Élaboration, pérennité et adaptations : temporalités des édifices publics ordinaires, les bâtiments communaux villeurbannais au XXe siècle

Nolwenn Le Goff

Le bâtiment public ordinaire du XXe siècle est aujourd’hui confronté à de nouveaux enjeux économiques, normatifs, énergétiques et patrimoniaux qui questionnent son entretien et son devenir. Les politiques publiques de l’État semblent à la recherche d’une vision globale qui permettrait d’articuler les différentes stratégies concernant les bâtiments des collectivités territoriales, avec la façon dont ceux-ci sont édifiés ou transformés pour y répondre.

Continuer la lecture de « Élaboration, pérennité et adaptations : temporalités des édifices publics ordinaires, les bâtiments communaux villeurbannais au XXe siècle »

Des logements ouvriers à Villeurbanne : l’ilôt urbain de la rue Flachet

Aliénor Wagner-Coubès

Dans le cadre de mon mémoire de recherche, je m’intéresse à l’histoire urbaine et sociale de Villeurbanne à travers l’étude d’un ensemble d’immeubles construit rue flachet (du numéro 2 au numéro 22) à la fin des années 1920 à l’initiative des patrons de l’usine Gillet.

Continuer la lecture de « Des logements ouvriers à Villeurbanne : l’ilôt urbain de la rue Flachet »

Soutenance de thèse – Invitation de Boris de Rogalski Landrot

Après trois années de résidence au Rize pour y conduire une recherche doctorale autour de la ville de Villeurbanne durant la première moitié du 20e siècle, Boris de Rogalski Landrot soutient sa thèse le 13 mai prochain. Voici son invitation à sa soutenance ainsi ouverte au public :

 

Bonjour,

J’ai le plaisir de vous inviter à la soutenance de ma thèse d’histoire contemporaine :

 

La fabrique matérielle et symbolique de la ville :

le cas de Villeurbanne de 1900 à 1950

 

Elle se déroulera le mardi 13 mai 2014 à 14 h

 

à l’ENS de Lyon, sur le site René Descartes, en salle F08

 Localisation : 15 parvis René Descartes, à l’angle de l’avenue Jean Jaurès et de l’avenue Debourg.

Tram T1 et Métro B arrêt Debourg

http://www.ens-lyon.eu

(plan d’accès au site Descartes ci-joint)

Jury :

  • Annie Fourcaut, professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Renaud Payre, professeur à l’IEP de Lyon
  • Jean-Luc Pinol, professeur à l’ENS de Lyon – Directeur
de thèse
  • Loïc Vadelorge, professeur à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée
  • Serge Wolikow, professeur émérite à l’Université de Bourgogne
  • Michelle ZancariniFournel, professeur émérite à l’Université Claude Bernard – Lyon 1

 

Résumé :

Ma thèse-CIFRE intitulée La fabrique matérielle et symbolique de la ville : le cas de Villeurbanne de 1900 à 1950 porte sur l’analyse des mécanismes de la fabrique urbaine, tant matérielle que symbolique, dans le but de saisir les jeux d’acteurs et l’influence d’expériences urbaines extérieures à la municipalité, grâce auxquels des projets urbains ont pu être élaborés ou médiatisés dans le but de se conformer à un modèle d’urbanité. La fin du XIXe siècle correspond à une période de crispation identitaire à Villeurbanne en raison de la tentative d’annexion lyonnaise. La commune est dès lors mise en récit dans une logique de différenciation par rapport à Lyon afin de convaincre les décideurs politiques de rejeter l’annexion. Cette dernière a pour effet de rapprocher les édiles des communes potentiellement annexées et son échec se traduit par un développement de l’intercommunalité. Jules Grandclément, maire socialiste de 1908 à 1922, entreprend de rationaliser la gestion municipale et il introduit des innovations urbaines dans une logique réformatrice avant 1914. La Première Guerre mondiale désorganise l’échelon municipal mais elle stimule un renforcement de l’interventionnisme municipal durant le conflit dont hérite la commune en 1919. Une pensée de Villeurbanne telle une ville et non plus une commune de banlieue, émerge alors chez les édiles, soit au moment de l’élaboration du plan d’aménagement, d’embellissement et d’extension. Des échanges de savoirs urbains s’organisent avec d’autres municipalités et plus particulièrement avec des experts lyonnais. Le maire Lazare Goujon (1924-1935) s’inscrit directement dans la continuité des initiatives de son prédécesseur. Il innove en mettant en place une politique urbaine ambitieuse qui modifie la morphologie urbaine en parant dès lors la commune de ses attributs urbains. L’audience des transformations urbaines à Villeurbanne est telle que celle-ci est représentée comme un exemple de cité moderne durant les années 1930. Dès leur arrivée à la tête de la municipalité en 1935, les communistes dénoncent la politique urbaine dispendieuse de leur prédécesseur, et ils mettent en place une politique locale s’inscrivant dans le cadre du Front populaire. La coloration politique de la commune durant l’entre-deux-guerres est effacée durant la Seconde Guerre mondiale au profit de l’idéologie du gouvernement de Pétain. Le marché immobilier, fortement ralenti depuis les années 1930 et bloqué durant la Seconde Guerre mondiale, est réactivé par la politique étatique du logement. Cette intervention de l’Etat dans le domaine de l’urbanisme engendre des conflits d’expertise mais elle crée surtout un décalage entre la fabrique matérielle et symbolique de la ville à l’échelon local.

