Rencontre intercommunautaire à Villeurbanne: La communication intercommunautaire entre la communauté asiatique et les immigrés non-asiatiques à Villeurbanne

Jinwoo SHIN


Jusqu’aux années 1970, les mouvements ouvriers étaient puissants à Villeurbanne. Ouvriers locaux et immigrés de Villeurbanne ont connu les mouvements collectifs, indépendamment des origines culturelles. Les formes de solidarité unissaient de nombreux villeurbannais autour d’enjeux et d’objectifs communs, liés à la présence de l’industrie dans la ville. Les
communautés migrantes semblent aujourd’hui plus morcelées et moins connectées, du fait de l’évolution des formes de travail (petits commerces, emplois précaires et services) et les grandes structures d’action collective (syndicale) sont devenues moins puissantes. On peut donc se demander quelles communications intercommunautaires persistent, sous quelle forme et dans quels espaces.

Nous faisons l’hypothèse que les formes d’interaction entre groupes au sein de la société villeurbannaise sont pour partie dépendantes de l’action des institutions locales et du cadre urbain. Cette étude est donc aussi l’occasion d’étudier à l’échelle d’une ville la gestion de la diversité.

Continuer la lecture de « Rencontre intercommunautaire à Villeurbanne: La communication intercommunautaire entre la communauté asiatique et les immigrés non-asiatiques à Villeurbanne »

L’’intégration des femmes dans le processus de production musicale à Villeurbanne

Agathe Rochet

Le projet de recherche s’intéresse à l’intégration des femmes dans le processus de production musicale à Villeurbanne.

Continuer la lecture de « L’’intégration des femmes dans le processus de production musicale à Villeurbanne »

Concilier patrimoine et renouvellement urbain : le cas du quartier de l’Amande

Lorenzo Bigaran


Mon sujet de recherche s’inscrit dans l’élaboration du projet Carré de Soie, situé sur les communes de Villeurbanne et de Vaulx-en-Velin. Il s’agit d’un projet stratégique pour la Métropole de Lyon, débuté en 2009 et qui se conclura à l’horizon 2030. Il vise à créer une nouvelle centralité au sein d’un territoire délaissé de la première couronne de l’agglomération lyonnaise. Le renouveau de ce secteur, marqué par la présence de grands tènements industriels, s’appuie sur la volonté d’y établir une mixité d’usages associant habitat et activités économiques. À l’instar des projets de renouvellement urbain, ce projet d’envergure doit composer avec un contexte local spécifique, celui du quartier de l’Amande, délimité par la rue de la Soie et la rue Decomberousse. Du fait de son passé, le quartier de l’Amande offre un héritage industriel existant encore aujourd’hui et qui tend à être conservé en l’état dans l’avenir. Le projet Carré de Soie entend donc concilier ses convictions métropolitaines aux intérêts locaux du secteur.

Continuer la lecture de « Concilier patrimoine et renouvellement urbain : le cas du quartier de l’Amande »

Habiter les Gratte-Ciel de Villeurbanne : Des origines (années 1930) à nos jours

Aliénor Wagner-Coubès

Ce travail de thèse portera sur les Gratte-ciel de Villeurbanne, quartier construit de 1927 à 1934.

Ce quartier a été conçu pour devenir le centre-ville de la commune. Il est constitué de 1400 logements destinés aux ouvrier·es, de locaux commerciaux, d’une centrale téléphonique, d’une centrale de chauffage, d’un nouvel hôtel de ville, et d’un palais du travail (théâtre, salles de réunion, dispensaire, piscine). C’est une architecture moderne aux hauteurs ambitieuses qui est choisie pour ce programme, réalisé par l’architecte Môrice Leroux. Pour permettre sa mise en place, une société à économie mixte, actions publiques et privées est créée en 1931 : la Société Villeurbannaise d’Urbanisme.

