs équipements, leur confort, mais aussi à leur implantation urbaine. A travers ces premières interrogations, il s’agira par ailleurs d’observer l’évolution de la vie de cet ensemble, et donc de toucher à la problématique de la mémoire ouvrière.

Pour apporter des réponses à ces questions, je vais interroger diverses sources : des recensements villeurbannais ; les études effectuées sur l’entreprise Gillet ; des documents provenant des archives municipales comme les documents issus du bureau d’hygiène de Villeurbanne ; il me faudra aussi me rendre sur le terrain et interroger la mémoire vivante des habitants de ces immeubles et maisons. En effet, ce travail ne peut se faire sans un lien avec les habitants qui ont impulsé cette recherche en lien avec le RIZE dans un processus de valorisation de leur lieu de vie. Je serai donc en charge de la partie patrimoniale et historique, qui sera l’une des clefs de compréhension de la vie au sein de ces habitations.

Aliénor Wagner-Coubès, Master 1 en Histoire contemporaine, Lyon 2

Cuisine et Migration : Pratiques culinaires et alimentaires de femmes d’origine algérienne à Villeurbanne

Le territoire villeurbannais est souvent caractérisé par les origines étrangères et multiculturelles de sa population. Parmi ces groupes d’immigrés, les villeurbannais d’origine algérienne sont largement représentés.
En observant et en questionnant les pratiques des habitants d’origine algérienne, je souhaite renouveler le regard sur les parcours de migration en mettant au jour l’articulation des répertoires et des pratiques culinaires qui s’inscrivent dans un cadre urbain, ici à Villeurbanne. Il ne s’agit pas de corréler de manière linéaire un certain degré d’intégration en fonction de l’abandon ou de la résistance des pratiques alimentaires mais plutôt d’éclairer la complexité des processus d’identification et les multiples bricolages mis en œuvre par les migrants dans la construction de leurs pratiques.
Mes travaux s’inscrivent dans une vision de la migration comme circulation et rencontre dans un monde globalisé et connecté. Ainsi, les influences sont multiples et réciproques entre les sociétés d’émigration et d’immigration.
Les pratiques culinaires et alimentaires se situent au niveau le plus ordinaire de la vie quotidienne. En s’y intéressant, on interroge des processus économiques, sociaux, culturels et politiques mais pas seulement. L’alimentation comprend une forte dimension sensible, corporelle et émotionnelle. C’est à travers des activités corporelles, sensorielles et mémorielles que se matérialisent, à table et dans les cuisines, les processus de constructions des pratiques, entre un ici et un ailleurs, présent et passé.

J’irai d’abord à la rencontre des femmes – encore largement dominantes dans la sphère culinaire – sur les marchés et dans les commerces, observant ainsi les parcours et les pratiques d’approvisionnement sur le territoire villeurbannais. Dans un deuxième temps, c’est à l’intérieur des cuisines, en faisant la cuisine avec elles, que j’espère saisir les processus complexes d’identifications à l’œuvre dans leurs activités culinaires.

 

Lara Bonsirven, Master 2 en Anthropologie, Lyon 2

Soutenance de thèse – Invitation de Boris de Rogalski Landrot

Après trois années de résidence au Rize pour y conduire une recherche doctorale autour de la ville de Villeurbanne durant la première moitié du 20e siècle, Boris de Rogalski Landrot soutient sa thèse le 13 mai prochain. Voici son invitation à sa soutenance ainsi ouverte au public :

 

Bonjour,

J’ai le plaisir de vous inviter à la soutenance de ma thèse d’histoire contemporaine :

 

La fabrique matérielle et symbolique de la ville :

le cas de Villeurbanne de 1900 à 1950

 

Elle se déroulera le mardi 13 mai 2014 à 14 h

 

à l’ENS de Lyon, sur le site René Descartes, en salle F08

 Localisation : 15 parvis René Descartes, à l’angle de l’avenue Jean Jaurès et de l’avenue Debourg.