 

C’est avec plaisir que je vous retrouverai lors de ma soutenance.

 

Boris de Rogalski Landrot

Doctorant-CIFRE en histoire contemporaine à l’ENS de Lyon

LARHRA-UMR 5190

 

Parcours scolaires et professionnels des enfants du Chaâba (1954-1968)

Maud Chazalet

L’histoire de Villeurbanne est marquée par l’immigration qui empreint la mémoire de ses habitant-e-s.

Le sujet du mémoire s’inscrit dans l’histoire de l’immigration, de la place des enfants issus de celle-ci et des conditions de logement des étranger-ère-s en France.

Il s’agira ici de voir le rôle joué par les familles, les institutions et les influences extérieures sur le parcours de ces enfants qui sont né-e-s ou dont les parents ont vécu au  « bidonville » du Chaâba. L’accent est mis sur la scolarité et en particulier celle de l’école primaire à partir notamment des archives de l’école Léo Lagrange (cahiers d’appel, registres matricules, …) de Villeurbanne. Enfin, la recherche permet la réflexion sur les différences genrées dans la société et leur influence sur les parcours de vie de ces  filles et de ces garçons.

La particularité de ce mémoire est de faire de la micro-histoire (sur une période et une population restreintes) et de s’appuyer en majeure partie sur des sources orales constituées de témoignages recueillis auprès des différent-e-s protagonistes.

Maud Chazalet, Master 2 en Histoire moderne et contemporaine, histoire des femmes et du genre, Université Lumière Lyon 2.

Hommes et femmes dans l’immigration familiale algérienne: Le cas du Chaâba, Villeurbanne, 1954 – 1968

Soraya Bellaha

Le « bidonville » du Chaâba, situé dans le quartier de la Feyssine à Villeurbanne, a accueilli dans les années 1950 et 1960 une vingtaine de familles « algériennes » récemment arrivées en France métropolitaine. Durant cette période en effet, l’immigration nord-africaine vers la France se développe de manière massive, non seulement du fait des besoins de main-d’œuvre en France métropolitaine mais aussi des conditions socio-économiques difficiles des habitants du département français d’Algérie. Bien qu’au début de la période cette immigration se caractérise majoritairement par des flux d’hommes seuls, l’arrivée et l’installation de familles se développent très rapidement et de manière croissante. Ainsi en ce sens, l’étude du Chaâba et de ses habitants permet d’approcher l’histoire de l’immigration des familles algériennes.

Continuer la lecture de « Hommes et femmes dans l’immigration familiale algérienne: Le cas du Chaâba, Villeurbanne, 1954 – 1968 »

JdR 4 – Présentation de Boris de Rogalski Landrot

Doctorant-Cifre en histoire contemporaine à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, rattaché au LAboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes (LARHRA, équipe Pouvoirs, Villes et Sociétés), membre du laboratoire junior Sciences Sociales de l’Urbain, et en résidence au Rize. Je travaille sous la direction de Monsieur Jean-Luc Pinol (Professeur des Universités à l’ENS de Lyon), sur La fabrique matérielle et symbolique de la ville : le cas de Villeurbanne de 1900 à l’après Seconde Guerre mondiale.