L’initiative d’un tel projet est issue de la volonté du maire socialiste, Lazare Goujon et de la situation de Villeurbanne. La ville est alors fortement industrialisée et la population ouvrière, qui a très rapidement augmenté au début du XXème siècle, souffre de mal logement. C’est aussi un moyen d’affirmer l’indépendance de Villeurbanne face à Lyon, qui a tenté jusqu’en 1903 de l’annexer. Ce quartier s’inscrit dans une politique socialiste, laïque et hygiéniste.

Aujourd’hui les Gratte-Ciel sont l’emblème de Villeurbanne, ils font centre et sont devenus un quartier animé, dont l’attrait a fait augmenter le prix du foncier alentour.

Dans cette thèse d’histoire sociale, sera explorée la question de l’habiter. C’est le peuplement des Gratte-Ciel qui est au cœur de la recherche. La sociologie des habitant·es, des usagèr·es ainsi que les commerces et professions libérales installés dans le quartier seront étudiés. Ce travail d’histoire sociale devrait permettre de mesurer les ruptures et les continuités du peuplement, les usages sociaux du quartier et les modalités d’insertion de la population dans la ville.
Cela conduira aussi à étudier l’impact de la conjoncture économique, politique, culturelle et sociale sur un espace restreint : un quartier.

Continuer la lecture de « Habiter les Gratte-Ciel de Villeurbanne : Des origines (années 1930) à nos jours »

Approche géographique des dynamiques commerciales du cours Tolstoï à Villeurbanne

Joséphine Mariquivoi

Le projet de recherche s’inscrit en continuité de l’exposition « Résultats des courses »[i] au cœur d’un axe de circulation majeur de la commune de Villeurbanne : le cours Tolstoï.

Continuer la lecture de « Approche géographique des dynamiques commerciales du cours Tolstoï à Villeurbanne »

La mobilisation du patrimoine et de la mémoire sociale dans les projets urbains : le cas de l’Autre Soie

Mathilde Pineau

Mon sujet de recherche se situe dans le domaine du patrimoine industriel, de sa valorisation et de son impact social. Je m’intéresse plus spécialement aux espaces des mémoires dominées et leur appropriation par différents groupes sociaux ou groupes d’intérêt. Si l’on ne peut nier que le tourisme peut contribuer à la valorisation, il m’importe davantage de focaliser sur les moyens permettant la réappropriation de ces espaces mémoriels conçus comme des espaces de luttes (passées et actuelles) et de dominations sociales. L’appropriation des espaces de la mémoire des groupes dominés par ceux-là mêmes permet une certaine assise et visibilité sociale, qui n’est pas permise quand ces mêmes espaces sont appropriés par des acteurs déjà socialement dominants. Pour ce faire, je m’intéresse aux dynamiques spatiales et aux enjeux sociaux et culturels qui entourent l’appropriation de ces espaces.

Continuer la lecture de « La mobilisation du patrimoine et de la mémoire sociale dans les projets urbains : le cas de l’Autre Soie »

Collectif Solidarités Cusset : actions et mouvements solidaires des Villeurbannais

Anne Abelé

Le terme solidarité a pris une dimension toute particulière au cours de cette dernière année et vient s’ajouter à de longues et complexes histoires de mobilisations sociales.

Les recherches en science politique tentent de saisir les conditions temporelles, géographiques et sociales qui permettent l’émergence de ces solidarités aussi diverses que les individus qui les mettent en place. Par cette approche, le principe de solidarité revendiquée par le Collectif Solidarités Cusset est un objet d’étude qui permet à la fois de rendre compte des volontés des Villeurbannais et des particularités politiques de Villeurbanne.

De quelles façons s’exercent ces solidarités ? Dans quels lieux ? Par qui, pour qui, avec qui ? Quels projets émergent de ces solidarités ? Quels enjeux existent dans et autour du Collectif ? Autant de questions qui permettront de dessiner les contours des mobilisations sociales de Cusset construisant l’identité de Villeurbanne.

Continuer la lecture de « Collectif Solidarités Cusset : actions et mouvements solidaires des Villeurbannais »

Habiter les lieux-refuges : parcours résidentiels de femmes exilées à Villeurbanne

Camille Lassègue

Cette thèse abordera les « lieux-refuges » en tant qu’espaces d’habiter, de revendication et de construction d’une place dans la ville. Je désigne ici les logements, formels et informels, occupés notamment par des personnes en situation d’exil, notamment des squats et des centres d’hébergement. 