Tram T1 et Métro B arrêt Debourg

http://www.ens-lyon.eu

(plan d’accès au site Descartes ci-joint)

Jury :

  • Annie Fourcaut, professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Renaud Payre, professeur à l’IEP de Lyon
  • Jean-Luc Pinol, professeur à l’ENS de Lyon – Directeur
de thèse
  • Loïc Vadelorge, professeur à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée
  • Serge Wolikow, professeur émérite à l’Université de Bourgogne
  • Michelle ZancariniFournel, professeur émérite à l’Université Claude Bernard – Lyon 1

 

Résumé :

Ma thèse-CIFRE intitulée La fabrique matérielle et symbolique de la ville : le cas de Villeurbanne de 1900 à 1950 porte sur l’analyse des mécanismes de la fabrique urbaine, tant matérielle que symbolique, dans le but de saisir les jeux d’acteurs et l’influence d’expériences urbaines extérieures à la municipalité, grâce auxquels des projets urbains ont pu être élaborés ou médiatisés dans le but de se conformer à un modèle d’urbanité. La fin du XIXe siècle correspond à une période de crispation identitaire à Villeurbanne en raison de la tentative d’annexion lyonnaise. La commune est dès lors mise en récit dans une logique de différenciation par rapport à Lyon afin de convaincre les décideurs politiques de rejeter l’annexion. Cette dernière a pour effet de rapprocher les édiles des communes potentiellement annexées et son échec se traduit par un développement de l’intercommunalité. Jules Grandclément, maire socialiste de 1908 à 1922, entreprend de rationaliser la gestion municipale et il introduit des innovations urbaines dans une logique réformatrice avant 1914. La Première Guerre mondiale désorganise l’échelon municipal mais elle stimule un renforcement de l’interventionnisme municipal durant le conflit dont hérite la commune en 1919. Une pensée de Villeurbanne telle une ville et non plus une commune de banlieue, émerge alors chez les édiles, soit au moment de l’élaboration du plan d’aménagement, d’embellissement et d’extension. Des échanges de savoirs urbains s’organisent avec d’autres municipalités et plus particulièrement avec des experts lyonnais. Le maire Lazare Goujon (1924-1935) s’inscrit directement dans la continuité des initiatives de son prédécesseur. Il innove en mettant en place une politique urbaine ambitieuse qui modifie la morphologie urbaine en parant dès lors la commune de ses attributs urbains. L’audience des transformations urbaines à Villeurbanne est telle que celle-ci est représentée comme un exemple de cité moderne durant les années 1930. Dès leur arrivée à la tête de la municipalité en 1935, les communistes dénoncent la politique urbaine dispendieuse de leur prédécesseur, et ils mettent en place une politique locale s’inscrivant dans le cadre du Front populaire. La coloration politique de la commune durant l’entre-deux-guerres est effacée durant la Seconde Guerre mondiale au profit de l’idéologie du gouvernement de Pétain. Le marché immobilier, fortement ralenti depuis les années 1930 et bloqué durant la Seconde Guerre mondiale, est réactivé par la politique étatique du logement. Cette intervention de l’Etat dans le domaine de l’urbanisme engendre des conflits d’expertise mais elle crée surtout un décalage entre la fabrique matérielle et symbolique de la ville à l’échelon local.

 

C’est avec plaisir que je vous retrouverai lors de ma soutenance.

 

Boris de Rogalski Landrot

Doctorant-CIFRE en histoire contemporaine à l’ENS de Lyon

LARHRA-UMR 5190

 

Parcours scolaires et professionnels des enfants du Chaâba (1954-1968)

L’histoire de Villeurbanne est marquée par l’immigration qui empreint la mémoire de ses habitant-e-s.

Le sujet du mémoire s’inscrit dans l’histoire de l’immigration, de la place des enfants issus de celle-ci et des conditions de logement des étranger-ère-s en France.

Il s’agira ici de voir le rôle joué par les familles, les institutions et les influences extérieures sur le parcours de ces enfants qui sont né-e-s ou dont les parents ont vécu au  « bidonville » du Chaâba. L’accent est mis sur la scolarité et en particulier celle de l’école primaire à partir notamment des archives de l’école Léo Lagrange (cahiers d’appel, registres matricules, …) de Villeurbanne. Enfin, la recherche permet la réflexion sur les différences genrées dans la société et leur influence sur les parcours de vie de ces  filles et de ces garçons.

La particularité de ce mémoire est de faire de la micro-histoire (sur une période et une population restreintes) et de s’appuyer en majeure partie sur des sources orales constituées de témoignages recueillis auprès des différent-e-s protagonistes.