Dans le cadre de ma thèse-Cifre, j’ai participé à deux expositions présentées au Rize “Villeurbanne, la laborieuse ?” et celle sur “Le Palais du Travail” et qui ont fait l’objet de la publication de catalogues d’exposition.

JdR 3 – Présentation d’Hélène Meyrignac

C’est au début de cette année 2013, que la résidence « jeune chercheur » du RIZE m’a accueillie en son sein pour une durée de six mois correspondant à la fin de mon master.  Il y a un an et demi de cela et après une double licence de Sciences politiques et d’Histoire,  j’ai en effet commencé un master de recherche en histoire contemporaine à l’université Lyon II. Son objectif est de valoriser les apports de l’approche genrée en histoire. Il s’inscrit également dans un programme européen qui m’a permis d’effectuer un semestre à Sofia et un autre à Budapest.

Continuer la lecture de « JdR 3 – Présentation d’Hélène Meyrignac »

JdR 1 – Présentation d’Alexandre Rigal

Depuis bientôt un mois, j’ai la chance de participer au beau projet du RIZE. Je suis actuellement en master 2 en Urbanisme à l’Institut d’Urbanisme de Lyon. Auparavant j’ai été étudiant de Sciences Po Lyon pendant cinq ans. Depuis deux ans déjà, et le début de mon premier master 2 en communication, j’interroge les individus sur l’urbain. Quelles sont leurs représentations ? Leurs dérives ? Leurs lieux ? Leurs souvenirs ? Tous les matins et tous les soirs, chevauchant mon vélo, je parcoure Lyon et Villeurbanne, comme tout un chacun. Nous tous, tous les jours, nous créons notre bulle urbaine, notre propre bout de ville. Mais quelle est notre ville partagée ? Celle où nous résidons ? Celle où nous travaillons ? Faut-il être élu, joueur de foot ou de basket pour appartenir et représenter une ville ? Nous habitants, durables ou passagers, quelle est notre ville ?

Continuer la lecture de « JdR 1 – Présentation d’Alexandre Rigal »

Colloque – Gouverner les territoires par réseaux, 27 et 28 juin 2012, Lyon

Les 27 et 28 juin 2012 se déroulera un colloque organisé par l’ENS et l’IEP de Lyon, intitulé « Gouverner les territoires par Réseaux ».

J’ai le plaisir d’intervenir au colloque « Gouverner les territoires par réseaux », organisé par l’ENS et l’IEP de Lyon. Mon intervention est intitulée : « La mise en réseau de la ville de Villeurbanne de 1924 à 1937 : stratégie de pouvoir et représentations urbaines »

L’objet de mon intervention est de comprendre si les réseaux de villes alors existants (association nationale des maires de France, Union internationale des villes et Fédération des Municipalités socialistes) sont mobilisés par la municipalité de Villeurbanne afin de faire connaître son action édilitaire et ainsi d’affirmer sa maîtrise du territoire qu’elle modernise ? Pour cela j’ai étudié les courriers échangés, de 1924 à1937, par la municipalité et, les ouvrages et articles de presse nationale et internationale, diffusés de 1932 à 1937, portant sur le Nouveau Centre Urbain édifié sous la municipalité de Lazare Goujon. Je fais ainsi, l’hypothèse que la médiatisation de l’expérience urbaine villeurbannaise, sous les deux premiers mandats de Lazare Goujon (1924-1935) procède d’une volonté locale d’affirmer et faire reconnaître l’existence de Villeurbanne en tant que ville à part entière, dans un contexte politique et culturel, national et international, réceptif aux représentations de modernité et de rationalité associées à cette expérience urbaine locale.

Boris de Rogalski Landrot

Programme complet du colloque (.pdf) :

GouvernerTerritoires2012

Présentation du colloque par les organisateurs :

Continuer la lecture de « Colloque – Gouverner les territoires par réseaux, 27 et 28 juin 2012, Lyon »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search