Cette approche permet d’envisager ces espaces et leurs habitant.es dans leur pratiques de transformation de la ville, collective et plurielle, à travers des pratiques d’habiter, de construction de réseaux urbains ou encore des mouvements de contestation. Il s’agira, à travers l’analyse des parcours, de comprendre les changements au sein des politiques sociales notamment d’accès à l’hébergement et au logement, tout en évoquant les stratégies et les luttes des personnes concernées pour faire avec ou faire face.

Malgré le caractère éphémère de ces lieux, ces pratiques laissent des traces mémorielles, qui peuvent inscrire ses habitant.es dans une mémoire de la ville et contribuer à légitimer leur présence. Basée sur une approche mélangeant différents médiums (photographie, vidéo, entretiens et observation filmante, traitement d’archives), cette thèse répond à plusieurs objectifs : comprendre et documenter les transformations actuelles de la mobilité et de l’espace urbain, s’inscrire dans une démarche engagée en donnant la parole aux populations invisibilisées et en produisant des images et des traces au plus proche du vécu, envisager l’anthropologie dans ses possibilités de transformation et de co-construction des savoirs et de mémoire.

Le terrain de recherche visera la ville de Villeurbanne, tout en s’étendant à la métropole lyonnaise.

Camille Lassègue, doctorante en anthropologie, Laboratoire d’anthropologie des enjeux contemporains à Lyon.

 

Pratiques, transmissions et médiations des « danses d’ailleurs » à Villeurbanne

Raissa Batista Fonseca

Parce qu’immigrer revient à se mouvoir, parce que ce mouvement relève d’un déplacement culturel, les migrations concernent doublement les danses : en tant qu’objet culturel et forme de mobilité. Selon cette approche, les recherches actuelles en Anthropologie de la danse permettent de concevoir de façon nouvelle la mise en mouvement de la mémoire migratoire. Étudier la variété des pratiques des « danses d’ailleurs » dans une ville façonnée par l’immigration telle que Villeurbanne ouvre ainsi des perspectives pour mieux comprendre certains phénomènes d’emprunts, de transferts et de recomposition qui régissent l’identité – sans cesse mouvante – de la cité.

Comment les danses suivent-elles les déplacements migratoires ? Comment l’histoire des immigrations de la ville s’imprime-t-elle dans la pratique de la danse ? De quelles transmissions les danses sont-elles l’objet ?

Continuer la lecture de « Pratiques, transmissions et médiations des « danses d’ailleurs » à Villeurbanne »

Les Charpennes : un quartier d’une ville ouvrière (1900-1939)

Mathilde Delamare

Lyon-Les Charpennes Grande Rue, actuelle rue Gabriel Péri,
Carrier édit., 9×14 cm, 1904-1920 (AMV – 2 Fi 85)

Les Charpennes, héritant leur nom du latin « carpenum », charmille ou charme, jouxtant Lyon, sont situés à l’est des Brotteaux et au sud du Tonkin actuel. À la faveur de l’urbanisation de la rive gauche du Rhône marquée par la construction du pont Morand en 1784, ce quartier se développe de manière fulgurante dans la seconde partie du XIXe siècle, se transformant, comme le rappelle son étymologie, d’espace rural en espace urbanisé et, de plus, fortement industrialisé. Cette étude s’inscrit dans un cadre chronologique se déployant entre le tournant du XXe siècle et la veille de la Seconde Guerre mondiale – non seulement pour des raisons bibliographiques mais essentiellement en raison des nombreuses transformations que connaît ce quartier au cours de cette période. En effet, il est intéressant de constater comment ce quartier, dont l’occupation remonte à l’époque gallo-romaine, a évolué en fonction de ses acteurs et usages au regard de plus larges problématiques contemporaines et de ses fortes spécificités permettant de délimiter un espace cohérent.

Continuer la lecture de « Les Charpennes : un quartier d’une ville ouvrière (1900-1939) »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search