Maud Chazalet, Master 2 en Histoire moderne et contemporaine, histoire des femmes et du genre, Lyon 2

Hommes et femmes dans l’immigration familiale algérienne: Le cas du Chaâba, Villeurbanne, 1954 – 1968

Le « bidonville » du Chaâba, situé dans le quartier de la Feyssine à Villeurbanne, a accueilli dans les années 1950 et 1960 une vingtaine de familles « algériennes » récemment arrivées en France métropolitaine. Durant cette période en effet, l’immigration nord-africaine vers la France se développe de manière massive, non seulement du fait des besoins de main-d’oeuvre en France métropolitaine mais aussi des conditions socio-économiques difficiles des habitants du département français d’Algérie. Bien qu’au début de la période cette immigration se caractérise majoritairement par des flux d’hommes seuls, l’arrivée et l’installation de familles se développent très rapidement et de manière croissante. Ainsi en ce sens, l’étude du Chaâba et de ses habitants permet d’approcher l’histoire de l’immigration des familles algériennes. Grâce aux témoignages d’ancien-ne-s habitant-e-s et d’acteurs « extérieurs » (directrice d’école, médecin…), et grâce à l’étude de registres matricules scolaires et de dossiers émanant du Bureau d’Hygiène de la ville de Villeurbanne, il est possible d’étudier les expériences migratoires des ancien-ne-s habitant-e-s du Chaâba en adoptant une perspective genrée. Cette étude a donc pour objectif d’explorer la diversité des expériences migrantes sous le prisme du genre. Comment le genre et les relations de genre pénètrent-ils les expériences migratoires ? Comment et pourquoi les Algériens et les Algériennes ont-ils vécu différemment leur migration et leur installation en France ? L’approche micro-historique permet de pouvoir analyser ensemble les différents éléments intervenant localement dans la formation des identités en croisant l’étude des différentes catégories de genre, de classe, d’âge et d’origine, et en étudiant l’habitat et les réseaux et relations interpersonnelles.

La recherche historique s’est souvent concentrée sur l’étude des travailleurs masculins immigrés nord-africains en adoptant un objet d’étude politique ou économique (liens avec la guerre d’indépendance algérienne, politiques d’immigration…). Du côté de la sociologie, les recherches ont souvent concerné l’étude de « la deuxième génération » et des questions « d’intégration ». Cette étude entend donc participer à compléter les recherches émergentes sur les femmes et les familles algériennes primo-arrivantes immigrées en France, encore trop peu visibles dans l’historiographie.

Soraya Bellaha, Master 2 en Histoire moderne et contemporaine, histoire des femmes et du genre, Lyon 2

Les cadres normatifs de l’action culturelle dans les réseaux locaux : le cas de l’expérimentation de la déclaration de Fribourg dans le Grand Lyon

Les politiques culturelles des villes se construisent dans une logique d’interdépendance, mais aussi de distinction, par rapport aux politiques élaborées au niveau national. A l’échelle locale, la recherche de l’adhésion des publics à une offre culturelle comprend une finalité symbolique, de représentation de la commune appartenance des citoyens à un territoire. Dans les villes marquées par l’expérience de l’immigration, cela implique la confrontation des agents sociaux à la problématique des modes de « gestion » et de reconnaissance des expressions de la diversité culturelle.

En partant de la prise en considération de cette spécificité du local en matière de politiques culturelles, ce travail de recherche s’intéresse à la mobilisation récente d’acteurs faisant partie des « systèmes culturels locaux » (selon l’expression de G. Saez), dans des démarches centrées sur la fonction sociale du travail culturel. Dans plusieurs territoires français, ces démarches se sont appuyées sur la déclaration de Fribourg sur les droits culturels, texte élaboré en 2007 par un groupe d’acteurs « issus de la société civile » et liés à l’Unesco. Plus précisément, l’enquête s’attache à analyser l’expérimentation de cet instrument par un collectif créé en 2013 dans le Grand Lyon.

En étudiant la réception et l’interprétation des travaux de Fribourg selon les différents acteurs, il s’agira de comprendre les mécanismes qui sous-tendent la circulation de ceux-ci au sein du réseau culturel local. Quelle lecture, quelle traduction font ces acteurs des cadres normatifs « officiels » des politiques culturelles et de cohésion sociale (démocratie, démocratisation, intégration…) ? Peut-on lire ces mobilisations comme des réactions à des problématiques et des hiérarchies, structurelles et symboliques, résultant de la mise en œuvre de ces mêmes politiques ?

