Concilier patrimoine et renouvellement urbain : le cas du quartier de l’Amande

Lorenzo Bigaran


Mon sujet de recherche s’inscrit dans l’élaboration du projet Carré de Soie, situé sur les communes de Villeurbanne et de Vaulx-en-Velin. Il s’agit d’un projet stratégique pour la Métropole de Lyon, débuté en 2009 et qui se conclura à l’horizon 2030. Il vise à créer une nouvelle centralité au sein d’un territoire délaissé de la première couronne de l’agglomération lyonnaise. Le renouveau de ce secteur, marqué par la présence de grands tènements industriels, s’appuie sur la volonté d’y établir une mixité d’usages associant habitat et activités économiques. À l’instar des projets de renouvellement urbain, ce projet d’envergure doit composer avec un contexte local spécifique, celui du quartier de l’Amande, délimité par la rue de la Soie et la rue Decomberousse. Du fait de son passé, le quartier de l’Amande offre un héritage industriel existant encore aujourd’hui et qui tend à être conservé en l’état dans l’avenir. Le projet Carré de Soie entend donc concilier ses convictions métropolitaines aux intérêts locaux du secteur.

Continuer la lecture de « Concilier patrimoine et renouvellement urbain : le cas du quartier de l’Amande »

La mobilisation du patrimoine et de la mémoire sociale dans les projets urbains : le cas de l’Autre Soie

Mathilde Pineau

Mon sujet de recherche se situe dans le domaine du patrimoine industriel, de sa valorisation et de son impact social. Je m’intéresse plus spécialement aux espaces des mémoires dominées et leur appropriation par différents groupes sociaux ou groupes d’intérêt. Si l’on ne peut nier que le tourisme peut contribuer à la valorisation, il m’importe davantage de focaliser sur les moyens permettant la réappropriation de ces espaces mémoriels conçus comme des espaces de luttes (passées et actuelles) et de dominations sociales. L’appropriation des espaces de la mémoire des groupes dominés par ceux-là mêmes permet une certaine assise et visibilité sociale, qui n’est pas permise quand ces mêmes espaces sont appropriés par des acteurs déjà socialement dominants. Pour ce faire, je m’intéresse aux dynamiques spatiales et aux enjeux sociaux et culturels qui entourent l’appropriation de ces espaces.

Continuer la lecture de « La mobilisation du patrimoine et de la mémoire sociale dans les projets urbains : le cas de l’Autre Soie »

Les projets de reconversion architecturale à Villeurbanne: un développement urbain durable qui valorise le passé industriel est-il possible ? Le cas du projet Grandclément-gare

Marta Robles

L’urbanisme et l’architecture d’une ville sont le reflet de son histoire. Dans le cas de Villeurbanne, les traces matérielles laissées par l’industrialisation du début du XXe siècle sont néanmoins très diffuses. Les projets de renouvellement urbain, en mettant constamment en œuvre la méthode de la tabula rasa, ont effacé une grande partie du passé industriel qui a été fondamental pour le développement de la ville. Cependant, l’identité ouvrière est toujours présente dans les discours des acteurs politiques villeurbannais, même si les lieux auxquels ces mémoires sont associées disparaissent progressivement et de manière très rapide. Conserver le bâti industriel désaffecté constitue un obstacle pour les objectifs de densification et de transformations urbaines d’aujourd’hui, tandis que sauvegarder une mémoire ouvrière dissociée du lieu ne contraint ces objectifs. De plus, la ville se trouve dans un contexte de fort renouvellement de la population communale, dont une grande proportion n’a pas connu le Villeurbanne d’avant la désindustrialisation des années 1960-1970 [1].

Mais qu’adviendra-t-il de cette mémoire sociale ouvrière, qui définit l’identité de la ville, une fois que les lieux seront effacés du territoire? Est-ce que les générations futures connaîtront et se réapproprieront cette mémoire? Est-ce que la mémoire peut vraiment survivre sans être ancrée au lieu qui l’a engendrée? Est-ce que cette démarche mémorielle peut aboutir à un processus de patrimonialisation? Comment pourrait-on avancer vers un avenir durable pour Villeurbanne qui prenne en compte les nécessités de la population sans oublier son passé, ses origines, son histoire? Les projets de reconversion et de recyclage architectural sont une manière de valoriser le passé industriel et ouvrier en même temps que de réfléchir sur la ville de demain. Pour cette raison, les questions de mémoire et d’aménagement urbain doivent être réfléchies ensemble; les politiques du patrimoine ne peuvent plus être comprises sans tenir compte des politiques urbaines publiques [2].

Continuer la lecture de « Les projets de reconversion architecturale à Villeurbanne: un développement urbain durable qui valorise le passé industriel est-il possible ? Le cas du projet Grandclément-gare »

Quel héritage industriel pour le renouveau du quartier Grandclément aux horizons 2026 ?

Camille Jean-Baptiste

Le quartier de Grandclément a été depuis la fin du 19ème siècle et jusqu’au milieu du 20ème siècle un territoire à forte dominante industrielle. Le déclin progressif des industries dès les années 60 a laissé place à un quartier dévitalisé, et comme figé dans son temps. De nombreuses friches industrielles sont encore à l’abandon laissant transparaître les derniers vestiges d’une époque industrielle révolue. Aujourd’hui au centre des préoccupations de la ville, le quartier fait l’objet d’un grand projet de rénovation. Le cabinet architecte urbaniste Michelin (ANMA) associé à la métropole de Lyon a d’ores et déjà commencé l’élaboration d’un plan guide venant définir les axes structurants du projet urbain pour les dix prochaines années. Les grandes orientations sont tracées et ce ne sont pas moins de 45 hectares qui vont passer entre les mains d’experts urbanistes et architectes pour façonner le paysage urbain de demain. La volonté apparente de conserver d’anciens bâtiments industriels en souvenir d’un quartier ouvrier offre une excellente occasion d’interroger le passé industriel de la ville.

Continuer la lecture de « Quel héritage industriel pour le renouveau du quartier Grandclément aux horizons 2026 ? »

Il était une fois, un dessinateur, deux historiens, une historienne et un urbaniste …

Je reprends volontairement la question posée par Xavier de la Selle dans le titre de l’un de ses articles paru récemment dans la revue scientifique Culture et recherche, 127_automne 2012, p.15-16 : “Le Rize : une expérience ethnologique ?“. Cette question trouve une réponse pratique cette année au regard des spécialistes, et d’étudiant-e-s en cours de spécialisation, qui vont cohabiter pendant une période de 6 mois à 1 an dans ce même lieu qu’est le Rize.

Continuer la lecture de « Il était une fois, un dessinateur, deux historiens, une historienne et un urbaniste … »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search