Simona Mattia, Master 2 en Sociologie politique, Lyon 2

 

JdR 4 – Présentation de Boris de Rogalski Landrot

Doctorant-Cifre en histoire contemporaine à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, rattaché au LAboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes (LARHRA, équipe Pouvoirs, Villes et Sociétés), membre du laboratoire junior Sciences Sociales de l’Urbain, et en résidence au Rize. Je travaille sous la direction de Monsieur Jean-Luc Pinol (Professeur des Universités à l’ENS de Lyon), sur La fabrique matérielle et symbolique de la ville : le cas de Villeurbanne de 1900 à l’après Seconde Guerre mondiale.

Dans le cadre de ma thèse-Cifre, j’ai participé à deux expositions présentées au Rize “Villeurbanne, la laborieuse ?” et celle sur “Le Palais du Travail” et qui ont fait l’objet de la publication de catalogues d’exposition.

JdR 3 – Présentation d’Hélène Meyrignac

C’est au début de cette année 2013, que la résidence « jeune chercheur » du RIZE m’a accueillie en son sein pour une durée de six mois correspondant à la fin de mon master.  Il y a un an et demi de cela et après une double licence de Sciences politiques et d’Histoire,  j’ai en effet commencé un master de recherche en histoire contemporaine à l’université Lyon II. Son objectif est de valoriser les apports de l’approche genrée en histoire. Il s’inscrit également dans un programme européen qui m’a permis d’effectuer un semestre à Sofia et un autre à Budapest.

Continuer la lecture de « JdR 3 – Présentation d’Hélène Meyrignac »

JdR 1 – Présentation d’Alexandre Rigal

Depuis bientôt un mois, j’ai la chance de participer au beau projet du RIZE. Je suis actuellement en master 2 en Urbanisme à l’Institut d’Urbanisme de Lyon. Auparavant j’ai été étudiant de Sciences Po Lyon pendant cinq ans. Depuis deux ans déjà, et le début de mon premier master 2 en communication, j’interroge les individus sur l’urbain. Quelles sont leurs représentations ? Leurs dérives ? Leurs lieux ? Leurs souvenirs ? Tous les matins et tous les soirs, chevauchant mon vélo, je parcoure Lyon et Villeurbanne, comme tout un chacun. Nous tous, tous les jours, nous créons notre bulle urbaine, notre propre bout de ville. Mais quelle est notre ville partagée ? Celle où nous résidons ? Celle où nous travaillons ? Faut-il être élu, joueur de foot ou de basket pour appartenir et représenter une ville ? Nous habitants, durables ou passagers, quelle est notre ville ?

Continuer la lecture de « JdR 1 – Présentation d’Alexandre Rigal »

Colloque – Gouverner les territoires par réseaux, 27 et 28 juin 2012, Lyon

Les 27 et 28 juin 2012 se déroulera un colloque organisé par l’ENS et l’IEP de Lyon, intitulé « Gouverner les territoires par Réseaux ».

J’ai le plaisir d’intervenir au colloque « Gouverner les territoires par réseaux », organisé par l’ENS et l’IEP de Lyon. Mon intervention est intitulée : « La mise en réseau de la ville de Villeurbanne de 1924 à 1937 : stratégie de pouvoir et représentations urbaines »

L’objet de mon intervention est de comprendre si les réseaux de villes alors existants (association nationale des maires de France, Union internationale des villes et Fédération des Municipalités socialistes) sont mobilisés par la municipalité de Villeurbanne afin de faire connaître son action édilitaire et ainsi d’affirmer sa maîtrise du territoire qu’elle modernise ? Pour cela j’ai étudié les courriers échangés, de 1924 à1937, par la municipalité et, les ouvrages et articles de presse nationale et internationale, diffusés de 1932 à 1937, portant sur le Nouveau Centre Urbain édifié sous la municipalité de Lazare Goujon. Je fais ainsi, l’hypothèse que la médiatisation de l’expérience urbaine villeurbannaise, sous les deux premiers mandats de Lazare Goujon (1924-1935) procède d’une volonté locale d’affirmer et faire reconnaître l’existence de Villeurbanne en tant que ville à part entière, dans un contexte politique et culturel, national et international, réceptif aux représentations de modernité et de rationalité associées à cette expérience urbaine locale.

Boris de Rogalski Landrot

Programme complet du colloque (.pdf) :

GouvernerTerritoires2012

Présentation du colloque par les organisateurs :

Continuer la lecture de « Colloque – Gouverner les territoires par réseaux, 27 et 28 juin 2012, Lyon »